Patrimoine en Franche-Comté - Usine de construction mécanique Millot, puis Millot Frères, actuellement magasin de commerce

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine de construction mécanique Millot, puis Millot Frères, actuellement magasin de commerce

Illustrations

Historique

La fonderie de seconde fusion (cuivre et fer) , complétée d'un atelier de construction mécanique, est établie en 1830 par les frères Hyppolite et Antoine François Marland. L'établissement n'est autorisé par arrêté préfectoral que le 7 janvier 1839. L'ordonnance royale du 11 mai de la même année les autorise à établir "un haut fourneau pour la fusion du minerai de fer", mais le projet reste sans suite. Mise en vente en 1855, l'usine est acquise l'année suivante par Charles Millot. Propriétaire d'une fonderie à Arc-lès-Gray (étudiée IA70000338) , ce dernier installe dans les nouveaux locaux une fabrique de construction mécanique. L'usine s'oriente progressivement vers la production de matériel agricole, sous la direction des fils de Charles Millot. La société Millot frères produit des batteuses, des faucheuses-moissonneuses, des presses à fourrage, des concasseurs, des coupe-racines et des pompes, mais aussi des locomobiles à vapeur de 2 à 12 ch. L'usine connaît d'importants agrandissements entre 1880 et 1888 : destructions, et construction de "maisons, hangar, écurie industrielle, pompe, grue de 2 tonnes". Un nouvel atelier de construction est édifié en 1895-1896. A partir de 1892, l'entreprise se lance dans la fabrication de moteurs fixes en grande série (pétrole, gaz, alcool ou essence) , destinés à l'industrie. La gamme des moteurs à essence comprend 22 modèles, de 2 à 14 ch. En 1898, des recherches aboutissent à la réalisation d'une voiture automobile, mais cette branche est délaissée, au profit de modèles plus utilitaires (châssis de scies à ruban automobiles) qui ne perdureront pas au-delà de la première décennie du 20e siècle. Vers 1900, les Ets Millot et Cie produisent annuellement 1500 faucheuses, 150 moissonneuses-javeleuses, 900 moteurs à essence et 100 moteurs à pétrole lampant. Vers 1915, la société est renommée Anciens Etablissements Millot. Un nouvel atelier de fonderie (fonte de fer et bronze) est construit en 1926-1927. Après la Seconde Guerre mondiale, elle est reprise par la société Labourier (Mouchard, 39) , qui abandonne l'activité de fonderie et maintient un atelier de fabrication de matériel agricole. Celui-ci est remplacé par une entreprise de sous-traitance de mécanique générale, laquelle ferme ses portes en 1991 suite à l'incendie du bâtiment. La majeure partie de l'usine, soit 12 000 des 17 000 m², a été détruite pour laisser place en 1983 à un supermarché. Le local de la pompe à incendie, daté de 1885, a été détruit entre 1988 et 2008. Les ateliers subsistants ont été convertis en magasins de commerce et bureaux de service. Une chaudière et une machine à vapeur de 8 ch sont mises en service en 1838. En 1855, la fonderie comporte un ventilateur, trois cubilots, une grue, une machine à broyer le charbon et une à tamiser le sable ; l'atelier de construction renferme une machine à vapeur, des tours, diverses machines (planeuse, fileteuse, perceuse) et tout le petit matériel afférent. En 1930, l'usine met en jeu 165 machines-outils. L'usine emploie 87 ouvriers et 5 enfants en 1893, environ un millier d'ouvriers (?) vers 1900, 170 en 1914, 300 pendant la Première Guerre et en 1930, 35 en 1968 et 3 à la fermeture en 1991.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 19e siècle
  • Principale2e quart 20e siècle

Dates

  • 1885daté par source, daté par travaux historiques

Description

Les ateliers de fabrication sont construits en moellon de calcaire enduit, percés de larges baies couvertes d'arc segmentaire en brique, et couverts de toits à longs pans et croupes. L'atelier des machines-outils est en rez-de-chaussée ; celui qui abritait les opérations d'ajustage, de montage et de peinture est pourvu d'un étage carré.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit / moellon
  • Toitmatériau synthétique en couverture
  • Étages1 étage carré
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / croupe
  • Escaliersescalier dans-oeuvre
  • Énergiesénergie thermique / énergie électrique / produite sur place / achetée
  • État de conservationétablissement industriel désaffecté

Documentation

Documents figurés

  • Anciens Ets Millot -Quai Mavia. Tirage, par l'architecte Marchand, le 15 novembre 1923, échelle 1:200, par Marchand (architecte)
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : 5 M 201
  • Vue cavalière de l'usine Millot. Dessin, lavis, s.n. [fin 19e ou début 20e siècle].
    Lieu de conservation : Archives privées
  • Vue d'ensemble depuis la rive droite. Photographie, 1984. Dans : " Franche-Comté. Industrie. Commerce " / Jules Sicard, Besançon : impr. Delagrange-Louys, [1894].
  • Plan d'une propriété, sise à Gray sur la rive gauche de la Saône, appartenant à Claude Hyppolite et Antoine François Marland [...] des bâtiments y existant et d'un haut fourneau projeté [...]. Plan, plume, lavis, échelle 1:500, Gray, 1837.
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : 301 S 7
  • Gray.- La Saône. Etablissement Millot. Carte postale, s.n., s.d. [fin 19e ou début 20e siècle].
    Lieu de conservation : Collection particulière
  • Plan et coupes pour la demande en construction d'un haut fourneau que les frères Marland associés, constructeurs mécaniciens, ont le projet d'établir dans leur propriété, sise à Gray, sur la rive gauche de la Saône. Plan, plume, lavis, échelle 1:100, Gray, 1837.
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : 301 S 7
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine de construction mécanique
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, atelier de conditionnement
  • Fonction(s) successive(s) ou actuelle(s) magasin de commerce

Localisation

  • CommuneGray
  • Adresse 5, 7 quai Mavia
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonHaute-Saône - Gray

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Roussel Christiane, Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2008

Localisation