Patrimoine en Franche-Comté - Lycée d'état de garçons, puis lycée Roosevelt, actuellement lycée Condorcet

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Lycée d'état de garçons, puis lycée Roosevelt, actuellement lycée Condorcet

13 rue du président Roosevelt
90 - Belfort
Dossier IA90000162 réalisé en 2012

Illustrations

Historique

La création du lycée national sur le plateau de Bellevue résulte indirectement du Traité de Francfort du 10 mai 1871, la ville-"demeurée française après le siège héroïque" devant faire face à un afflux d'élèves venus de l'ancien Haut-Rhin annexé, afin de "faire leur éducation et leur instruction françaises." Son financement (902 822 f) est assuré par l'état (602 822 f) la ville (200 000 f) et des donations d'industriels de Mulhouse (100 000f ). L'ingénieur en chef Yundt (ou Jundt) en est l'auteur. Selon le décret présidentiel de 1873, "le collège municipal sera érigé en lycée national". Les travaux débutent en avril 1873 et les premiers élèves sont accueillis le 4 novembre de la même année. Les conditions très rapides de la construction seront souvent critiquées, ainsi que le "froid et la violence des vents de ce plateau, " tout comme "son voisinage dangereux au point de vue de la moralité et de la salubrité." Rapidement pourtant, le fort accroissement du nombre d'élèves (150 internes sont initialement prévus, 310 s'inscrivent en 1875) contraint à la construction d'un nouveau bâtiment dit le petit lycée -autrement dit petit collège- en 1877-1878. Les travaux dirigés par l'architecte départemental Cordier sont réceptionnés le 13 juillet 1883. En 1881, on édifie un mur d'enceinte. Des travaux de reconstruction ont lieu en 1932 ; d'autres sont prévus dans les programmes de grands travaux décidés en 1936 pour 1937. L'architecte Paul Giroud construit un bâtiment de restauration et un gymnase en 1963 et 1964, un bâtiment d'externat en 1965 le long du faubourg de Lyon, des annexes au gymnase en 1968, en même temps qu'est aménagé un terrain de sport. La chaufferie, d'abord abritée dans le bâtiment ? est agrandie en 1965. Avec son fils Jean Claude qui rejoint le cabinet en 1970, il crée l'internat en 1972. Sur la base de son projet du 18 janvier 1973, sa fille Nicole Giroud réalise une œuvre d'art au nord-est de la cour d'honneur en 1974. En 1991 et 1992, Jean-Claude Giroud construit le bâtiment pyramidal de la vie scolaire abritant le centre de documentation et d'information (cdi) mis en service en 1993. En 1992, une cafétéria est construite en sous-sol dans l'angle sud-ouest du bâtiment de restauration et, en 1999, une extension avec son ascenseur est construite à l'est du même bâtiment, destinée aux réceptions des livraisons. Après la décentralisation, collège et lycée sont distingués mais ici, les équipements sportifs (gymnase et terrains de sport) et la restauration sont communs. En 2004, on étend le gymnase à l'est, chaufferie et chaudières sont refaites et l'on installe - en démolissant un préau- des silos enterrés dans la cour du petit lycée pour le bois de chauffage. D'abord dit lycée d'état de garçons, l'établissement est ensuite dénommé lycée Roosevelt, puis lycée Condorcet le 25 novembre 1994.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 19e siècle
  • Principale3e quart 20e siècle
  • Principale4e quart 20e siècle

Dates

  • 1873daté par source
  • 1877daté par source
  • 1964daté par source
  • 1965daté par source
  • 1972daté par source
  • 1991daté par source

