HÔTEL-DIEU, AUJOURD'HUI MUSÉE GREUZE

71 - Tournus

21 rue de l' Hôpital

  • Dossier IA71001534 réalisé en 2002 revu en 2011
  • Auteur(s) : Le Clech-Charton Sylvie, Nicolas Potier
Vue d'ensemble des bâtiments depuis la rue. © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine

Historique


L'hôtel-Dieu de Tournus s'installa à l'emplacement où, en 1642-1644, un recteur du collège de la rue des Lambrois fit construire une modeste "nef" destinée à l'accueil des malades. En 1661, Bernard Sartoise, architecte à Bourg-en-Bresse (Ain), proposa un plan d'agrandissement de cette salle, formant ainsi le nouvel hôpital, qui ne fut instauré en tant qu'hôtel-Dieu qu'à partir du règlement de 1672. En 1673, suivant le modèle de l'hôtel-Dieu de Villefranche-sur-Saône (Rhône) qui fut visité par deux administrateurs, un nouveau projet d'agrandissement de la salle des malades, prévoyant d'élever la capacité à 18 lits, fut confié à Jean Gorrat, maître-architecte à Tournus. Le soin des malades fut d'abord assuré par les soeurs de Pont-de-Vaux, jusqu'à l'arrivée en 1749 des soeurs de la congrégation de Sainte-Marthe de Beaune, venues pour assurer les services des malades militaires. Dès 1675, la construction d'une chapelle fut entreprise. L'apothicairerie (étudiée, cf base Palissy IM71004213) semble dater de 1685. Une deuxième salle des malades, dans le prolongement de la première, et une chapelle, à leur intersection, furent construites de 1705 à 1723, sur les plans du révérend père dom Barbereux, également chargé par le Cardinal de Bouillon de superviser la construction de l'hôtel-Dieu de Cluny (étudié ref IA71001202). En 1711, les travaux du nouveau clocher furent adjugés aux tailleurs de pierre Jean Jaugeon et Joseph Berger. Le maître-autel de la chapelle ne fut installé qu'en 1730. L'hôtel-Dieu, qui possédait alors une capacité de 36 lits, se vit contraint dès 1789 d'engager la construction d'une troisième salle, réservée à l'accueil des militaires ; celle-ci fut réalisée par Jean-Marie Gaudez, entrepreneur à Tournus. Au cours du 19e siècle, des travaux d'aménagement et de modernisation eurent lieu régulièrement. Désaffecté en 1982, l'hôtel-Dieu a été restauré entre 1987 et 1992 par Frédéric Didier, et accueille depuis 1998 les collections du Musée Greuze, présentant des oeuvres du peintre natif de Tournus ainsi que les collections hospitalières et la reconstitution d'une salle des malades.
Période(s)
Principale :
  • 3e quart 17e siècle
  • 1er quart 18e siècle
  • 4e quart 18e siècle
Date(s)
1661 : daté par source

Description


L'établissement comprend deux accès, l'un par la rue de l'Hôpital, l'autre par la rue Jean Macé : le premier se fait par une grille en fer forgée qui interrompt un mur orné de pots-à-feu, l'autre par une porte à deux vantaux en bois dans un encadrement en pierre de taille surmonté d'un fronton en fer forgé, les deux portent les initiales H D. Une clôture en fer forgée ferme la cour intérieure du corps de logis. Le bâtiment principal de l'ancien hôtel-Dieu se compose d'un long corps rectangulaire, d'orientation nord/sud, occupé par deux grandes salles de malades (celle des femmes à gauche, celle des hommes à droite), séparées par une chapelle qui sert également de vestibule. Celle-ci communique avec la salle perpendiculaire réservée aux militaires que prolonge une chapelle à une travée voûtée d'arêtes. Ces trois grandes salles de malades sont éclairées par des fenêtres en plein-cintre. L'entrée principale s'ouvre dans l'avant-corps central de l'élévation est ; sa porte à deux vantaux est surmontée d'un décor architecturé encadrant un écu dont les armories peu lisibles pourraient être celles du cardinal de Bouillon. L'apothicairerie située au bout de la salle des femmes est longée par un couloir que prolonge la galerie à arcades de l'ancien corps de logis. Ce dernier, de plan en L, bâti en retour d'équerre, borde les côté sud et est de la cour intérieure. Un petit jardin des simples est installé dans l'angle formé par la salle des femmes et celle des soldats.
Murs :
  • maçonnerie
  • enduit
Toit :
  • tuile creuse
  • ardoise
Plan :
  • plan régulier
Etages :
  • 1 étage carré
  • comble à surcroît
Couvrement :
  • voûte d'arêtes
Elévation :
  • élévation à travées
Escalier :
  • escalier hors-oeuvre, escalier tournant, en charpente

Informations complémentaires

Protection
classé MH partiellement : 1964/03/26


Portail d'entrée sur la rue de l'Hôpital avec sa grille, ancienne chapelle avec son clocher, y compris la porte monumentale avec ses vantaux, bâtiment renfermant la salle des soldats (1709), bâtiment renfermant la salle des hommes (1789), chapelle actuelle datée de 1730 avec sa sacristie, pharmacie, galerie du cloître au sud de la cour et bâtiment de la communauté (cad. D 782)

Thématiques :
  • patrimoine hospitalier
Aire d’étude et canton : Bourgogne
Dénomination : hôtel-Dieu
Carte interactive
Haut de page