Patrimoine en Franche-Comté - Hôtel Chifflet

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Hôtel Chifflet

23 rue des Granges
25 - Besançon
Dossier IA25000590 réalisé en 2009

Illustrations

Historique

Le fonds de l'hôtel est constitué à partir du 16e siècle, tout d'abord grâce à Laurent Chifflet qui acheta le 23 juin 1555 une portion de maison située rue des Granges, puis le 3 février 1566 une maison avec jardin, verger et vigne dans la même rue. Son fils Jean compléta le fonds le 2 mai 1586 par l'achat de trois ouvrées de vigne dans le clos Saint-Paul, puis le 8 mars 1597 par l'acquisition d'une autre portion de terrain au même endroit. De la 2e moitié du 16e siècle subsiste la façade postérieure du logis principal. En 1734, la façade antérieure de ce même logis fut rebâtie par l'architecte Jean-Pierre Galezot (avec la construction probable de l'aile droite sur cour) , la date de 1734 étant inscrite sur le tympan en menuiserie du portail. Etienne-Joseph-François Chifflet, président du parlement de Franche-Comté, agrandit la maison par l'achat, en 1744, d'une maison située à gauche de l'hôtel primitif. En 1750, l'architecte Jean-Charles Colombot unifie la façade sur rue en reprenant pour les deux nouvelles travées de gauche le dessin des baies de la partie droite. On lui doit sans doute aussi la création de l'aile gauche dans la première cour, du logis secondaire entre les deux cours et de l'aile gauche située dans la deuxième cour. En 1787, Ferréol-Xavier Chifflet d'Orchamps rachète une maison et un grand jardin situés vers le couvent des annonciades pour y bâtir une serre considérée à l'époque comme une installations très moderne. Vendu comme bien national en 1793, l'édifice est restitué à Ferréol-Xavier Chifflet d'Orchamps après la Révolution, puis vendu en lots par Ferdinand son fils en 1839. Les bâtiments d'habitation sont achetés par l'imprimeur Joseph Outhenin-Chalandre. L'immense jardin, qui s'étendait jusqu'à la caserne Saint-Pierre et au fond duquel était située la serre qui subsiste toujours, donna lieu dans la 2e moitié du 19e siècle et au début du 20e siècle, à diverses opérations d'urbanisme comme l'extension de la rue Proudhon et la construction de la grande poste en 1910. Dans le courant du 20e siècle, le rez-de-chaussée du logis sur rue a perdu sa fonction résidentielle au profit de deux boutiques encadrant le portail d'entrée. Les memblres de la famille Chifflet ont donné, entre le 16e et le 19e siècle, des érudits, des juristes et des médecins renommés et ont aussi exercé à Besançon des fonctions municipales et parlementaires de haut niveau. Jean-Jacques Chifflet (1588-1660) qui eut le titre de médecin du roi d'Espagne Philippe IV, mais était aussi un grand lettré est sans doute le plus connu à cause de la publication à Lyon en 1618 de son "Vesontio", une histoire de la ville de Besançon qui eut d'emblée une renommée internationale.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale1ère moitié 18e siècle
  • Principale2e moitié 16e siècle, 4e quart 18e siècle

Dates

  • 1734porte la date

Auteurs

  • AuteurJean-Pierre Galezot, architecte  / attribution par source, attribution par travaux historiques
  • AuteurJean-Charles Colombot, architecte  / attribution par source, attribution par travaux historiques
  • PersonnalitéJean-Jacques Chifflet, habitant célèbre  / attribution par source, attribution par travaux historiques

Description

L'édifice actuel est constitué d'un logis principal sur rue et de deux ailes de part et d'autre de la première cour, d'un autre logis parallèle au principal situé entre les deux cours, prolongé par une aile à gauche de la deuxième cour. Il est distribué par deux passages cochers en enfilade et deux escaliers à cage ouverte situés de part et d'autre de l'aile droite de la première cour, des escaliers dans-oeuvre en charpente distribuant les ailes gauches de la première et de la deuxième cour. Le logis principal est bâti sur un sous-sol voûté d'arêtes. L'ensemble est en pierre de taille sauf les façades postérieures des deux logis, ainsi que l'aile dans la deuxième cour, qui sont en moellon enduit. Au rez-de-chaussée de cette dernière se trouvaient des remises (une seule subsiste). A son extrémité est situé un bûcher à claire-voie de bois.

Afficher les données détaillées

  • Typologieshôtel sur rue
  • Murscalcaire / moellon / enduit / moellon
  • Toittuile plate
  • Étagessous-sol / 1 étage carré / étage de comble
  • Couvrementsvoûte d'arêtes / voûte en berceau
  • Élévationsélévation à travées
  • Escaliersescalier de distribution extérieur / escalier tournant à retours avec jour / cage ouverte / en maçonnerie / escalier de distribution extérieur / escalier tournant à retours sans jour / cage ouverte / en maçonnerie

Documentation

Documents figurés

  • Besançon : extrait du plan cadastral, 1974, section AD.
  • Plan d'ensemble découpé en lots. Dessin à la plume aquarellé, 1798 par Colombot, Claude-Antoine (architecte)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : Q (plan) 7
  •  

Intérêt, protection et statut

Malgré la disparition du jardin, l'édifice conserve l'essentiel de son bâti tel qu'il était décrit dans la reconnaissance du 26 août 1793 en vue de sa vente comme bien national. Il constitue aussi un lieu de mémoire puisqu'il a abrité entre le 16e et le 19e siècle, plusieurs générations de grands érudits de la famille Chifflet ainsi que leur célèbre bibliothèque et collection d'art.

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)hôtel
  • Parties constituantes non étudiéesbûcher, logement, remise, jardin, serre, cour

Localisation

  • CommuneBesançon
  • Adresse 23 rue des Granges
  • Milieu d'implantationen ville
  • Lieu-dit Poste îlot
  • Aire d'étude et cantonBesançon centre - Besançon centre ville

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Roussel Christiane
  • Date de l'étude1996

Localisation