Patrimoine en Franche-Comté - Usine de taille de pierre pour la joaillerie et l'industrie (usine de pierres pour l'horlogerie) Sandoz ou de la société Pihor

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine de taille de pierre pour la joaillerie et l'industrie (usine de pierres pour l'horlogerie) Sandoz ou de la société Pihor

5 et 6 rue Paul Monnot
25 - Maîche
Dossier IA25001394 réalisé en 2015

Illustrations

Historique

En 1939, l'industriel horloger Ernest Binétruy, de Charquemont, fait construire une maison rue Paul Monnot. Il est le neveu et le successeur d'Alcime Binétruy, à la tête d'une fabrique réputée être l'une des plus anciennes de Charquemont (elle est attestée en 1867). Le bâtiment passe vers 1946-1947 au pierriste d'origine suisse Henri Sandoz (1919-?). Formé chez son père Charles Sandoz (commune des Geneveys-sur-Coffrane, actuellement Val-de-Ruz, canton de Neuchâtel), Henri a travaillé à Pforzheim (Bade-Wurtemberg, Allemagne) dans une entreprise de pierres synthétiques pour l'horlogerie à laquelle son père était associé. Il s'établit à Maîche à la fin de 1938 ou au début de 1939, à l'étage de l'ancienne forge et fonderie Louvet puis Boissenot (au 22 rue de l'Helvétie) semble-t-il. La demande de rubis pour la montre explosant après la deuxième guerre mondiale, le Comontre (Comité de la Montre), futur Cetehor, incite les industriels (comme Cheval Frères au 4 rue de la Gare ou Rubis-Précis à Charquemont) à se lancer dans cette production. Henri Sandoz fait tout d'abord construire un atelier contre le mur oriental de la maison puis développe l'affaire dans une usine (à laquelle il ajoute rapidement garage et transformateur) qu'il fait bâtir en 1955 de l'autre côté de la rue. Il y emploie 25 personnes : son affaire, nommée Pierrefine, est classée en 1963 dans la catégorie de 20 à 49 salariés. Outre les rubis (pour levées, ellipses, coussinets, etc.), elle produit aussi des verres de montre et des billes pour stylos (saphirs). Elle est exploitée par la société des Ets Sandoz Frères (Sarl au capital de 2 500 F), active du 1er juin 1950 au 31 mai 1952, remplacée ensuite par la Sarl Pihor (au capital de 6 000 F) fondée le 1er mars 1953, transformée en SA le 31 décembre 1954 et redevenue une Sarl le 21 septembre 1970. A Henri succède comme gérant de Pihor son fils, également prénommé Henri. Si la société existe toujours, la fabrique semble avoir cessé ses activités à la fin des années 2000.

Afficher les données détaillées

Dates

  • 1939daté par source
  • 1955daté par source

Description

Les murs sont en moellons calcaires enduits (la maison et son garage), ou peut-être en béton enduit (atelier d'origine, usine et son garage). Les toits sont à longs pans et couverture de tuiles mécaniques (en fer sur l'atelier ou en terrasse béton sur le garage de l'usine), à pignons couverts (usine), demi-croupes (maison et son garage) ou croupes (atelier). L'usine, accessible depuis la rue par un escalier isolé en béton, comporte un rez-de-chaussée, un étage carré et un étage en surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre. La maison a un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage en surcroît, avec escalier dans-oeuvre tournant en bois. Etage de soubassement, rez-de-chaussée surélevée et étage de comble pour son garage, étage de soubassement et rez-de-chaussée surélevé pour l'atelier d'origine, largement éclairé par des baies d'atelier.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie d'atelier
  • Murscalcaire / moellon / enduit / béton / enduit
  • Toittuile mécanique / béton en couverture
  • Étages1 étage carré / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert / demi-croupe / croupe / terrasse
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier isolé / en maçonnerie / escalier dans-oeuvre / escalier tournant à retours avec jour / en charpente
  • Énergiesénergie électrique / achetée
  • État de conservationétablissement industriel désaffecté

Documentation

Documents d’archives

  • Cadastre de la commune de Maîche [1812-1977]- Registre des états de sections (1812) - Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties : Propriétés foncières [1826-1914] - Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1883-1896 [1882-1910] - Matrice cadastrale des propriétés bâties [1911-1977]
    Lieu de conservation : Archives communales, Maîche

Documents figurés

  • Maîche (Doubs) - Vue générale [depuis le nord-est, montrant les rues de Goule, du Mont et Paul Monnot], carte postale, par Combier, s.d. [milieu 20e siècle], Photo Combier à Macon (Cim) éd.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces

Documents multimédias

  • Annuaire des Entreprises de France, le fichier national des chambres de commerce et d'industrie

Bibliographie

  • Chevalier, Michel. Tableau industriel de la Franche-Comté (1960-1961). - Paris : les Belles lettres, 1961. 101 p. : cartes ; 24 cm. (Annales littéraires de l'Université de Besançon. Cahiers de géographie de Besançon ; 9)
  • Maîche au fil des siècles. - Maîche : la Ville, 1999. 116 p. : ill. ; 30 cm. Numéro spécial du Bulletin municipal (n° 21)
  • Simonin, Michel. L'horlogerie au fil du temps et son évolution en Franche-Montagne, sur le plateau de Maîche. - Maîche : M. Simonin, 2007. 143 p. : ill. ; 30 cm.
  • Sornay, Lionel. Prosopographie des entreprises horlogères et de leurs financeurs sur le plateau de Maîche 1925-1973. - Besançon : Université de Franche-Comté, 2003. 56 p. : ill. ; 30 cm. Mém DEA : histoire industrielle : Besançon : 2003 ; 51.
  • Vuillet, Bernard. Entre Doubs et Dessoubre. Tome II. Autour de Maîche et Belleherbe, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1990. 231 p. : cartes postales ; 31 cm.

Témoignages oraux

  • Sandoz-Romagnani Martine, fille d'Henri Sandoz et soeur d'Henri Sandoz. Belvès (actuellement Pays de Belvès)
  • Simonin Michel, ancien horloger, auteur de livres sur Maîche et l'horlogerie du Haut-Doubs. Maîche
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine de taille de pierre pour la joaillerie et l'industrie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bureau, entrepôt industriel, magasin industriel, garage, escalier indépendant, logement, terrasse en terre-plein, jardin

Localisation

  • CommuneMaîche
  • Adresse 5 et 6 rue Paul Monnot
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013