Patrimoine en Franche-Comté - Mécanisme d'horloge (mouvement de montre mécanique Péquignet dit Calibre Royal)

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Mécanisme d'horloge (mouvement de montre mécanique Péquignet dit Calibre Royal)

1 rue du Bief
25 - Morteau
Dossier IM25005478 réalisé en 2018
Edifice : Usine d'horlogerie (usine de montres) Péquignet  (Référence : IA25001841)

Illustrations

Historique

Ce mouvement a été fabriqué en 2018 par la société Péquignet Horlogerie. Celle-ci est issue de l'affaire créée en 1973 par Emile Péquignet et reprise en 2004 par Didier Leibundgut (ancien Pdg de Slava et Dg de Zenith France). Ce dernier en oriente alors la production vers la montre mécanique de haut de gamme et, à partir de 2005, fait concevoir et développer en interne, par Huy Van Tran et Ludovic Perez, son propre mouvement automatique. Assemblé dans l'usine à partir de composants réalisés en sous-traitance, le "Calibre Royal" est présenté en mars 2010 à la foire de Bâle et sa commercialisation débute en juin 2011. Actuellement, la nouvelle société Péquignet Horlogerie organise sa production de montres en deux pôles : "Horloger créateur", utilisant des mouvements du commerce, et "Manufacture", basé sur le Calibre Royal. Elle décline ce mouvement en plusieurs versions munies de diverses complications, ce qui correspond à la commande initiale de D. Leibundgut : "comprimer sur une seule platine tout le fond de montre qui va du barillet à l'échappement et y ­inclure les complications de manière symétrique". Début 2018 en a été lancée une version à remontage manuel : le Calibre Royal Manuel.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale1er quart 21e siècle

Dates

  • 2018daté par tradition orale

Auteurs

Origine

  • exécuté sur placeusine d'horlogerie (usine de montres) Péquignet, Morteau

Description

Le mouvement, au calibre 13 3/4 lignes (soit 31 mm), est réalisé en laiton et en acier. Il compte 318 composants car il est muni de l'ensemble des complications : seconde, grande date et jour (quantième), phases de lune, réserve de marche. Il bat avec une fréquence de 21 600 alternances/heure (3 Hz) et comporte un échappement à ancre, un balancier à quatre bras avec réglage par vis compensatoire, deux amortisseurs de chocs Kif, 39 rubis. Automatique, il dispose aussi d'un remontoir manuel et a, du fait de son grand barillet, une réserve de marche de 88 heures.

Afficher les données détaillées

  • Précision dimensions

    Dimensions approximatives (en mm) : d = 31, h = 3.

  • Catégorieshorlogerie / métrologie
  • Structurescirculaire
  • Matériauxlaiton / acier / matériau de synthèse
  • Représentationsfleur de lys
  • Précisions sur la représentation

    Fleur de lys peinte en noir sur la masse oscillante.

  • Inscriptionsinscription concernant le fabricant / sur l'oeuvre / gravé / peint / inscription technique / sur l'oeuvre / gravé / peint
  • Précisions sur les inscriptions

    Inscriptions gravées côté fond : PEQUIGNET [et] MANUFACTURE (sur la platine en lettres dorées), GRAND BARILLET (sur le barillet en lettres dorées), 39 Rubis (près du barillet), EPM01 [et] 00794 (près du balancier). Inscriptions (en blanc sur fond noir) visibles côté cadran : quantièmes sur deux disques concentriques (chiffres de 0 à 3 - répétés trois fois - sur le disque extérieur et chiffres de 0 à 9 sur le disque intérieur) et jours (trois premiers caractères en français) sur un autre disque en étoile. Troisième disque côté cadran pour la phase de lune : deux ronds et des étoiles argentés sur un fond noir.

Documentation

Documents multimédias

  • Calibre Royal Pequignet, tout savoir ! - 2018. Document consultable en ligne sur le site MagMontres (www.magmontres.fr) : https://www.magmontres.fr/calibre-royal-pequignet-tout-savoir-00736 (consultation : 18 octobre 2018)
  • Peneau, Martin. Pequignet Calibre Royal : la renaissance de la haute horlogerie française. - 28 septembre 2010.Document consultable en ligne sur le site Uptime (http://uptime.mensup.fr) : http://uptime.mensup.fr/news/autour-des-marques/a,84642,pequignet-calibre-royal-la-renaissance-de-la-haute-horlogerie-francaise.html (consultation: 18 octobre 2018)
  • Tresmontant, Emmanuel. Pequignet, la renaissance de la haute horlogerie française. Paris Match, 30 mars 2013, ill. Document (mis à jour le 29 février 2016) consultable en ligne sur le site de Paris Match (www.parismatch.com) : https://www.parismatch.com/Vivre/Montres/Pequignet-La-renaissance-de-la-haute-horlogerie-francaise-235084 (consultation : 18 octobre 2018)

Bibliographie

  • Mamet, Joël. Carnets de Bâle feuilletés chez les Comtois du salon de l'horlogerie (V et fin). Péquignet, double pari. L'Est républicain, édition du Doubs, mardi 13 mars 2012, ill.
  • Mamet, Joël. Péquignet, retour de tic-tac. L'Est républicain, édition du Doubs, 2 décembre 2012, ill.
  • Mamet, Joël. Le retour du "Graal" horloger en Comté. L'Est républicain, édition du Doubs, samedi 6 décembre 2014

Témoignages oraux

  • Royer Dani, président de la société Péquignet. Morteau
  •  

Lien(s) web

Désignation

  • Dénomination(s)mécanisme d'horloge

Localisation

  • CommuneMorteau
  • Adresse 1 rue du Bief
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2018