Auteurs

Description

Le lycée occupe un vaste terrain clos de murs, en pente, descendant en direction des voies ferrées et en direction de l'entrée principale, marquée par la présence de la conciergerie, en rez-de-chaussée sur un sous-sol avec un étage de comble, un toit brisé en pavillon. Après l'avoir longée, on accède à la cour d'honneur que domine le bâtiment d'origine, dit le grand lycée, en forme de H. Il a été construit en 1873, en moellons enduits, avec encadrement des baies et chaînes d'angle en pierre de taille de grès, bandeau d'appui au niveau du premier étage et corniche. Il a une toiture à longs pans, un toit brisé en pavillon, à égout retroussé, couverte en bardeaux asphaltés. Son aile ouest compte deux étages carrés, un étage de comble, un étage de soubassement, desservis par 2 escaliers, un ascenseur et un monte-charge. Dans la continuité de cette aile, attenant au sud, se trouve le collège. L'aile est compte deux étages carrés, un étage de comble, deux étages de soubassement, desservis par 3 escaliers tournant à retours sans jour et deux ascenseurs. Sa partie centrale compte deux étages carrés, un étage de comble desservis par un escalier tournant à retours avec jour. Son rez-de-chaussée donne sur la cour d'honneur par une galerie ouverte avec des arcs en plein cintre qui se poursuit en retour sur une partie des ailes latérales, par des baies de même dimension mais fermées. Le sol de la galerie ouverte et les parties basses des murs sont décorés de mosaïque à motifs géométriques, qu'on retrouve à l'identique dans le couloir du premier étage. Sur leurs façades postérieures, les deux ailes ont deux avant-corps légèrement saillants, marqués par des chaînages de grès. Du fait de la pente du terrain, le rez-de-chaussée de la façade postérieure de l'aile est est rythmé par des hautes et étroites baies couvertes d'un arc en plein cintre. 6 escaliers tournant à retours avec jour, en maçonnerie, desservent le grand lycée. Accroché à sa grande façade postérieure sud, le centre de vie scolaire, dit la pyramide, est édifié en 1992-1993. Il comporte deux étages, sa toiture en plaques de fibre amiante, en pavillon, est percée par les fenêtres d'un étage de combles. Son rez-de-chaussée est occupé par une salle polyvalente, un hall, une cafétéria ; faute de préau, par mauvais temps, les élèves s'y rassemblent. Dans ses étages, il abrite le centre de documentation et d'information, des salles, notamment pour les professeurs. Attenant au sud à l'aile est, la chaufferie, rénovée en 2005, est couverte en terrasse ; son étage est un espace de circulation vers le petit lycée, disposé en équerre à l'est. Edifié en moellons en 1877- 1878, celui-ci a 3 étages carrés et un étage de comble et son toit à longs pans et croupe comprend un toit brisé en pavillon. Deux silos ont été creusés dans la cour du petit lycée, au nord, pour stocker le bois de chauffage. Un transformateur électrique se trouve le long du mur de clôture est, au nord du pignon est du petit lycée. Plus à l'est et dans l'axe du petit lycée, élevé en 1963-1964, le bâtiment de restauration, en parpaing de béton, en rez-de-chaussée sur sous-sol a une toiture à longs pans en acier inox, avec noues, simulant une organisation en 4 corps de bâtiments disposés autour d'un cour surmontée d'un lanterneau de forme rectangulaire. Son extension à l'est est équipée de deux ascenseurs. Occupant l'extrémité sud-est de la parcelle, le gymnase est bâti en 1964 et 1965, en rez-de-chaussée sur vide sanitaire et soubassement, couvert par une toiture en terrasse. Au sud, en limite de parcelle, des garages en béton couverts en tôle ondulée. A l'ouest, le gymnase est bordé par un terrain de sport avec sa piste d'athlétisme, orienté est-ouest, à l'extrémité ouest duquel on trouve l'internat. Elevé en béton en 1970-1972, il comporte 4 étages carrés sur vide sanitaire et inclut l'infirmerie et son logement annexé dans l'aile nord ainsi que des logements de fonction au sud.

Afficher les données détaillées

  • Planplan symétrique en H
  • Mursbéton / grès / enduit / moellon / parpaing de béton / béton armé / pierre de taille
  • Toitmatériau synthétique en couverture / acier en couverture / tôle ondulée
  • Étages4 étages carrés
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturesterrasse / toit à longs pans brisés / appentis / toit en pavillon / toit brisé en pavillon / croupe / noue / lanterneau
  • Escaliersescalier en équerre / en charpente / escalier tournant à retours avec jour / en maçonnerie / escalier tournant à retours sans jour / en maçonnerie / escalier en équerre / en maçonnerie
  • Autres organes de circulationsmonte-charge / ascenseur
  • Techniques de décor

Documentation

Bibliographie

  • Giroud, Jean-Claude, Etat des lieux, 2005, dossier dactylographié, sans pagination continue.

Documents d’archives

  • Territoire de Belfort rentrée 1965, Etat récapitulatif des locaux pour 1965 dans l'académie de Besançon 1965, correspondances. Montbéliard : lycée technique nationalisé mixte rue des huisselets : simple affectation des locaux d'internat des lycées rue Guynemer et rue velotte sans aménagement particulier.
    Lieu de conservation : Archives nationales, Paris  - Cote du document : F17 bis 21773 0019780190/17 3110/ADOC,
  • 620 W 24 Education - Lycées de Franche-Comté : dossier lycée Condorcet, Belfort. construction du centre de vie scolaire et centre de documentation et d'information, 1992, plans.
    Lieu de conservation : Région Franche-Comté, Archives, Besançon  - Cote du document : 620 W 24
  • correspondances, lycée de Belfort (1873-1884) (travaux, descriptif, réception, grand et petit lycée)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : T 261
  • Correspondances en vue de la restauration du lycée (1930 -1937 ) (rapport de l'architecte du gouvernement Umbdenstock sur le mauvais état du bâtiment)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : T 1325
  • correspondances
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 1242 W 129
  • 2 W 5 ? - Education - Lycées de Franche-Comté
    Lieu de conservation : Région Franche-Comté, Archives, Besançon  - Cote du document : 2 W 5 ?

Témoignages oraux

  • Témoignage oral de Jean Claude Giroud : recueilli le 15 mai 2012
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété publique
  • Précision statut[]

Désignation

  • Dénomination(s)lycée
  • Parties constituantes non étudiéespiste d'athlétisme, stade, gymnase, internat, escalier indépendant, chaufferie, conciergerie, logement, infirmerie, cantine, stationnement, mur de clôture, silo, cour, transformateur

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Mairot Philippe
  • Date de l'étude2012