Lieux de spectacle en Bourgogne-Franche-Comté

Activité indispensable à toute société humaine, le divertissement a au fil du temps généré ses propres lieux, constituant un patrimoine aussi divers qu’abondant, conçu pour attirer les regards.

Étude en cours
Dole (39) : salle et scène du théâtre © phot. J. Mongreville / Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, 2022

Tout d’abord éphémères et mobiles, les lieux de spectacle se fixent aux 17e et 18e siècles et donnent naissance à de somptueux théâtres, réservés à l’élite. Le théâtre, qui domine alors le monde du spectacle, s’ouvre très largement au siècle suivant et leur nombre se multiplie. Imposant et majestueux, l’édifice témoigne du pouvoir de l’État. L’exemple le plus fastueux, modèle entre tous, est le palais Garnier, inauguré en 1875 et qui brille de tous ses ors et ses marbres. Les municipalités s’emparent de ce domaine pour manifester leur puissance et leur rayonnement, si bien que le théâtre devient un pôle majeur dans la ville, dont il influence l’urbanisme. C’est le lieu où il faut se montrer, au milieu des décors somptueux.

Au siècle suivant, la vedette lui est volée par le cinéma. 1895 voit la première séance publique des frères Lumière, qui s’inscrivent dans une longue liste d’inventeurs où se distinguent les Bourguignons Niépce et Marey. Le succès populaire de ce qui va devenir le 7e Art s’imagine sans peine en constatant la multiplication des salles de cinéma, maillant l’ensemble du territoire. Il faut avant tout attirer le chaland et le faire rêver : le cinéma doit donc se voir de loin et briller de tous ses néons. Le geste architectural se réduit souvent au traitement de la façade tandis que le confort des sièges devient primordial.

Théâtre et cinéma sont mis à mal dans la deuxième moitié du 20e siècle. Le premier est vu comme trop élitiste et figé, alors que le spectacle doit se dérouler au plus près des spectateurs. Le deuxième fait face à de nouveaux concurrents : télévision, vidéocassette, DVD, etc. Les salles doivent s’adapter aux nouvelles technologies et aux évolutions de la société, privilégiant les déplacements en automobile, donc les parkings. Des nouveaux pôles se créent autour d’équipements techniques plurifonctionnels comme les Zénith ou de multiplexes concentrant les salles de cinéma. 

L’étude de l’Inventaire vient donc à point nommé pour rappeler l’extraordinaire dynamisme de ce domaine, au patrimoine chatoyant dont il convient de conserver la mémoire.

L'étude débute ; peu de dossiers sont actuellement disponibles en ligne.  

Carte interactive
Haut de page