HÔPITAL RURAL, AUJOURD'HUI MAISON DE RETRAITE

71 - Montcenis

Eglise

  • Dossier IA71001410 réalisé en 2002 revu en 2010
  • Auteur(s) : Le Clech-Charton Sylvie, Nicolas Potier
Bâtiment Dalivert (1781-1784), vue partielle de la façade antérieure, avant-corps central. © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine

Historique


L'établissement provient de la fondation initiale d'une charité en 1737, installée dans une maison achetée en 1740 à une certaine demoiselle Rey, retirée chez les dames de Sainte Marthe de Dijon. Cette maison, située rue de la Fontaine Notre-Dame (dans les textes d'archives conservés à l'hôpital), pourrait correspondre à la parcelle 313 du cadastre napoléonien, à proximité de l'emplacement actuel de l'hôpital construit au 18e siècle. L'un des notables fondateurs est le président de la chambre des comptes de Bourgogne, Durand de Chabas, aidé de deux autres bienfaiteurs, une dame Boyveau (ou Boyneau) et de son frère curé. Deux soeurs dites "séculières" font fonctionner ce premier établissement. La construction d'un nouvel hôpital est confiée à Jean-Baptiste (?) Caristie, architecte installé à Autun. Les plans sont levés en 1752 et le premier bâtiment, place de l'église, achevé en 1756. Le deuxième bâtiment est construit entre 1781 et 1784, en arrière et contrebas du premier, pour accueillir, en particulier, la population ouvrière de la verrerie du Creusot. Les documents font état de la présence d'un architecte, Dalivert. La statistique du département de Saône-et-Loire (1838) signale que l'hôpital de Montcenis est confié aux soeurs de Saint Vincent de Paul. Le 19e siècle est riche en constructions diverses, toutes suivies par des architectes (Roidot, Lefevre). Comme au 18e siècle, les chantiers font l'objet d'une surveillance étroite exercée par les administrateurs, ce qui explique la qualité des bâtiments actuels, malgré les remaniements de l'époque contemporaine. Des premiers bains sont aménagés en 1839, après des travaux d'agrandissement du jardin par l'achat de parcelles supplémentaires. Entre 1865 et 1868, l'on construit une salle de bains et une salle d'asile en moellons de pierre de taille, murs enduits, couverture de tuile dite de Montchanin, d'une superficie de 212 m2, ainsi qu'une bergerie. En 1883, une réception et un paiement des travaux indiquent la réfection des enduits (dits "tyroliens" et "ordinaires") de la salle des malades, de la salle d'asile et l'on note la présence d'une école de filles, dont la couverture est refaite en tuile. En 1886, la charpente de l'asile est refaite et la couverture est en tuile plate. En 1894, on reconstruit les bains dans le jardin (10 m sur 4,4 chambres) en employant le béton, les briques et la pierre de taille.
Période(s)
Principale :
  • 3e quart 18e siècle
  • 4e quart 18e siècle
Secondaire :
  • 4e quart 18e siècle
  • 1er quart 19e siècle
  • 2e quart 19e siècle
  • 3e quart 19e siècle
  • 4e quart 19e siècle
Date(s)
1752
1781
1787
1810
1824
1839
1865
1868
1883
1886
1894

Description


Deux corps de bâtiment, l'un donnant sur l'église et l'autre en fond de parcelle, situé parallèlement au premier, composent l'ensemble et sont reliés par une galerie contemporaine. Le premier corps de bâtiment est de forme rectangulaire très simple à aile en retour en légère saillie et porte l'inscription "JHS Hôpital". Il s'agit du bâtiment des années 1752, à moellons enduits et chaînages d'angle. Il est typique de l'architecture urbaine bourguignonne de la seconde moitié du 18e siècle. Le second bâtiment est plus ambitieux dans son parti architectural et appartient au courant néo-classique, comme le château de la Verrerie au Creusot. Il comporte un avant-corps central en saillie, percé d'un oeil de boeuf et surmonté d'un fronton triangulaire. Sa façade est animée par un double bandeau décoratif et les lignes sont très épurées. Les bâtiments annexes ont disparu.
Murs :
  • pierre
  • béton
  • moellon
  • enduit
Toit :
  • tuile plate
  • tuile plate mécanique
Plan :
  • plan régulier
Etages :
  • rez-de-chaussée
  • entresol
  • 1 étage carré
  • étage de comble
Elévation :
  • élévation ordonnancée

Informations complémentaires

Thématiques :
  • patrimoine hospitalier
Aire d’étude et canton : Bourgogne
Dénomination : hôpital
Carte interactive
Haut de page