Patrimoine en Franche-Comté - Immeuble et atelier d'horlogerie des Ets Aris

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Immeuble et atelier d'horlogerie des Ets Aris

8 rue Gonsalve Pertusier
25 - Morteau
Dossier IA25001818 réalisé en 2018

Illustrations

Historique

L'entrepreneur Jean Giletti (né en 1866 à Curino, dans le Piémont, Italie), achète le 19 février 1900 une parcelle de terrain à Alexandre Estignard (1833-1918), ancien homme politique demeurant au 25 rue du Clos à Besançon et propriétaire de la Grande Fabrique d'Horlogerie de Morteau (fondée en 1879-1880 par Elie Belzon). D'origine italienne, Giletti a été naturalisé Français le 28 septembre 1893. Il construit en 1900-1901, sur ce terrain, un immeuble respectant l'obligation faite aux bâtiments prévus à cet endroit de présenter un pan coupé sur le carrefour des actuelles rues Gonsalve Pertusier et Pasteur (c'est aussi le cas de celui qui, au 9 rue Pertusier, lui fait face sur la diagonale et a été acquis par la cartonnerie Pfahrer). Il en fait décorer la cage d'escalier en 1901 par le peintre François Coppa (date et signature portées), installé rue du Parc à La Chaux-de-Fonds (Suisse). Vendu aux enchères le 29 mai 1905, l'immeuble est acquis par Estignard, à la recherche de logements pour son personnel. Il est cédé le 19 juin 1918 à l'horloger Alphonse Petit (1871-1949), beau-père de l'horloger Charles Leibundgut, qui sera par la suite signalé au 13 rue des Corvées, puis revendu le 9 janvier 1926 au professeur de musique Charles Reuille (1876-1954) : maison "en pierre couverte en tuile, magasins ateliers et appentis avec rez-de-chaussée, appartements au premier et au deuxième, caves, grenier, sol, cour mitoyenne, jardin".

Il abrite au milieu du 20e siècle, au rez-de-chaussée, la fabrique de montres des Etablissements Aris, Sarl (au capital de 1 000 000 F) disposant d'un bureau de vente au 76 rue du Temple à Paris et concessionnaire des montres suisses Marvin. A sa création (en 1928 apparemment), cette société est une Sarl (capital 500 000 F), établie dans la capitale au 76 boulevard de Sébastopol et exploitant les marques A.I. et Aris. Elle a succédé à la Maison Arthur Israël, affaire parisienne fondée en 1865 et dont un papier à en-tête de 1923 signale qu'elle dispose d'une fabrique à Villers-le-Lac : elle y est vraisemblablement associée avec l'industriel Marius Anguenot, à la tête de la Fabrique de la Perrière, qui a déposé la marque Aris le 17 mai 1923. A Morteau, au début des années 1950, les Ets Aris sont dirigés par Louis Reymond (1905-1977), fils de Robert Louis Reymond (1885-1963) qui, né à Saint-Imier (canton de Berne, Suisse), est agent en douane et horloger à Morteau. Louis est frère d'horlogers : Robert (1910-?) - installé à Paris -, Maurice (1913-1975) et Hugues (1917-1998) ; il est aussi le beau-frère d'André Seguin, autre horloger mortuacien. On ne sait à quelle date disparaît cette entreprise qui, par la suite, cède la place à un comptable (M Jolivet). Le rez-de-chaussée accueille actuellement un magasin de tatouage et piercing, les étages des appartements. La qualité du décor peint de sa cage d'escalier lui a valu d'être protégée au titre des Monuments historiques en 2012.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale1er quart 20e siècle

