Patrimoine en Franche-Comté - Atelier de charité, puis collège d'enseignement technique, lycée d'enseignement professionel des arts du métal, actuellement lycée professionnel Ferdinand Fillod

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Atelier de charité, puis collège d'enseignement technique, lycée d'enseignement professionel des arts du métal, actuellement lycée professionnel Ferdinand Fillod

1 rue Lamartine
39 - Saint-Amour
Dossier IA39002028 réalisé en 2011

Illustrations

Historique

Le lycée professionnel de Saint-Amour, baptisé Ferdinand Fillod, s'inscrit dans le passé industriel de la ville. Chaudronnier et soudeur, Ferdinand Fillod, natif de Saint-Amour, ouvre un atelier qui devient rapidement "Manufacture de Tôlerie Fillod" ou "Usine du Grand Saint-Michel", nom de l'ancien hôtel occupé par son atelier. La présence de l'usine spécialisée dans la fabrication de matériel agricole en tôle galvanisée et la fonction de maire dévolue à Ferdinand Fillod, ont vraisemblablement favorisé, dans les années 1960, l'implantation des deux collèges d'enseignement technique (masculin et féminin) qui forment les élèves à la chaudronnerie et à la mécanique. La fusion des deux établissements en 1973 entraîne la création d'un collège d'enseignement technique polyvalent et mixte qui devient rapidement lycée professionnel. Le lycée occupe d'abord le site de l'ancien collège d'enseignement technique masculin ainsi que plusieurs demeures à Saint-Amour : maisons notariales, lunetterie, ancienne maison de la Charité construite en 1790 pour soulager les pauvres de la ville. Plusieurs aménagements sont réalisés au début des années 1980 pour que le lycée se concentre sur le site de la rue Lamartine. Le site actuel du lycée se compose de plusieurs bâtiments. Edifice le plus ancien, l'internat (ou ancienne Charité), a été complétement restructuré en 1973 par l'agence GERAU de Lyon pour accueillir les dortoirs des élèves. Par manque d'espace, deux corps de bâtiment flanquant l'internat sont construits à la fin des années 1970 pour y installer la cafétéria, des salles de cours et l'atelier des agents. Edifiés lors de la création du CET masculin, les ateliers ont été transformés en 1984. Derrière les ateliers, un parc de bâtiments démontables fait fonction d'externat de 1973 à 1984. Puis dans les années 1980, un bâtiment dédié est édifié par les architectes C. Brandon, F. Solmon et D. Comte, il sera restructuré en 1991 par les architectes Claude Brandon et André Berger. Le lycée ne possède pas de restaurant scolaire, les élèves et le personnel sont reçus à la cantine du collège au centre de Saint-Amour. Spécialisé dans les arts du métal, l'établissement forme les élèves à la fabrication industrielle (bac professionnel en chaudronnerie industrielle), la construction dans le bâtiment (bac professionnel pour ouvrages métalliques), à la sculpture et à la décoration (CAP de bronzier d'art et CAP de graveur), jusqu'à la création de mobilier contemporain.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e moitié 20e siècle

Auteurs

Description

Situés sur un terrain en déclivité réunissant deux parcelles cadastrales, les différents bâtiments de l'établissement s'étagent sur deux terrasses.

Flanquant la pente à l'est, en retrait et au point le plus élevé, l'externat, bâtiment contemporain couvert d'un toit en terrasse, s'élève sur deux niveaux : un étage de soubassement et un rez-de-chaussée surélevé. Les façades construites en béton enduit sont recouvertes d'un essentage de tôle nervurée tandis que les baies ont une forme circulaire qui évoque les hublots. D'après le personnel de l'établissement. Cette partie du lycée bénéficie d'un environnement paysager.

Les autres bâtiments sont répartis sur la parcelle longant la rue Lamartine qui constitue l'accès principal de l'établissement. L'internat, édifice le plus ancien, est en moellon calcaire couvert d'un enduit clair. Surplombant la rue, son élévation se compose d'un étage de soubassement identifié par une série de salles voûtées en berceau aménagées, d'un rez de chaussée surélevé séparé visuellement sur la façade par un bandeau de pierre du premier étage carré, et d'un étage à surcroît souligné par une corniche de pierre. Les dortoirs des élèves occupent les deux derniers niveaux. Ils sont accessibles grâce à un escalier monumental en maçonnerie, les grandes portes pallières en bois ouvragé portent la marque de l'affectation antérieure du lieu : décor avec ogives sur les battants et croix sur l'imposte. Des bâtiments de un à deux niveaux ont été greffés sur le côté gauche et en retour formant ainsi une cour dans laquelle existe un préau couvert d'un matériau synthétique translucide. A droite de cet ensemble et dans le même alignement sur rue, un petit collectif abrite les logements de fonctions.

Echelonnés sur les deux terrasses du site, les bâtiments des ateliers accolés les uns aux autres sont couverts d'une toiture en matériau synthétique supportée par une charpente métallique tandis que les façades sont construites en tôle. Ils comportent des salles de cours qui jouxtent les lieux de formation pratique spécialisés dans les arts du métal. Plusieurs espaces se distinguent donc au sein de ce bâti : la forge, les ateliers de chaudronnerie, de peinture, de soudure, de ciselure, de ferronnerie d'art. Au coeur de cet ilôt, facilitant la pénétration de la lumière, un patio couvert d'un toit translucide permet aux élèves de présenter certains de leurs ouvrages.

Afficher les données détaillées

  • Mursbéton / fer / enduit / essentage de tôle / moellon
  • Toittuile mécanique / tôle nervurée / béton en couverture
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée / 1 étage carré / comble à surcroît
  • Couvrementsvoûte en berceau / charpente métallique apparente
  • Élévationsélévation ordonnancée
  • Couverturesterrasse / toit à longs pans / croupe / pignon découvert
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier tournant à retours avec jour / en maçonnerie / escalier dans-oeuvre / escalier tournant à retours sans jour / en maçonnerie
  • Autres organes de circulationsascenseur

Documentation

Documents d’archives

  • 2 W 5 ? - Education - Lycées de Franche-Comté
    Lieu de conservation : Région Franche-Comté, Archives, Besançon  - Cote du document : 2 W 5 ?
  • 2226 W - Education - Collèges et lycées (1974-2004)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Jura, Montmorot  - Cote du document : 2226 W

Documents figurés

  • Saint-Amour, entrée de la Charité, école de filles, 1907 / carte postale , in Lacroix Jean -Michel, Murtin François. Argus et répertoire des cartes postales du Jura , tome 2, canton de Beaufort, canton de Saint-Amour, Lons -le-Saunier, 1999.
    Lieu de conservation : Région Franche-Comté, Archives, Besançon

Bibliographie

  • L'industrialisation selon Ferdinand Fillod, [catalogue d'exposition réalisée par le CAUE ( cOnseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement) de Moselle, Florange, 2002]. parsi, Metz, 20002
  • Bahl, Catherine. La ferronnerie d'art . In L'écho de la petite montagne, n° 114, 2011.
  • Rousset Alphonse, Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté et des hameaux qui en dépendent, classés par département, tome I. Editions F.E.R.N., Paris, 1969
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété de la région
  • Précision statut[]

Désignation

  • CommuneSaint-Amour
  • Milieu d'implantationen ville
  • Adresse 1 rue Lamartine
  • Dénomination(s)atelier de charité, collège, lycée
  • Parties constituantes non étudiéesinternat, chaufferie, logement, atelier

Localisation

  • Aire d'étude et cantonFranche-Comté - Saint-Amour

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Pégeot Séverine, Pastwa Elizabeth
  • Date de l'étude2011

Localisation