Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'horlogerie de Jules Renaud-Bezot, d'Henri Cupillard puis de Maurice Bouhelier

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'horlogerie de Jules Renaud-Bezot, d'Henri Cupillard puis de Maurice Bouhelier

Illustrations

Historique

La maison (qui sera agrandie d'une travée à l'ouest) est bâtie vers 1893 pour l'horloger Jules Renaud-Bezot (1861-1940), originaire de Villers-le-Lac où son père Hippolyte (mort en 1881) était "pierriste" et où son frère Albert Renaud-Bezot a son propre atelier d'horlogerie (5 rue de l'Ile, aux Bassots). Elle est achetée à la fin des années 1910 par le brigadier des douanes Gustave Cupillard (1877-1958) puis passe à son fils l'horloger Henri Cupillard (1916-2009). Ce dernier est frère d'horlogers - Albert (installé en 1951 au 39 rue Neuve), Maurice (qui partira pour Besançon) et Jean - et beau-frère d'horloger - Maurice Bouhelier (établi en 1932 au 33 rue Neuve). Le 9 août 1948, il dépose la marque Enry pour les montres qu'il produit dans le bâtiment (portant alors le n° 19 dans cette même rue Neuve). Travaillant avec un ouvrier, il cesse son activité l'année suivante. La maison accueille alors l'atelier de Maurice Bouhelier (1904-1982) lequel, exploitant la marque Bouée, y emploie quatre personnes : une au bureau et trois ouvriers. Il arrête en 1961 son affaire, reprise par son fils Jacques (né en 1929) et classée en 1965 dans la catégorie de 0 à 9 salariés. Associé avec son oncle Jean Cupillard, Jacques Bouhelier a créé en 1953 la marque Kiplé ("la montre qui plaît") et sa propre société, spécialisée dans la vente directe aux particuliers de montres fabriquées par son père. Il s'est tout d'abord établi au 3 place de l'Hôtel de Ville, au deuxième étage de l'ancien bâtiment d'Emile Wetzel, avant d'acquérir en 1957 un immeuble au 17 rue de l'Helvétie et d'y transporter son entreprise et l'atelier de son père, réunis au sein de la Société mortuacienne d'Horlogerie. La maison, qui n'abrite dès lors plus d'activité productive, a été convertie en immeuble.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 19e siècle

Description

La maison, aux murs en moellons calcaires enduits, est coiffée d'un toit à longs pans, pignons couverts et tuiles mécaniques. Elle comporte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage en surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre. Les baies sont en majorité à encadrement en briques et en arc segmentaire ; une fenêtre horlogère est visible dans le pignon oriental.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert
  • Escaliersescalier dans-oeuvre

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 412 Cadastre de la commune de Morteau, 1816-1978- 3 P 412 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Girardier et Mestre, 1816-1817- 3 P 412/1 : Registre des états de sections, 1818- 3 P 412/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1875. Le 1er volume manque.- 3 P 412/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 412/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 412/7-9 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1911-1965- 3 P 412/10-13 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1978
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 412
  • 50 J 24 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1948-1974
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 24

Documents figurés

  • Morteau. - Vue générale prise du Champ des Chèvres [au nord-ouest], carte postale, s.n., [1er quart 20e siècle, entre 1900 et 1903], Charles Pierre éd. à Morteau. Porte les dates 14 juin 1903 (manuscrite) au recto et 15 juin 1903 (tampon) au verso. 1900 = maison de Charles Barbier.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces

Bibliographie

  • Les établissements horlogers en France. - S.l. : s.n., mars 1965. 17 p. ronéotypées ; 20 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Simonin, Maîche

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/
  • Monneret, Christian. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Bouhelier Jacques, fils de Maurice Bouhelier et fondateur de la Société mortuacienne d'Horlogerie, Morteau.
  • Droz Yves, collectionneur de pièces horlogères et fondateur du Musée de la Montre, Villers-le-Lac
  • Vuez Jean-Claude, descendant d'une famille d'horlogers, historien de la société Parrenin, Villers-le-Lac
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, garage, cour

Localisation

  • CommuneMorteau
  • Adresse 31 rue Neuve
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013