Patrimoine en Franche-Comté - Moulin Pouguet, puis Perrot, puis Chays, actuellement logement

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Moulin Pouguet, puis Perrot, puis Chays, actuellement logement

16 rue Jacques Gervais
25 - Ornans
Dossier IA25001560 réalisé en 2016

Illustrations

Historique

Vers 1817, Etienne Joseph Pouguet demande l'autorisation d'établir une usine composée de deux moulins à blé et d'une huilerie sur la rive droite de la Loue. En décembre 1820, seul le moulin abritant deux paires de meules est construit, et en activité. Ces meules sont actionnées par deux roues hydrauliques pendantes, "suspendues par des balanciers arrêtés à des poutres traversant les murs ; ces roues s'élèvent au gré des eaux, de manière qu'il n'y a pas même d'empellement [vanne]". Mis au point par Etienne Joseph Pouguet, ce système ne nécessite pas de barrage pour réguler la hauteur d'eau, mais l'ingénieur précise "qu'à l'époque de l'étiage [basses eaux], le sieur Pouguet place quelques planches indiquées sur le plan […]", afin d'orienter le flux en direction des roues. L'ordonnance royale du 8 août 1821 autorise Pouguet à conserver son moulin et à ajouter une seconde roue (qui en fait existe déjà).

L'invention de Pouguet est récompensée en 1821 par la Société d'encouragement pour l'industrie nationale. Le charpentier-mécanicien se voit décerner une somme de 1000 francs pour avoir inventé "un moulin à eau qui n'obstrue pas le cours des rivières, et ne nuise ni à la navigation, ni au flottage, ni à l'irrigation, ni aux prairies". Par l'ordonnance royale du 10 août 1825, E.J. Pouguet est autorisé à établir, juste en amont de la première, une usine composée d'une scierie et d'une huilerie, mise en jeu par une roue suspendue. Une nouvelle ordonnance, signée le 25 décembre 1831 autorise l'établissement d'une quatrième roue suspendue, située légèrement en amont, permettant d'actionner "plusieurs scies propres à refendre du bois de placage pour meubles ou un moulin à bled". D'après l'annuaire du département de 1844, l'usine emploie 9 ouvriers et fabrique annuellement, en plus de la farine, "18 000 litres d'huile et 2200 douzaines de planches, lattes, lambris". La matrice cadastrale signale un agrandissement du moulin en 1846. Vers 1850, le site est exploité par la veuve d'E.J. Pouguet, puis leur fils Achille. Les trois roues d'aval actionnent six paires de meules et la roue d'amont met en jeu, au choix, deux scies, une huilerie, une ribe, un battoir et un atelier de mécanicien.

En 1869, Achille Pouguet cède son usine à Sériot père et fils. Elle est agrandie cette même année vers l'ouest (actuel atelier à deux étages ?), et peut-être convertie en minoterie, équipée d'appareils à cylindres. Un hangar est construit en 1878. En 1893, l'établissement est réputée produire de la "mouture hongroise" et est équipée de quatre paires de meules et quatre appareils à cylindres. A cette époque, il est louée à Xavier Perrot et moud une moyenne annuelle de 7000 hl de blé. La minoterie est ensuite exploitée par les frères Perrot, puis par Gustave, l'un d'eux, et vraisemblablement acquise par ce dernier en 1920. Son fils Paul reprend l'affaire vers 1930. Jusqu'à l'installation d'un moteur diesel d'appoint vers 1932, la minoterie a continué à utiliser les roues pendantes comme moteurs. Le site est acheté au milieu des années 1950 par Pierre Chays. La fabrication de farine panifiable est arrêtée vers 1960, et celle des aliments pour le bétail est transférée vers 1978 dans de nouveaux locaux situés vers la gare SNCF. La minoterie a ensuite été transformée en habitation. Le matériel a disparu, à l'exception d'une roue suspendue, toujours en place contre la façade sud.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale1er quart 19e siècle
  • Principale4e quart 19e siècle

Description

Les bâtiments sont construits en moellon de calcaire et couverts de toits à longs pans, demi-croupe et tuile mécanique. Celui situé dans le prolongement ouest, complètement réhabilité, est pourvu de deux étages carrés et a ses façades enduites. Le bâtiment situé à l'est ne possède qu'un étage.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit
  • Toittuile mécanique
  • Étages2 étages carrés
  • Couvrements
  • Couverturestoit à longs pans / demi-croupe
  • Énergiesénergie hydraulique / produite sur place / roue hydraulique verticale / énergie électrique / achetée
  • État de conservationrestauré

Documentation

Documents d’archives

  • Archives départementales du Doubs, Besançon, 3 P 435/6-11 Matrices des propriétés foncières bâties et non bâties (19e siècle)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 435/6-11
  • Archives départementales du Doubs, Besançon, 3 P 435/12 Matrices des propriétés bâties (1882-1910)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 435/12
  • Archives départementales du Doubs, Besançon, 3 P 435/21-23 Matrice des propriétés bâties (1911-1974)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 435/21-23
  • Archives départementales du Doubs, Besançon, 7 S 77 Cours d'eau et usines (1817-1922)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 7 S 77
  • Archives départementales du Doubs, Besançon : Sp 714 Service hydraulique. Renseignements sur la meunerie (1892–1903)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : Sp 714
  • Archives départementales du Doubs, Besançon, Sp 1263 Usines et prises d'eau. Rivière de la Loue. Ornans (1820–1964)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : Sp 1263
  • Archives communales, Ornans, 5 I 1 Etablissements classés (1819-1938)
    Lieu de conservation : Archives communales, Ornans  - Cote du document : 5 I 1

Bibliographie

  • Annuaire statistique et historique du département du Doubs pour l'année bissextile 1820. - Besançon : Impr. Veuve Daclin, 1821.
  • Annuaire du Doubs, 1844.
  • Jadis... Quand les moulins tournaient sur la Loue. Journées du Patrimoine 2005, non pag., 2005, imp. Simon.
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée,
  • Précision statut,

Désignation

  • Dénomination(s)moulin à farine, scierie, huilerie
  • Parties constituantes non étudiéeslogement, atelier de fabrication

Localisation

  • CommuneOrnans
  • Adresse 16 rue Jacques Gervais
  • Milieu d'implantationen ville
  • Lieu-dit
  • Aire d'étude et cantonVallées, plateaux et montagnes du Doubs - Ornans
  • Hydrographiela Loue

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2015

Voir aussi

  • -