Patrimoine en Franche-Comté - Usine de traitement de surface des métaux (usine de galvanoplastie) Sécuritor

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine de traitement de surface des métaux (usine de galvanoplastie) Sécuritor

Illustrations

Historique

Le bâtiment est construit en 1953 pour la société Sécuritor, appartenant au groupe Haenni. Ce dernier est né de l'entreprise de dorage et galvanoplastie créée par Albert Haenni, qui s'est installé au tout début du 20e siècle à Charquemont : en 1904 dans l'immeuble Froidevaux au 5 Rue Neuve puis en 1913 dans ses propres locaux au 2 rue Victor Hugo. Au milieu du siècle, Serge, un fils d'Albert, dirige le groupe. Il s'associe avec Marcel Bourgeois au sein de la Sarl Sécuritor (au capital de 15 000 F), fondée le 15 novembre 1948 pour exploiter une usine de galvanoplastie (placage or, marques Plaquor et Superplaquor déposées). Marcel avait inventé en 1921 un procédé de plaquage or par électrolyse (le "blindage"), à l'origine des marques Blindé-Or, Blindor, Feuillor et Mifeuille (fonction de l'épaisseur de la couche d'or déposée), procédé qu'il avait industrialisé à Damprichard avec son frère Henri, à la tête de l'usine de fabrication de boîtes de montre et de traitement de surface établie au 1 rue de l'Industrie. En 1930, la société Bourgeois ouvre à Maîche un atelier pour réaliser en sous-traitance le blindage des plumes de stylo pour la maison parisienne Paillard puis, à partir de 1935, pour la maison Baignol et Farjon, de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Cette création est certainement à l'origine de l'installation à cette époque de Marcel dans la maison au 10 rue Malseigne (cadastrée 2015 AI 18) dont l'atelier, occupant une partie du rez-de-chaussée, se poursuivait à l'extérieur par une baraque en planches. Classée en 1963 dans la tranche des sociétés employant de 50 à 99 salariés, l'entreprise Sécuritor réalise donc traitement de surface et polissage, mais le bâtiment accueille aussi une fabrique d'outils en carbure, filiale de Haenni, dont la clientèle est majoritairement suisse (elle compte notamment la société Sandoz Fils et Cie, de La Chaux-de-Fonds), et peut-être un temps la fabrication des assortiments (échappements) ancre. Son directeur technique est Robert Stimmesse, de Giromagny (Territoire de Belfort), le gendre de Marcel Bourgeois (marié à sa fille Jacqueline), qui occupe le logement du deuxième étage. Son décès entraîne la disparition de la société (employant une quinzaine de personnes) à la fin des années 1970 ou au début des années 1980. Le bâtiment passe, pendant moins d'une dizaine d'années, à la Société d'Exploitation des Ets Joseph Fleury, de Damprichard (4 rue de la Mairie), qui y réalise de la galvanoplastie pour ses besoins ; la fabrique d'outils, reprise par Rémy Dubail, donne naissance à la société Mécanic'outils, transférée en 1993 à Frambouhans (rue des Louvières). Le site a été converti en immeuble d'habitation en 2006-2007 par le cabinet d'architecture Art (Art Réalisations Techniques) de Jean Fluckiger, à Desandans, qui, sans toucher aux ouvertures, y a aménagé huit appartements (trois au rez-de-chaussée, deux à chacun des deux étages carrés et un dans le comble).

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale3e quart 20e siècle

Dates

  • 1953daté par source

Description

Le bâtiment a peut-être des murs en béton enduit. Formé de deux corps accolés, il comporte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré (corps ouest) ou deux (corps est) et un étage en surcroît. La desserte est assurée par un escalier dans-oeuvre tournant à retours et un escalier extérieur droit récent à cage ouverte, situé à l'arrière du corps occidental. Les murs sont percés de nombreuses fenêtres d'ateliers. Les toits sont à longs pans et croupes, avec couverture de tuiles mécaniques.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie d'atelier
  • Mursbéton / enduit
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 2 étages carrés / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / croupe
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier tournant à retours / en maçonnerie / escalier de distribution extérieur / escalier droit / en maçonnerie / cage ouverte
  • Énergiesénergie électrique / achetée
  • État de conservationétablissement industriel désaffecté

Documentation

Documents d’archives

  • Cadastre de la commune de Maîche [1812-1977]- Registre des états de sections (1812) - Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties : Propriétés foncières [1826-1914] - Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1883-1896 [1882-1910] - Matrice cadastrale des propriétés bâties [1911-1977]
    Lieu de conservation : Archives communales, Maîche
  • Dossier de permis de construire une "fabrique et habitation" déposé par la société Sécuritor, 1951
    Lieu de conservation : Archives communales, Maîche  - Cote du document : PC 2650
  • Dossier de permis de construire pour "aménagement de 8 logements dans une ancienne usine" par l'Eurl Guillaume David, 2006
    Lieu de conservation : Archives communales, Maîche  - Cote du document : PC 02535606H0010

Documents figurés

  • Projet de rénovation d'un bâtiment anciennement à usage d'usine [plans, coupes et élévations donnant l'état de l'existant et l'état projeté], dessin (tirage), par Art - Jean Fluckiger, le 30 mars 2006, 21 x 42 cm, échelle 1/75
    Lieu de conservation : Archives communales, Maîche  - Cote du document : PC 02535606H0010
  • Prise de vue [élévations du bâtiment avant transformation], photographie en couleur (sortie imprimante), par Art - Jean Fluckiger, le 30 mars 2006
    Lieu de conservation : Archives communales, Maîche  - Cote du document : PC 02535606H0010

Bibliographie

  • Maîche au fil des siècles. - Maîche : la Ville, 1999. 116 p. : ill. ; 30 cm. Numéro spécial du Bulletin municipal (n° 21)
  • Simonin, Michel. L'horlogerie au fil du temps et son évolution en Franche-Montagne, sur le plateau de Maîche. - Maîche : M. Simonin, 2007. 143 p. : ill. ; 30 cm.
  • Sornay, Lionel. Prosopographie des entreprises horlogères et de leurs financeurs sur le plateau de Maîche 1925-1973. - Besançon : Université de Franche-Comté, 2003. 56 p. : ill. ; 30 cm. Mém DEA : histoire industrielle : Besançon : 2003 ; 51.
  • Vuillet, Bernard. Entre Doubs et Dessoubre. Tome III. Autour de Charquemont et Damprichard, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1991. 243 p. : cartes postales ; 31 cm.

Documents multimédias

  • Mariotte, Jacques. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Bourgeois Bernard, ancien directeur de la société Henri Bourgeois. Damprichard, 2012
  • Bourgeois Jean-Luc, petit-neveu de Marcel Bourgeois et frère de Bernard Bourgeois. Saint-Vit
  • Donzé Jacques, ancien horloger, historien de Charquemont
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine de traitement de surface des métaux
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bureau, entrepôt industriel, logement, magasin industriel, cour

Localisation

  • CommuneMaîche
  • Adresse 5 rue Pasteur
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013