Patrimoine en Franche-Comté - Mécanisme d'horloge (échappement à cylindre)

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Mécanisme d'horloge (échappement à cylindre)

12 Rue Neuve
25 - Charquemont
Dossier IM25005288 réalisé en 2015
Edifice : Café de l'Industrie, immeuble et atelier d'horlogerie Donzé et Brischoux puis Donzé Père et Fils  (Référence : IA25001187)

Illustrations

Historique

Cet échappement à cylindre a vraisemblablement été fabriqué dans le Haut-Doubs durant la première moitié du 20e siècle. Organe de partage et distribution du temps, décomposant en impulsions une énergie continue (généralement fournie par un ressort), l'échappement découpe le temps en intervalles réguliers. Celui à cylindre trouve son origine dans un brevet déposé en 1695 par l'horloger anglais Thomas Tompion (1639-1713), associé à William H. Houghton et Edward Barlow. Son invention est perfectionnée par son successeur Georges Graham (1675-1751), qui lui donne sa forme définitive vers 1720-1725. Il en envoie en 1727 un exemplaire au Français Julien Leroy (1686-1748), qui l'apprécie mais en trouve la fabrication difficile. Echappement à repos frottant, l'échappement à cylindre est bien plus régulier et précis que celui à roue de rencontre (aussi dit à verge) qui domine alors : il va le remplacer, d'autant qu'il permet la réalisation de mouvements moins épais (avec la disparition de la fusée). Il ne se généralise cependant qu'au cours du 19e siècle et le Haut-Doubs se fait une spécialité de sa fabrication au point d'en avoir un quasi-monopole mondial. La production française est réalisée manuellement, dans les fermes ou dans de petits ateliers. Elle se raréfie au moment de la première guerre mondiale et l'horlogerie suisse, son principal client, y supplée en créant ses propres usines, avec une production fortement mécanisée. Dans l'entre-deux-guerres, les producteurs français industrialisent eux-aussi la fabrication mais l'échappement à cylindre décline face à celui à ancre (plus précis) et sa fabrication cesse avec la deuxième guerre mondiale (bien que la société suisse Beaumann et Cie, des Bois, ait déposé le 30 avril 1945 un brevet pour un modèle nommé Libra).

Afficher les données détaillées

Stade de création

  • oeuvre de série

Description

Cet assortiment à cylindre 18 lignes se compose de deux pièces en acier : le cylindre (1 mm de diamètre, 3 mm de haut) et la roue de cylindre (8 mm de diamètre, 2,4 mm de haut). Le cylindre est formé d'un tube cylindrique (l'écorce), échancré par deux encoches contigües : la grande coche (d'environ 164°, laissant 196° de "plein") et la petite coche ou coche de renversement (de 270°), moins haute. Le cylindre est muni à chaque extrémité d'un tampon, enfoncé en force, prolongé par un pivot (le tigeron) ; il accueille également au-dessus des coches une rondelle, l'assise (aussi appelée assiette, siette ou sciette), qui supportera le balancier (elle manque ici). La roue de cylindre a 4 bras (croisées) et 15 dents, séparées par un espace arrondi en forme de U. De forme triangulaire, disposée suivant la circonférence, un peu arrondie, chacune des dents est soutenue par une colonne qui la place dans un plan supérieur à celui de la roue.

Le fonctionnement de l'échappement à cylindre est commandé par le balancier-spiral, qui imprime au cylindre un mouvement de va-et-vient. La dent de la roue qui se présente frotte tout d'abord contre la paroi extérieure de l'écorce puis le mouvement change de sens. La grande coche se présente devant cette dent, qui pénètre à l'intérieur du cylindre où elle reste bloquée, frottant contre la paroi intérieure. Nouveau changement de sens et nouvelle présentation de la grande coche : la dent s'échappe alors que celle qui suit vient en appui contre la paroi extérieure du cylindre. Le mouvement de rotation de la roue de cylindre (généré par le ressort et transmis par le rouage) est donc stoppé chaque fois que la dent est en appui contre la paroi du cylindre (elle est alors au repos, d'où le nom d'échappement à repos frottant). L'écoulement continu de l'énergie du ressort est donc bien décomposé en impulsions et, de ce fait, le temps en intervalles réguliers, dont la régularité est gérée par le balancier-spiral.

