Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'horlogerie d'Henri Feuvrier puis de René Monnin-Ponçot

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'horlogerie d'Henri Feuvrier puis de René Monnin-Ponçot

15 rue du Général Leclerc
25 - Charquemont
Dossier IA25001232 réalisé en 2014

Illustrations

Historique

La maison est bâtie (dans le quartier dit du "Rif") en 1931 pour Henri Feuvrier, déclaré fabricant de pièces d'horlogerie sur la matrice cadastrale, qui produit avec trois ou quatre ouvriers des assortiments à cylindre (échappements) dans un atelier au rez-de-chaussée. Elle devient en 1938 propriété de son gendre l'horloger Charles Froidevaux (marié en 1931 à Gilberte Feuvrier), établi au 1 Grande Rue. Le cadastre mentionne vers 1940 une nouvelle construction (non identifiable sur place). L'affaire disparaît durant la deuxième guerre mondiale et cède la place en 1959 au fabricant de montres René Monnin (1899-1982) ou Monnin-Ponçot depuis son mariage en 1925 avec une demoiselle Ponçot. Initialement, René faisait partie de la Sarl Numa Monnin et ses Fils, fondée en 1929 et qui semble disparaître en 1947 ou 1948. Cette société associait, au 8 rue de l'Eglise, cinq des enfants de Numa : outre René, Georges (1894-1988, repreneur de l'atelier familial), Roger (1897-1980, établi au 15 A rue des Lilas), Joseph (qui, marié à une demoiselle Briot, s'installe à son compte au 12 rue de l'Eglise) et Louis (1906-?, lequel part tenir l'Horlogerie-bijouterie de l'Auxois au 5 rue de la Liberté à Semur-en-Auxois, Côte-d'Or). Suite à cette disparition, René avait transféré son atelier au 19 Grande Rue, dans le bâtiment abritant le café de la Liberté tenu par son frère Gaston. Spécialiste des montres-bracelets en or (marque Enem), il fournit aussi "cylindres pivotés, roues de cylindre et roues d'ancre, balanciers spiraux complet et réglés, spiraux virolés et pitonnés", etc. Il travaille avec ses enfants et son gendre Etienne Pasquier. Son fils Gaston (maire de Charquemont de 1959 à 1977), demeurant rue de l'Est, lui succède dès la fin de la décennie 1940 ou au début des années 1950 (il signale avoir pris sa patente de fabricant le 1er février 1948). Il fait partie à la fin de la décennie 1960 de la SA Gador, groupement d'achat constitué avec les maisons Marc Morel et Roger Monnin de Charquemont, Victor Anguenot, Jeannin, Bervil et Fornage de Villers-le-Lac. Avec l'arrêt de l'entreprise au début des années 1970, toute activité productive cesse dans la maison, qui héberge divers locataires. Elle est acquise par Michel Nappez, auparavant boulanger à Charquemont, et augmentée d'une travée à l'est vers 1980.

Afficher les données détaillées

Dates

  • 1931daté par tradition orale

Description

La maison a des murs en moellons calcaires enduits, dont celui à l'ouest est protégé par un essentage de tôle. Elle compte deux étages carrés et un étage en surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre et sommés d'un toit à longs pans, pignons couverts et couverture de tuiles mécaniques. La façade est percée au rez-de-chaussée de deux fenêtres horlogères. Les garages préfabriqués en béton ont un toit en appentis, avec couverture de tôles d'acier pour les deux au sud et de ciment amiante pour celui à l'est.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère
  • Murscalcaire / moellon / enduit / essentage de tôle
  • Toittuile mécanique
  • Étages2 étages carrés / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert
  • Escaliersescalier dans-oeuvre
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 128 Cadastre de la commune de Charquemont, 1812-1963- 3 P 128/1 : Registre des états de sections (1812)- 3 P 128/2-3 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties [1823-1906]- 3 P 128/5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1882-1910)- 3 P 128/8-9 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1911-1963)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 128
  • 50 J 34 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1948-1967
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 34
  • 50 J 35 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1948-1963
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 35
  • Papier à en-tête de la fabrique d'assortiments à cylindre Henri Feuvrier, 18 juin 1938
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jean-Marie Bessot, Maîche

Bibliographie

  • Simonin, Michel. L'horlogerie au fil du temps et son évolution en Franche-Montagne, sur le plateau de Maîche. - Maîche : M. Simonin, 2007. 143 p. : ill. ; 30 cm.

Témoignages oraux

  • Donzé Jacques, ancien horloger, historien de Charquemont
  • Nappez Michel, ancien boulanger. Charquemont
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, garage, jardin, cour

Localisation

  • CommuneCharquemont
  • Adresse 15 rue du Général Leclerc
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013