Patrimoine en Franche-Comté - Instrument de mesure des longueurs, des angles en optique et d'ophtalmologie (kératomètre de Javal dit ophtalmomètre)

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Instrument de mesure des longueurs, des angles en optique et d'ophtalmologie (kératomètre de Javal dit ophtalmomètre)

35 quai Aimé Lamy
39 - Morez
Dossier IM39002386 réalisé en 2011
Edifice : école professionnelle dite Ecole nationale d'Optique puis lycée polyvalent Victor Bérard  (Référence : IA39000662)

Illustrations

Historique

Ce kératomètre, aussi appelé ophtalmomètre, a été fabriqué en Italie dans le quatrième quart du 20e siècle. Il est vraisemblablement l'oeuvre (partielle ou en totalité) de la société CSO (Costruzione Strumenti Oftalmici), fondée à Florence en 1967 par Sergio Mura et Giuseppe Matteuzzi. Il a été réalisé pour la société Essilor qui est née en 1972 de la fusion de la Société des Lunetiers, apparue en 1849 et qui a pris en 1964 la raison commerciale Essel, et de la société Silor. Cette dernière est issue d'un groupe dont l'histoire débute en 1919 avec l'ouverture par Georges Lissac (1897-1969) et deux de ses frères d'un premier magasin d'optique à Paris, rue Dauphine. L'affaire se développant sont créées successivement la S.A.R.L. Les Frères Lissac en 1931, la Société industrielle de Lunetterie en 1946, dédiée à la fabrication des montures de lunettes, et la société des Lentilles ophtalmiques spéciales (L.O.S.) en 1948. La L.O.S. devient L.O.R. (Lentilles ophtalmiques rationnelles) en 1960 puis les différentes sociétés sont regroupées en 1968 au sein du groupe Silor (Société industrielle de Lunetterie et d'Optique rationnelle). L'appareil a été inventé en 1880 par l'ophtalmologue Emile Javal (1839-1907), associé au professeur d'ophtalmologie norvégien Hjalmar August Schiotz (1850-1927), en alternative à celui imaginé en 1833 par Hermann Ludwig von Helmholtz (selon le British Optical Association Museum, le premier kératomètre serait parisien et daterait de 1728).

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 20e siècle

Auteurs

Origine

  • lieu d'exécutionItalie, Florence,

Description

Un kératomètre sert à déterminer les rayons de courbure de la cornée, valeurs qui permettent d'en déduire la vergence (caractéristique de la focalisation) et l'astigmatisme. La cornée, recouverte par les larmes, est utilisée comme un miroir sur lequel sont projetées les images de deux mires, de formes et couleurs différentes (verte et rouge), dédoublées à l'aide d'un prisme : observées par réflexion, ces images doivent être affrontées (c'est-à-dire placées en position tangente) en ajustant l'écartement des mires. La lecture des résultats est alors possible pour le premier méridien principal (dont l'orientation doit être notée), une nouvelle visée étant nécessaire pour le deuxième. L'appareil, de couleur beige et noire, est fabriqué en aluminium ou alliage métallique, fer, plastique et verre. Le module de projection et visée, réglable en hauteur à l'aide d'une molette, repose sur un socle qu'un levier vertical permet de bouger dans deux directions afin d'opérer la mise au point. Ce module est encadré par les deux mires lumineuses qui peuvent, en agissant sur une manette verticale, se rapprocher ou s'écarter suivant un arc de cercle dont le centre est l'oeil du patient. Il se compose d'un oculaire pour la visée et d'un cadran de lecture donnant l'orientation du méridien (en degrés), la vergence (en dioptrie) et le rayon de courbure (en mm). Le kératomètre est solidaire d'une table réglable en hauteur, dotée d'un trépied en fer et alliage. Le plateau, en bois aggloméré revêtu de formica, porte à l'arrière le système d'appui (mentonnière et appui frontal) et au-dessous un transformateur.

Afficher les données détaillées

  • Précision dimensions

    Dimensions (en cm) : h = 45, la = 41, pr = 41. Dimensions de la table : h = 85, la = 50, pr = 38.

  • Catégoriesenseignement / optique
  • Structuresinstrument spécialisé / à électricité
  • Matériauxalliage spécial / aluminium / fer / plastique / verre / aggloméré
  • Inscriptionsinscription concernant le fabricant / inscription concernant le lieu d'exécution / logotype / plaque signalétique / graduations
  • Précisions sur les inscriptions

    Inscription sur le socle : [logotype : la lettre e dans une forme ovale rappelant un oeil] / Essilor. Plaque signalétique (étiquette) collée sur le socle : Essilor / Modèle 4JAV000 / N° 458 / Made in Italy. Inscription peinte en façade du transformateur : Ophtalmometer. Plaque signalétique (étiquette) collée à l'arrière du transformateur : C.S.O. Firenze [...] Graduations gravées sur l'oculaire : traits pour les unités de - 7 à + 7 avec les chiffres et symboles 5, -, 0, + et 5. Graduations peintes sur le cadran circulaire : sur un demi-périmètre traits toutes les 5 unités et chiffres toutes les 15 unités de 0 à 180 (reportés deux fois, en sens inverse, avec les repères D et S), dans la fenêtre une double graduation avec à l'extérieur l'indication des dioptries (en quart de dioptrie) de 30 à 60 à 30 et à l'intérieur la valeur du rayon de courbure (en mm) de 6 à 11 environ.

Documentation

Bibliographie

  • Bussod, Michel ; Jean-Prost, Michel. La petite-fille des Rivières : historique de la lunetterie dans le canton de Morez. - S.l. [Morez] : s.n. [Impr. La Biennoise], 1996. 204 p. : ill. ; 27 cm.
  • Hue, Bertrand. Kératomètres et vidéotopographie. In Roth, André ; Gomez, Alain ; Péchereau, Alain et al. La réfraction de l'œil : du diagnostic à l'équipement optique. - Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2007.
  • Imbert, Armand. Les anomalies de la vision. - Paris : Baillière, 1889. 365 p. : ill. (Bibliothèque scientifique contemporaine)

Documents multimédias

  • Emile Javal. Article publié sur Wikipédia (consultation mars 2011 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Emile_Javal)
  • Kératométrie. Article publié sur Wikipédia (consultation mars 2011 : http://fr.wikipedia.org/wiki/K%C3%A9ratom%C3%A9trie)

Témoignages oraux

  • Massicard Etienne, professeur d'Optique au lycée Victor Bérard, à Morez
  • Romanet Stéphane, professeur de Génie Optique au lycée Victor Bérard, à Morez
  • Vuillet Frédéric, professeur d'Optique au lycée Victor Bérard, à Morez
  •  

Désignation

  • Dénomination(s)instrument de mesure des longueurs, instrument de mesure des angles en optique, instrument d'ophtalmologie
  • Parties constituantes non étudiéestransformateur

Localisation

  • CommuneMorez
  • Adresse 35 quai Aimé Lamy
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonMorez
  • Emplacement dans l'édifice bâtiment de l'enseignement (B), Optique lunetterie (salle 115)

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2011

Localisation