Patrimoine en Franche-Comté - 2 machines à marteler (mouton à courroie et martinet vertical)

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

2 machines à marteler (mouton à courroie et martinet vertical)

5-9 Pré Rondot
25 - Grand'Combe-Châteleu
Dossier IM25005404 réalisé en 2017
Edifice : Ferme, atelier de taillanderie et atelier (puis usine) de tournerie Vuillemin  (Référence : IA25001670)

Illustrations

Historique

Les deux machines sont peut-être antérieures à 1900 (l'une ou l'autre pourrait-elle provenir de la taillanderie Bobillier, aux Forges ?). Au contraire du martinet, le mouton à courroie pourrait être de fabrication artisanale.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e moitié 19e siècle

Dates

Description

Animés par la même transmission à poulies et courroies (en cuir) que le martinet voisin, les deux machines sont entraînées par le même moteur électrique. La première, la plus éloignée du martinet, est un mouton à courroie (ou mouton à friction) rudimentaire. La masse en fonte aciérée coulisse entre deux barres cylindriques en acier, dont le pied est fixé dans un trou de la chabotte et la partie haute laissée libre ; l'écartement entre les barres est maintenu par une entretoise en partie haute. La chabotte en fonte aciérée repose sur un socle en bois soutenu par un massif en béton. La masse est fixée à une courroie (en poil de chameau ?) tressée, qui s'achève par une poignée en bois et métal : en tirant sur cette poignée, le forgeron presse la courroie contre la poulie métallique solidaire de l'arbre moteur et la friction soulève la masse, qui retombe ensuite de tout son poids. La deuxième machine est un martinet vertical à ressort, travaillant avec une fréquence de frappe élevée. Reposant également sur un socle en bois puis en béton, il se compose d'un fort bâti en fonte sur lequel sont fixés, de haut en bas : le ressort à lames, le système d'embrayage, la came double, la matrice mobile et son guide, la matrice fixe. Le ressort, travaillant en compression, est formé de deux ressorts à lames placés en vis-à-vis et réunis par leurs extrémités. Pour actionner la machine, une poignée coulissante permet de déplacer la courroie de la poulie folle sur celle motrice. Cette dernière, à gauche, est solidaire d'un arbre portant deux cames opposées (au centre) et un volant d'inertie, à droite. Lorsque l'arbre est en rotation, chaque came soulève à son tour le guide de la matrice mobile qui, lorsque la came s'échappe, est repoussé vers le bas par le ressort. L'ouvrier est assis face au martinet sur un siège suspendu au plafond par une chaîne.

Afficher les données détaillées

  • Précision dimensions

    Dimensions hors tout (en cm). Mouton à courroie : h = 204 (230 avec les socles en bois et en béton), la = 61, pr = 51, d du socle en béton = 61. Martinet : h = 165 (206 avec les socles en bois et en béton), la = 90, pr = 106 (160 avec le siège).

  • Catégoriesindustrie métallurgique et de transformation des métaux
  • Structuresproduit élaboré d'origine minérale / solide en masse / produit brut / produit semi-fini
  • Matériauxfonte de fer / acier / bois feuillu indigène / poil
  • État de conservationen état de marche

Documentation

Témoignages oraux

  • Vuillemin Benoît, exploitant la ferronnerie d'art. Grand'Combe-Châteleu
  •  

Désignation

  • Dénomination(s)machine à marteler

Localisation

  • CommuneGrand'Combe-Châteleu
  • Adresse 5-9 Pré Rondot
  • Milieu d'implantationen village
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau
  • Emplacement dans l'édifice forge à chaud

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2017