Quelques (rares) singularités de ce type d'échappement : le cylindre a pu être en réalisée en rubis (l'horloger Breguet en conçut un de ce type vers 1794), en saphir, etc. ; le sens de rotation de la roue de cylindre a également pu être inversé, l'entrée de la dent dans le cylindre se faisant par le côté droit (on parlait alors de "cylindre à rebours"). Par ailleurs, Joseph Etevenard a produit une ébauche au diamètre de 10 1/2 lignes "dans laquelle le pignon d'échappement était inversé, la roue de champ engrenant au-dessus de la denture de la roue de cylindre et non dessous comme habituellement". Enfin, les horlogers parlaient de cylindre "à coche haute" dans le cas de montres relativement épaisses et de cylindre "à coche basse" pour les montres basses ou extra-plates.

Afficher les données détaillées

  • Précision dimensions

    Dimensions du cylindre (en mm) : d = 1, h hors tout (pivots compris) = 3. Dimensions de la roue : d = 8, h = 0,5 (épaisseur d'un bras : 0,1), h hors tout (pivots compris) = 2,4.

  • Catégorieshorlogerie / métrologie
  • Structures
  • Matériauxacier
  • État de conservationoeuvre incomplète
  • Précision sur l'état de conservation

    L'assiette manque.

Documentation

Documents d’archives

  • Catalogue officiel des pièces d'origine pour le rhabillage des montres suisses. - Bienne : P. Ruch-Daulte, 1955. 2 t. en 1 vol. (classeur) : ill. ; 22 cm. (Les Fabricants suisses d'horlogerie)

Documents figurés

  • [Echappement à cylindre], dessin imprimé, s.n., s.d. [1955]. Publié dans : Catalogue officiel des pièces d'origine pour le rhabillage des montres suisses, 1955, t. 1, p. [117 bis].
  • Calibres cylindre [dessin des fournitures composant un calibre cylindre], dessin imprimé, s.n., s.d. [1955]. Publié dans : Catalogue officiel des pièces d'origine pour le rhabillage des montres suisses, 1955, t. 1, p. [118].
  • Liste de fournitures pour calibres cylindre [planche 1], dessin imprimé, s.n., s.d. [1955]. Publié dans : Catalogue officiel des pièces d'origine pour le rhabillage des montres suisses, 1955, t. 1, p. 119.
  • Liste de fournitures pour calibres cylindre [planche 2], dessin imprimé, s.n., s.d. [1955]. Publié dans : Catalogue officiel des pièces d'origine pour le rhabillage des montres suisses, 1955, t. 1, p. 119-1.
  • [Cylindre (ou "tuile") en rubis, première moitié du 19e siècle ?], photographie, par Georges Mailley et Jacques Donzé, juin 1987. L'horloger Breguet conçut un cylindre en rubis vers 1794. C'est une pièce rare. Celui photographié équipait un mouvement 15 lignes extra-plat de conception Lépine.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jacques Donzé, Charquemont

Bibliographie

  • Belmont, Henry-Louis. L'échappement à cylindre (1720-1950) : le Haut-Doubs, centre mondial au XIXe siècle. - Besançon : Technicmédia, 1984. 328 p. : ill. ; 28 cm.
  • Chavigny, Richard ; Perissas, Michel. La mesure du temps à travers les âges. - Toulouse : Ed. de l'Ixcéa, 2009. 306 p. : ill. ; 24 cm.
  • Daniels, George. La montre : principes et méthodes de fabrication. - La Croix (Suisse) : Watchprint.com, 2011.

Documents multimédias

  • Echappement à cylindre [ressource électronique]. - S.l. : Horlogerie suisse, s.d. [2012 ?]. 1 vidéo en ligne, 46 secondes. Disponible sur internet à l'adresse : http://www.horlogerie-suisse.com/technique/cours-d-echappement/generalites-classification (consultation : 25 mars 2015)
  • Flores, Joseph. L'histoire de la montre. - 2006. Document accessible sur internet sur le Forumamontres à l'adresse : http://forumamontres.forumactif.com/t5381-exclusif-l-histoire-de-la-montre-sur-forumamontres (consultation : 26 janvier 2015)

Témoignages oraux

  • Donzé Jacques, ancien horloger, historien de Charquemont
  •  

Désignation

  • CommuneCharquemont
  • Milieu d'implantationen ville
  • Adresse 12 Rue Neuve
  • Dénomination(s)mécanisme d'horloge

Localisation

  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2014