FONDERIE ET ENTREPÔT COMMERCIAL JAPY DITS LA FONDERIE, ACTUELLEMENT ATELIERS MUNICIPAUX

90 - Beaucourt

rue de Vandoncourt

  • Dossier IA90000078 réalisé en 2000
  • Auteur(s) : Bernard Lardière, Raphaël Favereaux
Atelier de seconde fusion. © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine

Historique


Un premier bâtiment à usage de forge et d'atelier de serrurerie est établi par Frédéric Japy au tout début du 19e siècle. Il complète la fabrique d'ébauches de montres dite la Pendulerie (étudiée : voir le dossier IA90000076) et l'usine des Fonteneilles (étudiée : voir le dossier IA90000077) établie vers 1806 pour diversifier la production (quincaillerie). Vraisemblablement touchée par l'incendie de 1815 qui ravage la Pendulerie, la forge est rétablie et perdure jusqu'en 1880, où elle est détruite et remplacée par les magasins généraux des usines Japy. Ces bâtiments subiront un nouvel incendie en 1908. Entre 1880 et 1882, de l'autre côté de la rue de Vandoncourt, est construite une vaste fonderie pour métaux ferreux et non-ferreux. Entièrement mécanisée, elle permet la fonte des carcasses (moteurs, pompes) et le moulage des pièces de métaux non-ferreux utilisées dans le secteur de la construction mécanique et électrique. La fabrication des moteurs à explosion est arrêtée en 1940. En 1949, la production atteint 7000 moteurs électriques et 6000 pompes semi-rotatives ; l'assemblage étant réalisé sur un autre site de la société, l'usine des Prés à Beaucourt (étudiée : voir le dossier IA90000079). Il semble qu'au moment de l'éclatement de la société Japy Frères, en 1955, la fonderie soit rattachée à la société indépendante d'Electromécanique Japy, qui poursuit la fabrication du matériel électrique (moteurs, alternateurs, groupes convertisseurs, etc). La production mensuelle atteint 250 tonnes de produits travaillés en 1977. La fonderie fonctionne jusqu'au début des années 1980. Elle a été rasée en 1984, à l'exception des magasins généraux, achetés par la commune et servant aujourd'hui d'ateliers municipaux. 115 personnes en 1977.
Période(s)
Principale :
  • 4e quart 19e siècle
  • 1er quart 20e siècle

Description


Les bâtiments sont en rez-de-chaussée, en moellon de calcaire enduit, couverts de toit à longs pans ou d'appentis en tuile mécanique.
Murs :
  • calcaire
  • moellon
  • enduit
Toit :
  • tuile mécanique
Etages :
  • en rez-de-chaussée
Energie utilisée :
  • énergie électrique
  • achetée

Source(s) documentaire(s)

  • Vue aérienne de la fonderie.
    Vue aérienne de la fonderie. Photographie, s.d. [vers 1949]. Dans : " L'Opinion économique et financière : Franche-Comté ", Paris : s.n., 1949, p. 65.
  • Atelier de seconde fusion.
    Atelier de seconde fusion. Photographie, s.d. [vers 1948-1950].
    Lieu de conservation : Archives départementales du Territoire de Belfort, Belfort - Cote du document : 9 J P 3
  • Plan monumental des grandes usines de la vallée de Montbéliard et partie du Territoire de Belfort [la fonderie].
    Plan monumental des grandes usines de la vallée de Montbéliard et partie du Territoire de Belfort [la fonderie]. Dessin, s.d. [début 20e siècle].
    Lieu de conservation : Archives départementales du Territoire de Belfort, Belfort - Cote du document : 9 J 1 D 4-7
  • Plan-masse de la fonderie [extrait du plan parcellaire].
    Plan-masse de la fonderie [extrait du plan parcellaire]. Dessin, 1896.
    Lieu de conservation : Archives départementales du Territoire de Belfort, Belfort - Cote du document : O 2 O p 491
  • Vue aérienne depuis le sud-ouest en 1982.
    Vue aérienne depuis le sud-ouest en 1982. SRI. Inventaire topographique du canton de Beaucourt (1981-1982).
    Lieu de conservation : Collection particulière

Informations complémentaires

Thématiques :
  • patrimoine industriel du Territoire de Belfort
Aire d’étude et canton : Territoire de Belfort
Dénomination : fonderie, entrepôt commercial
Parties constituantes non étudiées :
  • entrepôt industriel
  • magasin industriel
Carte interactive
Haut de page