Patrimoine en Franche-Comté - Ferme, maison et usine d'horlogerie (usine de montres des Ets Michel-Amadry)

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Ferme, maison et usine d'horlogerie (usine de montres des Ets Michel-Amadry)

8 rue Charles Brügger
25 - Morteau
Dossier IA25001776 réalisé en 2018

Illustrations

Historique

La ferme est bâtie dans le courant du 19e siècle, après la réalisation du plan cadastral napoléonien en 1816. Elle accueille à la fin du siècle la famille Michel-Amadry, notamment Valentine (1881-1967) qui y a un bazar (l'épicerie et le bazar ouverts par sa mère dans la Grande Rue) et ses deux frères Marc (1883-1957), horloger ("chef de fabrication"), et Henri (1884-1957), comptable, à l'origine de la fabrique de montres Michel-Amadry. Marc et Henri s'associent le 18 juillet 1923 avec Henri Vuez dans la société en nom collectif Vuez et Cie, dont le siège social est au 5 Grande Rue et qui a pour objet "la fabrication et la vente de la petite horlogerie et la continuation du fonds de commerce précédemment exploité par Henri Vuez". Ce dernier est directeur de la société, Marc directeur technique et Henri directeur commercial. La société est dissoute le 1er mai 1928 et les frères Michel-Amadry créent leur propre entreprise, sous le nom de Manufacture d'Horlogerie Marc et Henri Michel-Amadry. Ils l'implantent au 1 place de l'Hôtel de Ville, dans le bâtiment abritant le Café national et l'atelier d'horlogerie de Maurice Taillard (fondateur en 1920 du Grand Comptoir central d'Horlogerie). Produisant essentiellement des montres-bracelets, ils disposent de leurs marques : Ama (par la suite Amador pour les montres en or) et Yrda.

Henri fait construire en 1930 sa maison au 8 rue Charles Brügger (alors 3 bis rue Fauche), à proximité de la ferme, suivant des plans de l'agence d'architecture Oesch et Rossier, du Locle (Suisse). Le rez-de-chaussée est occupé par une fabrique d'horlogerie (avec atelier, emballage, comptoir, bureau et vestiaire), dans laquelle s'installe l'entreprise. Cette dernière passe à l'issue de la guerre à Pierre (1910-1963), fils de Marc, qui y est entré comme ouvrier horloger. C'est en 1955 une Sarl (au capital de 7 millions F) qui, outre les ébauches suisses, utilise des ébauches françaises des Ets Cupillard, de Villers-le-Lac, et de l'Horlogerie de Savoie, à Annemasse. Au décès de Marc et d'Henri en 1957, Pierre et Gabrielle (épouse d'Henri) deviennent gérants de la société. Les deux fils de Pierre, Robert (1935-2005) et Gilbert (1940-1999), sont associés à l'affaire qui, pour se développer, fait construire une nouvelle usine aux 43 et 45 rue Neuve. Elle s'y transporte en mai 1963, peu après le décès de Pierre, et y est classée en 1965 dans la catégorie de 50 à 99 salariés. L'ancien atelier est occupé quelques années, à la fin des années 1970 et au début de la décennie suivante (1978-1983 ?), par la société Ambre, fondée en 1965 par la famille Bole (et qui s'installera en 1991 dans l'usine Kiplé de la rue Fontaine-l'Epine). Le bâtiment est acheté en 1985 par un particulier, qui transforme la partie dédiée à la fabrication en habitation (il fait notamment rétrécir les fenêtres d'atelier). Ferme (transformée en immeuble) et maison n'abritent plus d'activité productive.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale19e siècle
  • Principale2e quart 20e siècle

