Patrimoine en Franche-Comté - Moulin à farine des Douffrans puis scierie Bertin

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Moulin à farine des Douffrans puis scierie Bertin

Illustrations

Historique

Propriété avant la Révolution des familles Myotte et Girard, le moulin (B 1114) et la scierie (B 1115) dessinés sur le plan cadastral de 1816 appartiennent alors à François Xavier Girard. L' "usine" des Douffrans passe vers 1826 à François Xavier Victor Remonay (de Saint-Hippolyte) ; au chômage la moitié de l'année, elle comporte trois paires de meules et des scies (en 1876 une scie circulaire, un châssis monolame et un châssis multilame) actionnées par quatre roues hydrauliques en-dessus. Nouveaux propriétaires par la suite : Louis Auguste Jacquot vers 1861, François Bournez (négociant à Morteau) vers 1864, Adolphe Colin (de Pontarlier) l'année suivante, Léon Jacquot vers 1883 (qui lui ajoute une petite construction vers 1885), Joseph Pugin vers 1902 (Joseph Emile, 1877-1960, descendant d'usiniers de Montlebon : petit-fils de Joseph Pugin à Cornabey et fils de François Pugin à Louadey) puis Félix Bertin (1877-1965) deux ans plus tard. Ce dernier transforme le moulin vers 1909 et 1935, puis bâtit vers 1936 une nouvelle scierie (ou reconstruit celle existante ?) au nord-est, accolée au corps principal. Une turbine hydraulique (alimentée par un bassin de retenue) et une machine à vapeur actionnent les machines. Les bois sont véhiculés par des voituriers et leurs équipages (l'un d'eux loge dans la ferme au sud-ouest - cadastrée 2017 AD 101 -, abritant aussi l'écurie). Les bâtiments sont détruits par un incendie le 22 août 1941. Ils sont réédifiés en 1943 par Félix et ses deux fils, Jules (1910-2006) et Marcel (1917-2007). Dotée de deux châssis de scies verticales et d'une déligneuse pour la fabrication des lattes, liteaux, etc., la scierie est agrandie vers 1949 (atelier d'affûtage). Elle emploie une quinzaine de personnes et se fournit en résineux dans un rayon de 20 à 25 km. La première déligneuse est remplacée par une autre, de marque Socolest, au début des années 1960 tandis que sont achetés un tracteur forestier Unimog, pour transporter les troncs depuis leur lieu de coupe, et un chariot élévateur Manitou pour les manutentions sur le site. Outre Jules et Marcel, l'affaire compte alors six ouvriers. Au départ en retraite de Marcel, vers 1984, Pascal Boillot (associé avec un M Barrand, de Montbenoît) reprend l'entreprise. En 1989, il ouvre l'atelier au sud-est et le prolonge par un hangar abritant une scie Socolest avec cabine mobile. Il construit également en 1994 un bâtiment dédié au séchage du bois (qui s'effectuait jusque-là naturellement, dans les séchoirs au nord-ouest où les planches étaient disposées verticalement). La scierie ferme en 2008 et le matériel est vendu. Le site est actuellement désaffecté, l'étang a disparu et les vestiges du canal d'amenée sont visibles au sud de l'autre côté de la route.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e quart 20e siècle
  • Principale4e quart 20e siècle

Dates

  • 1943daté par tradition orale

Description

Le bâtiment (habitation et garage) reconstruit à l'emplacement de l'ancien moulin a des murs en moellons calcaires (avec enduit partiel) et parpaings de béton. Mêmes matériaux pour la scierie (à charpente en bois apparente), présentant en outre un pan de bois essenté de planches au nord-est, du côté de l'atelier d'affûtage. Coiffé d'un toit en appentis, ce dernier est réalisé en béton et sur pilotis. Le séchoir au nord et l'atelier de la scie Socolest au sud sont des hangars industriels à charpente en bois. Le séchoir récent au sud-est est en pan de fer essenté de planches, avec charpente métallique apparente et couverture en acier. Si l'habitation comporte un étage carré et un étage en surcroît, la scierie est en rez-de-chaussée avec étage de soubassement. Les toits sont à longs pans et pignons couverts, à couverture de tuiles mécaniques.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit partiel / béton / parpaing de béton / enduit / bois / pan de bois / essentage de planches / fer / pan de fer / essentage de planches
  • Toittuile mécanique / acier en couverture
  • Étages1 étage carré / étage en surcroît
  • Couvrementscharpente en bois apparente / charpente métallique apparente
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert / appentis / noue
  • Escaliersescalier dans-oeuvre
  • Énergiesénergie hydraulique / produite sur place / énergie électrique / achetée
  • État de conservationétablissement industriel désaffecté

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 287 Cadastre de la commune de Grand'Combe-Châteleu, 1814-1961- 3 P 287 : Atlas parcellaire (14 feuilles), dessin (plume, lavis), par le géomètre du cadastre Vial, 1816- 3 P 287/1 : Registre des états de sections, 1818- 3 P 287/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1822-1874- 3 P 287/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1874-1914- 3 P 287/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 287/7-8 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1914-1961- 3 P 287/9 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1961
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 287
  • 7 S 55 Cours d'eau et usines. Régime des eaux. Moulins-usines (1805-1919)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon
  • Statistique de l'utilisation de la force motrice des eaux. In Annuaire départemental du Doubs pour 1852, 40e année, 1851, p. 103-158.

Documents figurés

  • Commune de Grand'Combe. Règlement d'eau des usines Bobillier Amédée, Vermot Virgile, Sudant Vve, Droz Joseph, Vuillemin Alexis et Colin Adolphe, dessin (plume, lavis), par le conducteur des Ponts et Chaussées Couturier, Pontarlier le 21 juin 1876- Plan parcellaire, sans échelle [1/2 500], 30,5 x 126 cm- Profils en long et en travers et dessins de détails, échelles diverses (1/2 500 pour le profil en long, 1/200 pour les dessins de détail), 31 x 210 cm
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 7 S 55
  • [La scierie Bertin, vue de trois quarts gauche], photographie, s.n., s.d. [2e quart 20e siècle ?]
    Lieu de conservation : Collection particulière : Louis Girard, Grand'Combe-Châteleu
  • Prises de vues aériennes de l'IGN (20e siècle). Consultables en ligne via le site du Géoportail (www.geoportail.gouv.fr)

Bibliographie

  • Courtieu, Jean (dir.). Dictionnaire des communes du département du Doubs. - Besançon : Cêtre, 1982-1987. 6 t., 3566 p. : ill. ; 24 cm.
  • La roue hydraulique. Naissance de l'industrie dans le val de Morteau. - [Morteau] : [Lycée d'Enseignement Professionnel], [1982]. 60 p. : ill. ; 21 cm. Ouvrage réalisé par des élèves du collège de Morteau dans le cadre d'un projet d'action éducative.

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Bertin Jacques, fils de Marcel Bertin. Grand'Combe-Châteleu
  • Girard Louis, propriétaire de l'ancienne forge des Cordiers, à Grand'Combe-Châteleu.
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)moulin à farine, scierie
  • Parties constituantes non étudiéesaire des matières premières, aire des produits manufacturés, atelier de fabrication, atelier de réparation, pièce de séchage, bureau, logement, garage

Localisation

  • CommuneGrand'Combe-Châteleu
  • Milieu d'implantationen village
  • Lieu-dit Douffrans les
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau
  • Hydrographiedérivation du Théverot

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2016