Patrimoine en Franche-Comté - Machine à fraiser les entrées de remontoir

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Machine à fraiser les entrées de remontoir

1 rue Labbé
25 - Besançon
Dossier IM25005226 réalisé en 2011
Edifice : école professionnelle dite École nationale d'Horlogerie puis lycée polyvalent Jules Haag  (Référence : IA25000690)

Illustrations

Historique

Également nommé machine aux entrées, l'appareil a été fabriqué dans la deuxième moitié du 19e siècle (ou au début du siècle suivant) par la société suisse Borel, établie à Couvet (localité fusionnée avec d'autres le 1er janvier 2009 pour former la commune de Val-de-Travers). Cette maison trouve son origine avec Abraham Borel-Jacquet (1731-1815), de Couvet, qui travaillait en relation avec Ferdinand Berthoud (1727-1807), puis avec son fils Abraham-Henry (né en 1766). Couvet a été, du 18e au début du 20e siècle, le berceau de la fabrication de l'outillage pour horlogers (comme Les Gras en France) et la signature Fritz Borel P. (ou FBP) se rencontre sur un certain nombre de petites machines d'horlogerie.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e moitié 19e siècle

Auteurs

Origine

  • lieu d'exécutionSuisse, Val-de-Travers,

Description

Cette machine à fraiser sert à la réalisation de l'entrée, dans la boîte, du remontoir armant le ressort moteur. Fabriquée en laiton et acier, elle est portée par un pied circulaire, récemment muni d'un socle en bois. En partie supérieure, la boîte est fixée sur une platine, entre deux mors qu'une molette permet de rapprocher simultanément. L'orientation de cette platine - donc l'angle de la boîte face à l'outil - peut être modifiée de quelques degrés à l'aide d'un secteur à dents et d'une vis sans fin. Le tout est porté par un chariot dont deux molettes (une pour le déplacement latéral et une pour le déplacement longitudinal) permettent de régler finement la position face à la fraise. Celle-ci est fixée à l'extrémité d'un arbre mobile, muni de deux poulies accolées de dimension différente, dont l'extrémité externe, conique, tourne dans un contre-pivot serré à l'aide d'une molette. Une poignée permet d'abaisser et remonter le chariot porte-outil, fixé dans une coulisse, dont l'amplitude du mouvement est réglée par une vis actionnée par une dernière molette.

Afficher les données détaillées

  • Précision dimensions

    Dimensions totales : h = 19 (23,5 avec le socle), la = 20, pr = 23,5.

  • Catégorieshorlogerie
  • Structuresproduit élaboré d'origine minérale / solide en masse / produit semi-fini
  • Matériauxacier / laiton
  • Inscriptionsmarque d'auteur / gravé / sur l'oeuvre / numéro d'inventaire / gravé / sur l'oeuvre
  • Précisions sur les inscriptions

    Inscription gravée sur le secteur de la platine : FBP / 154.

  • Précision sur l'état de conservation

    La fraise manque.

Documentation

Bibliographie

  • Belmont, Henry-Louis. La montre : méthodes & outillages de fabrication du XVIe au XIXe siècle : de la naissance de la montre à la période proto-industrielle. - Besançon : Cêtre, 1991. 199 p. : ill. ; 28 cm
  • Chapuis, Alfred. Histoire de la pendulerie neuchâteloise (Horlogerie de gros et de moyen volume). - Paris, Neuchâtel : Attinger, s.d. [1917].

Documents multimédias

  • Elemva, Laurence. [Arbre généalogique de la famille Borel-Jacquet]. - 2012. Accessible en ligne sur le site Geneanet (consultation janvier 2012) : http://gw2.geneanet.org/lelemva?lang=fr;p=abram;n=borel+jacquet
  •  

Désignation

  • Dénomination(s)machine à fraiser

Localisation

  • CommuneBesançon
  • Adresse 1 rue Labbé
  • Aire d'étude et cantonBesançon faubourg

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2011

Localisation