Patrimoine en Franche-Comté - Hôtel-Dieu ; aujourd'hui hôpital psychiatrique et maison de retraite

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Hôtel-Dieu ; aujourd'hui hôpital psychiatrique et maison de retraite

344 rue des Epinoches
71 - Mâcon
Dossier IA71001820 réalisé en 2010

Illustrations

Historique

Initialement établi dans le Bourgneuf près de la Saône, l'hôtel-Dieu menaçait ruine et était devenu insuffisant, comme l'indique le maître entrepreneur mâconnais Michel Minoya, expert nommé d'office, dans son procès-verbal de visite du 27 octobre 1757. Les recteurs sont autorisés par lettres patentes du 19 février 1757, enregistrées au Parlement le 8 août 1759, à faire bâtir un nouvel établissement. L'emplacement du jardin de la Moussière est choisi pour la salubrité de l'air et l'abondance des eaux, malgré l'importante déclivité du terrain. Pour édifier le nouvel hôtel-Dieu, les recteurs s'adressent en 1760 à l'architecte lyonnais Melchior Munet, qui dirige alors la construction du dôme de l'hôtel-Dieu de Lyon, d'après les plans de l'architecte Jacques-Germain Soufflot. Les travaux commencent en mai 1761, sous la direction de Michel Minoya. Le maître charpentier mâconnais Benoît Meunier édifie la charpente du dôme en 1766. En 1770, l'édifice est partiellement achevé et on y transfère les malades, bien que, faute de finances, seules deux salles soient aménagées. Les travaux reprennent en 1784 sur les devis de l'entrepreneur mâconnais Bernard Franciset. La troisième salle de malades est meublée en 1788 et la quatrième un an plus tard. L'hôtel-Dieu achevé disposait d'une dizaine de salles : il admettait les malades de la ville mais également ceux de la campagne, ainsi que les militaires et, pendant un temps, les enfants abandonnés âgés de moins de sept ans. Toujours en activité, il abrite aujourd'hui une maison de retraite, des services de soins de longue durée et de psychiatrie. Si l'intérieur de l'édifice a fait l'objet de transformations, l'extérieur a été préservé.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale3e quart 18e siècle
  • Principale4e quart 18e siècle

Dates

  • 1761daté par source
  • 1784daté par source

Auteurs

Description

En raison de la forte déclivité du terrain, l'édifice est constitué de deux étages de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, un étage-carré et un demi-étage. Les bâtiments sont construits en pierre de couleur ocre foncé, rehaussée de calcaire blanc (chaînes d'angles, pilastres, encadrement des ouvertures, bandeau et corniche) et couverts de toits à longs pans en tuile creuse. Les salles de malades, longues de près de vingt-deux mètres, étaient réparties sur deux niveaux dans trois corps de bâtiments disposés en T autour d'une chapelle centrale de plan ovale, couronnée par une tour-lanterne à dôme couvert d'ardoise et éclairée par huit fenêtres en plein-cintre percées dans le tambour. Directement accessibles depuis les salles de malades, un déambulatoire, au rez-de-chaussée, et une tribune, à l'étage, ouvrent sur cette ancienne chapelle par huit arcades. Trois corps de bâtiment en U encadrent ce dispositif en T et délimitent deux cours symétriques. En façade au sud, le corps de bâtiment principal abritait principalement un vaste vestibule, où l'on voit encore le tronc des pauvres et, de part et d'autre, la cuisine, la salle de réunion des recteurs, la pharmacie et son laboratoire. Toutes ces salles se signalent par la variété de leurs voûtes d'arêtes. L'escalier principal est situé à droite du vestibule, à côté de la pharmacie. Les deux autres corps de bâtiment, à l'est et à l'ouest, abritaient les chambres réservées aux hospitalières, au personnel, aux malades payants et aux pensionnaires. Des galeries à arcades, du côté des cours, assuraient la circulation à couvert entre les bâtiments. Le corps en saillie derrière le dôme est sans doute une adjonction postérieure. Le site comprend également un pavillon isolé plus tardif, destiné aux contagieux (actuellement logement de fonction) et un autre bâtiment qui faisait office de morgue.

Afficher les données détaillées

  • Planplan régulier
  • Murspierre / pierre de taille / appareil mixte
  • Toittuile creuse / ardoise
  • Étagessous-sol / rez-de-chaussée / 1 étage carré / étage en surcroît
  • Couvrementscoupole / voûte d'arêtes
  • Élévationsélévation ordonnancée
  • Couverturestoit à deux pans / dôme ovale
  • Escaliersescalier intérieur / escalier tournant à retours avec jour / en maçonnerie
  • Couverts/découverts de jardingroupe d'arbres
  • Techniques de décorpeinture

Intérêt, protection et statut

Edifice qui révèle une adaptation de modèles savants d'inspiration néo-classique mais à un contexte plus traditionnel et local. Il peut en effet être comparé, pour son plan, à l'ancien hôpital de Villefranche-sur-Saône (détruit partiellement).

Afficher les données détaillées

  • Protection Monument historiqueinscrit MH partiellement (20/07/1964)
  • Précisions sur la protection

    La protection au titre des monuments historiques ne concerne que les éléments suivants : la façade principale et la toiture correspondante, la rotonde et le dôme qui la surmonte (c'est à dire la chapelle), l'apothicairerie.

  • Statut de la propriétépropriété d'un établissement public

Désignation

  • Dénomination(s)hôtel-Dieu
  • Parties constituantes non étudiéeschapelle, pharmacie
  • Fonction(s) successive(s) ou actuelle(s) hôpital psychiatrique, maison de retraite

Localisation

  • CommuneMâcon
  • Adresse 344 rue des Epinoches
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonBourgogne - Mâcon

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne - Inventaire général
  • Auteur(s)Le Clech-Charton Sylvie, Inguenaud Virginie, Hugonnet-Berger Claudine
  • Date de l'étude2002

Localisation