Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'horlogerie d'Henri Leiser puis des Ets Faivre-Pierret Frères

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'horlogerie d'Henri Leiser puis des Ets Faivre-Pierret Frères

5, 7 rue Fauche
25 - Morteau
Dossier IA25001771 réalisé en 2018

Illustrations

Historique

La maison est bâtie en 1868 pour Sylvain Balanche puis elle passe vers 1872 à François Ferdinand Balanche, de La Chaux-de-Fonds (Suisse), et vers 1879 à la veuve du maréchal-ferrant Charles Dornier. Cette dernière l'agrandit en 1885 et vers 1904 (?). Le bâtiment est acquis vers 1917 par l'horloger rhabilleur Henri Leiser (1883-1924), fils d'Alfred Leiser (1851-1902), également horloger au n° 12, et beau-frère de Camille Mercier, industriel horloger rue de l'Helvétie. Henri, qui a son atelier au deuxième étage, décède jeune et sa veuve, née Jeanne Rognon (1882-1958), loue par la suite le local aux Faivre-Pierret, qui viennent en 1937 de s'associer au sein des Ets Faivre-Pierret Frères. Alfred (1896-1962) et Raymond (1902-1986) Faivre-Pierret fabriquent des montres sous la marque Far (Faivre Alfred et Raymond), déposée le 30 août 1937. Formé à partir de 1914 par M Vuillin, horloger rue de la Chaussée, Raymond s'était installé à son compte en 1927 "dans une petite chambre transformée en atelier au 1 rue de la Louhière", dans un immeuble (cadastré 2018 AC 85) dans lequel un de ses frères avait un magasin de vêtements. Raymond et Alfred transportent après la deuxième guerre mondiale (vers 1947 ?) leur affaire rue Fauche, "l'ancien propriétaire trouvant qu'il y avait trop d'allées et venues, et que cela salissait les couloirs et les escaliers !" Raymond s'occupe de la fabrication et Alfred de la partie administrative. Tous deux sont rejoints en 1957 par Jean-Claude, le fils de Raymond, l'affaire employant également des travailleurs à domicile (une dizaine au maximum). Raymond poursuit son activité après le décès d'Alfred en 1962 mais il s'installe (en 1963 ? après 1965 ?) aux 14 et 14 bis Grande Rue (alors n° 8). A la mort de la veuve d'Henri en 1958, la maison avait été vendue au chirurgien-dentiste René Vuillet A Ciles, établi au 1 rue de la Chaussée. Ce dernier fait aussitôt agrandir et rehausser l'appentis accolé à l'ouest pour y transférer son cabinet. Le bâtiment n'abrite dès lors plus d'activité productive (il a un temps hébergé au rez-de-chaussée un petit magasin d'articles de sport).

Afficher les données détaillées

Dates

  • 1868daté par source

Description

La maison a des murs en moellons calcaires enduits et un toit à longs pans, pignons couverts et tuiles mécaniques. Elle comporte deux étages carrés et un comble à surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre. Les baies du rez-de-chaussée signalent la présence d'une ancienne boutique ou d'un ancien atelier. Elle se prolonge à l'ouest par un corps peut-être réalisé en béton et protégé par un toit à un pan en tôle. Le rez-de-chaussée (en fait un étage de soubassement) accueille des garages et les deux étages carrés, éclairés par de larges fenêtres, des logements.

Afficher les données détaillées

  • Toittuile mécanique / tôle galvanisée
  • Étages2 étages carrés / comble à surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert / toit à un pan
  • Escaliersescalier dans-oeuvre

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 412 Cadastre de la commune de Morteau, 1816-1978- 3 P 412 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Girardier et Mestre, 1816-1817- 3 P 412/1 : Registre des états de sections, 1818- 3 P 412/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1875. Le 1er volume manque.- 3 P 412/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 412/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 412/7-9 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1911-1965- 3 P 412/10-13 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1978
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 412
  • Papiers à en-tête d'Henri Leiser, décennies 1910-1920
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Leiser, Morteau

Documents figurés

  • Prises de vues aériennes de l'IGN (20e siècle). Consultables en ligne via le site du Géoportail (www.geoportail.gouv.fr)

Bibliographie

  • Les établissements horlogers en France. - S.l. : s.n., mars 1965. 17 p. ronéotypées ; 20 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Simonin, Maîche
  • Faivre-Pierret, Xavier. La fabrique des montres FAR des frères Faivre-Pierret. - S.d. [fin 20e siècle].
  • Leiser, Henri. Elise Leiser ou une histoire peu banale. - 2018. [30] p. : ill. ; 30 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Leiser, Morteau

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Bonnet Henri, ancien dirigeant de la fabrique d'horlogerie Bonnet, à Morteau. Fournet-Luisans
  • Mmes Dromard et Taillard, filles de Raymond Faivre-Pierret. Villers-le-Lac
  • Leiser Henri, fils d'André Leiser et historien du val de Morteau. Morteau
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, boutique, logement, garage, jardin potager

Localisation

  • CommuneMorteau
  • Adresse 5, 7 rue Fauche
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013