Dates

  • 1900daté par travaux historiques

Description

L'immeuble est en moellons calcaires enduits, avec des briques pour son pan coupé à l'angle des rues Pasteur et Pertusier. Il comporte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, deux étages carrés et un étage en surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre tournant à retours (en béton puis en bois entre les deux derniers niveaux). L'étage de soubassement a un couvrement de voûtains en berceau en briques grises maintenus par des poutres métalliques. Les baies sont majoritairement en arc segmentaire à encadrement en briques silico-calcaires et la face sud présente des fenêtres horlogères au rez-de-chaussée surélevé, accessible par un escalier extérieur symétrique en maçonnerie.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère
  • Murscalcaire / moellon / enduit
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 2 étages carrés / étage en surcroît
  • Couvrementsvoûte en berceau / en brique
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / croupe
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier tournant à retours / en maçonnerie / en charpente / escalier de distribution extérieur / escalier symétrique / en maçonnerie
  • Techniques de décorpeinture
  • Représentationsscène de pêche / scène de la vie rurale / scène orientale / vue de ville / pyramide / draperie / médaillon / trophée / palmier / fleur / oiseau
  • Précisions sur la représentation

    Les murs de la cage d'escalier sont peints en trompe-l'oeil de rideaux se soulevant par endroit pour laisser apparaître végétation, paysages et scènes pittoresques, situés en Afrique ou au Moyen-Orient.

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 412 Cadastre de la commune de Morteau, 1816-1978- 3 P 412 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Girardier et Mestre, 1816-1817- 3 P 412/1 : Registre des états de sections, 1818- 3 P 412/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1875. Le 1er volume manque.- 3 P 412/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 412/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 412/7-9 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1911-1965- 3 P 412/10-13 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1978
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 412
  • 50 J 19 Syndicat des fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1946-1968
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 19

Documents figurés

  • Morteau. - Les Corvées [la rue Pertusier vue du nord], carte postale, s.n., [1er quart 20e siècle, décennie 1910]. Publiée dans : Vuillet, Bernard. Le val de Morteau et les Brenets en 1900. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1978, p. 40 (porte la date 22 janvier 190x au recto). Aussi publiée dans : Leiser, Henri ; Jacquot, Didier. Morteau et environs d'hier à aujourd'hui. - Pontarlier : Presses du Belvédère, 2010, p. 120.
  • Ville de Morteau. Plan d'alignements [rues de la Chaussée, Pasteur et René Payot], photocopie d'un dessin (plume, lavis), s.n., s.d. [décennie 1920 ? après le 9 janvier 1926], échelle 1/500, 54 x 105,5 cm 9 janvier 1926 = vente de l'immeuble au 8 rue Gonsalve Pertusier à Charles Edmond Reuille.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Leiser, Morteau

Bibliographie

  • Blandin, Patrick. Dossier de protection de la cage d'escalier de l'immeuble au 8 rue Gonsalve Pertusier, à Morteau. - Besançon : Drac de Franche-Comté, Conservation régionale des Monuments historiques, 2011.
    Lieu de conservation : Conservation régionale des Monuments historiques, Besançon
  • La Chaux-de-Fonds. Art nouveau. - La Chaux-de-Fonds : Tourisme neuchâtelois, 2017. 24 p. : ill.Brochure accessible en ligne : http://www.chaux-de-fonds.ch/histoire-patrimoine/art-nouveau/a-decouvrir/documentation/Documents/brochure_art_nouveau2016.pdf (consultation : 4 mai 2018)
  • Vuillet, Bernard. Le val de Morteau et les Brenets en 1900, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1978. 294 p. : cartes postales ; 31 cm.

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/
  • Oignon à la rouille. - S.d. [2018]. Discussion sur le Forum à Montres (FAM), forum de discussions horlogères : http://forumamontres.forumactif.com/t81152-oignon-a-la-rouille (consultation : 29 mars 2018)
  • Seguin, Jean. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Droz Yves, collectionneur de pièces horlogères et fondateur du Musée de la Montre, Villers-le-Lac
  • Vuez Jean-Claude, descendant d'une famille d'horlogers, historien de la société Parrenin, Villers-le-Lac
  •  

Intérêt, protection et statut

La cage d'escalier est protégée en raison de la rareté de son type de décor peint.

Afficher les données détaillées

  • Protection Monument historiqueinscrit MH (23/04/2012)
  • Précisions sur la protection

    La cage d'escalier en totalité (cad. AA 492) : inscription par arrêté du 23 avril 2012

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)immeuble, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, boutique, cour, garage

Localisation

  • CommuneMorteau
  • Adresse 8 rue Gonsalve Pertusier
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013