Dates

  • 1930daté par source

Auteurs

Description

Les deux bâtiments ont des murs en moellons calcaires enduits et un toit à longs pans et tuiles mécaniques, avec demi-croupes sur la ferme et croupes à égouts retroussés sur la maison. La ferme comporte un sous-sol, un étage carré et un étage en surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre droit en bois. Les baies du rez-de-chaussée (fenêtre multiple et fenêtres horlogères) signalent sur la rue la présence d'une ancienne boutique et d'un ancien atelier. Des fenêtres horlogères sont aussi visibles dans le mur pignon oriental, habillé aux étages par une lambrichure (essentage de planches) chantournée à rang-pendu. La maison compte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage en surcroît. Son escalier dans-oeuvre, tournant à retours, est en béton pour les premiers niveaux, en bois pour le dernier. Les fenêtres d'atelier autrefois visibles au rez-de-chaussée sur ses murs nord, est et sud, ont partiellement été bouchées. Du fait de la déclivité du terrain, des escaliers droits en béton desservent la parcelle sur laquelle est implantée la maison.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère / baie multiple / baie d'atelier
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / croupe / toit à longs pans / pignon couvert
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier tournant à retours avec jour / en maçonnerie / en charpente / escalier dans-oeuvre / escalier droit / en charpente / escalier isolé / escalier droit / en maçonnerie

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 412 Cadastre de la commune de Morteau, 1816-1978- 3 P 412 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Girardier et Mestre, 1816-1817- 3 P 412/1 : Registre des états de sections, 1818- 3 P 412/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1875. Le 1er volume manque.- 3 P 412/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 412/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 412/7-9 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1911-1965- 3 P 412/10-13 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1978
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 412
  • 50 J 33 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1947-1979
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 33
  • Papier à en-tête des Ets Marc et Henri Michel-Amadry, 9 mars 1937
    Lieu de conservation : Collection particulière : Brice Leibundgut, Paris

Documents figurés

  • Commune de Morteau. Voirie urbaine. Plan d'alignements. 1° Rue nouvelle Loucheur ou Rue de la Côte, 2° Place de la Halle, photocopie d'un dessin (plume, lavis), par le géomètre Chatot, Villars-Saint-Georges le 1er juillet 1930, échelle 1/500, 30 x 105 cm
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Leiser, Morteau
  • Propriété de Mr Henri Michel-Amadry, à Morteau [plans, coupe et élévations], dessin (tirage), par les architectes Oesch et Rossier, Le Locle 1930, 45,5 x 52 cm, 1/50Notamment :- Rez-de-chaussée [plan et] Comptoir face vestiaire [élévation], janvier 1930- Façade sud, février 1930- Façade ouest, février 1930
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Remonnay, Morteau
  • 3003. Morteau [vue d'ensemble plongeante depuis le nord], carte postale, s.n., [limite 19e siècle 20e siècle, entre 1896 et 1904], J. Farine et Cie éd. au Locle et à Morteau. Porte la date 10 septembre 1904 (tampon) au verso.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • 235 - Morteau pittoresque [vue d'ensemble plongeante depuis le nord], carte postale, s.n., [1er quart 20e siècle, entre 1896 et 1912], Gaillard-Prêtre éd. à Besançon. Porte la date août 1912 (tampon) au recto.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • Maison Amadry rue Fauche. Béliard 1965, photographie, par M. Makeeff
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Bonnet, Fournet-Luisans

Bibliographie

  • Les établissements horlogers en France. - S.l. : s.n., mars 1965. 17 p. ronéotypées ; 20 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Simonin, Maîche
  • Prenot-Guinard, Martine. Michel-Amadry, une famille et une entreprise. - S.d. [vers 1012]. [2 p.] : ill. ; 30 cm.

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Droz Yves, collectionneur de pièces horlogères et fondateur du Musée de la Montre, Villers-le-Lac
  • Leiser Henri, fils d'André Leiser et historien du val de Morteau. Morteau
  • Remonnay Michel, propriétaire de la maison. Morteau
  • Vuez Jean-Claude, descendant d'une famille d'horlogers, historien de la société Parrenin, Villers-le-Lac
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)ferme, maison, usine d'horlogerie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, atelier de conditionnement, bureau, magasin industriel, vestiaire d'usine, garage, cour, jardin, escalier indépendant

Localisation

  • CommuneMorteau
  • Adresse 8 rue Charles Brügger
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013