Patrimoine en Franche-Comté - Machine à fraiser (machine à arrondir)

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Machine à fraiser (machine à arrondir)

1 rue Labbé
25 - Besançon
Dossier IM25005225 réalisé en 2011
Edifice : école professionnelle dite École nationale d'Horlogerie puis lycée polyvalent Jules Haag  (Référence : IA25000690)

Illustrations

Historique

La machine a été fabriquée dans la deuxième moitié du 19e siècle (ou au début du siècle suivant). Chronologiquement, elle succède à la génération des machines à raboter les dents (faisant appel à une lime pour effectuer la mise en forme des dents et la régularisation des roues), dont le type aurait été inventé par Abraham-Louis Perrelet (1729-1826), du Locle (Suisse), et dont Ferdinand Berthoud (1727-1807) donne une représentation en 1773. Les machines à arrondir se répandent lorsque de nouvelles fraises sont mises au point pour, une fois la forme donnée à une dent, faire tourner automatiquement la roue afin de présenter la dent suivante à la fraise. Cette automatisation se réalise progressivement entre 1850 et 1885 avec la fraise inventée puis perfectionnée par le Piémontais Louis Carpano (1833-1919), élève de l'école d'horlogerie de Cluses (Haute-Savoie), où il s'installe en 1869 en s'associant avec l'industriel décolleteur Henri Jaccottet pour fabriquer des dents d'engrenage. Sa fraise a un tel succès qu'elle conduit à une normalisation de fait dans ce domaine, les fabricants de machines s'adaptant à ses caractéristiques.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e moitié 19e siècle

Origine

  • lieu d'exécutionSuisse, Val-de-Travers,

Description

La machine à arrondir est utilisée pour modifier le profil des dents d'une roue de montre (le tailler en ogive) ou pour réduire ou régulariser le diamètre de cette dernière. Réalisée en laiton et acier, elle est généralement tenue par un étau ou portée par un pied (son socle en bois et aluminium est récent). Elle comporte un module horizontal sur lequel se fixe la roue à arrondir et le module porte-fraise. La position de la roue sous la fraise est vérifiée à l'aide d'un indexeur mobile (lame en arc de cercle) et peut être réglée avec une molette fixée en bout du module. L'ensemble porte-fraise coulisse verticalement pour mettre en contact la fraise et la roue : la descente s'effectue à l'aide d'une poignée, son amplitude étant réglée par deux vis. La position de la fraise, fixée sur son arbre par une molette, est elle aussi repérée par un indexeur et réglable avec une deuxième molette, en bout d'arbre. Ce dernier porte une petite poulie motrice reliée par une corde à boyau (actuellement une courroie plastique) à la grande roue en laiton, à rayons en S, actionnée grâce à une manivelle ; une deuxième petite poulie fait office de tendeur.

Afficher les données détaillées

  • Précision dimensions

    Dimensions totales : h = 30 (35 avec le socle), la = 38, pr = 24.

  • Catégorieshorlogerie / enseignement
  • Structuresproduit élaboré d'origine minérale / solide en masse / produit semi-fini
  • Matériauxacier / laiton

Documentation

Bibliographie

  • Belmont, Henry-Louis. La montre : méthodes & outillages de fabrication du XVIe au XIXe siècle : de la naissance de la montre à la période proto-industrielle. - Besançon : Cêtre, 1991. 199 p. : ill. ; 28 cm
  • Daniels, George. La montre : principes et méthodes de fabrication. - La Croix (Suisse) : Watchprint.com, 2011.
  • [Redier]. Rapport fait par M. Redier, au nom du Comité des arts mécaniques, sur la machine et les fraises à arrondir les dents des roues de montre, présentées par M. Carpano, fabricant d'horlogerie, à Cluses (Haute-Savoie). Bulletin de la Société d'Encouragement pour l'Industrie nationale, 89e année, 5e série, t. V, février 1890, p. 67-68 : ill. Document accessible en ligne à l'adresse : http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?BSPI.89/69/90/884/66/862

Documents multimédias

  • Louis Carpano. Article publié sur Wikipédia (consultation décembre 2011) : http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Carpano
  •  

Désignation

  • Dénomination(s)machine à fraiser

Localisation

  • CommuneBesançon
  • Adresse 1 rue Labbé
  • Aire d'étude et cantonBesançon faubourg

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2011

Localisation