Patrimoine en Franche-Comté - Tissage de coton Saillet, puis usine de pièces détachées en matière plastique Maglum, actuellement Johnson Controls Conflans

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Tissage de coton Saillet, puis usine de pièces détachées en matière plastique Maglum, actuellement Johnson Controls Conflans

8 rue de l' Industrie
70 - Conflans-sur-Lanterne
Dossier IA70000187 réalisé en 2006

Illustrations

Historique

Le tissage de coton est édifié au début du 20e siècle, vers 1904-1907, par l'industriel vosgien Pierre Sailley, associé aux sieurs Dutang, Savigney et Botton, originaires de Villefranche-sur-Saône (69). Mise en jeu par une machine à vapeur, l'usine produit des "doublures pour teintures et blanchiments" et du tissu écru. Malgré le retrait de Pierre Sailley en 1914, l'affaire prend pour nom Tissage Saillet Fils et Cie (1918) , puis Société Anonyme du tissage de Conflans-sur-Lanterne (1931) , cette dernière possèdant des établissements à Faverney (70) et Saint-Maurice (88). Deux logements ouvriers collectifs sont édifiés au nord de l'usine. A sa fermeture en 1962, le tissage, dénommé George, est cédé à la Société Mécanique de Conflans, sous-traitant de l'équipementier automobile Maglum, qui travaille la matière plastique en injection. L'établissement industriel produit alors des pare-soleils pour Peugeot, Renault et des entreprises allemandes et anglaises. Elle fabrique également des pièces pour articles ménagers. Le site est repris en 1981 par le groupe allemand Happich, qui poursuit le même type de fabrication (pare-soleils, cendriers et poignées pour l'industrie automobile). La cheminée de la chaudière, construite par l'entreprise belfortaine Rietsch, a été détruite en 1991. L'usine a été agrandie et modifiée (bureaux) dans les deux dernières décennies du 20e siècle. Devenue Happich Mécanique dans les années 1980, l'usine est passée dans le groupe de l'équipementier automobile américain Johnson Controls. Le tissage met en jeu 400 métiers au début du 20e siècle. Deux générateurs à vapeur, dont un de marque Scheidecker et Kohl (Lure, 70) , ont été autorisés en 1931. Le tissage emploie 135 ouvriers en 1910, 110 en 1917, et 128 en 1931. L'effectif monte à 230 personnes en 1980 et 283 en 1991.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale1er quart 20e siècle
  • Principale4e quart 20e siècle

Description

Construit en rez-de-chaussée, l'atelier de fabrication est en moellon de grès enduit, couvert de sheds en tuile mécanique. Les extensions sont en charpente métallique, essentage et couverture en tôle ou ciment amiante. Les bureaux, construits le long de la rue, ont un étage carré. Les logements ouvriers, à deux entrées indépendantes, sont en moellon de calcaire enduit, à un étage carré, couverts de toits à longs pans.

Afficher les données détaillées

  • Mursgrès / moellon / enduit / béton / parpaing de béton / essentage de tôle
  • Toittuile mécanique / fer en couverture / ciment amiante en couverture / verre en couverture
  • Étages1 étage carré
  • Couverturestoit à longs pans / shed
  • Énergiesénergie thermique / énergie électrique / produite sur place / achetée

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)tissage, usine de pièces détachées en matière plastique
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement patronal, magasin industriel, bureau, logement d'ouvriers

Localisation

  • CommuneConflans-sur-Lanterne
  • Adresse 8 rue de l' Industrie
  • Milieu d'implantationen village
  • Aire d'étude et cantonHaute-Saône - Saint-Loup-sur-Semouse

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2006

Localisation