Patrimoine en Franche-Comté - Usine de petite métallurgie (usine de briquets) des Ets Georges Marguet et des Ets Myon et Cie

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine de petite métallurgie (usine de briquets) des Ets Georges Marguet et des Ets Myon et Cie

8 rue de la Mairie
25 - Damprichard
Dossier IA25001135 réalisé en 2013

Illustrations

Historique

En 1929, Georges Marguet, Marcel Quercia et Jérémy Romain fondent la société MQR afin de produire, sous la marque Myon (du nom d'un fabricant de Saint-Claude, dans le Jura), des briquets semblables à ceux de Flaminaire. Marguet (?-16 mars 1948) est contremaître chez Henri Bourgeois et Quercia a succédé en 1924 à son père, Janvier, orfèvre établi à son compte à Paris en 1890 (29 rue du 4-Septembre) et qui commercialisait depuis 1908 des briquets de luxe de marque Flaminaire et Abdulla. La société MQR, forte de six personnes, fait bâtir en 1929 rue de la Mairie un atelier, agrandi vers le sud-ouest en 1947. Lui succède la Sarl Georges Marguet, créée le 1er septembre 1946 avec un capital de 3 750 000 F (7 500 000 F en mai 1953). Outre les briquets, elle fabrique divers produits de luxe (boîtes à poudre ou à cigarettes, étuis à cigarettes, trousses de dames, etc.) et réalise décoration de boîtiers de montre et traitement de surface (chromage). La gamme des briquets est étendue aux briquets à gaz : le système a été inventé en 1935 par Henri Pingeot, qui fait don de son invention à Quercia, et le premier briquet de ce type est présenté au public le 19 juin 1947 (« Gentry », de marque Flaminaire). Si la fabrication est industrialisée à Redon en 1946 (par la Société redonnaise de Perfectionnement industriel ou SRPI, fondée en 1919 comme fabrique de matériel d'optique, et la société de Créations artistiques et techniques), certains briquets de marque Myon et Flamidor utilisant des cartouches « Butabloc » sont fabriqués à Damprichard en 1954. En 1959 sort le modèle « Automatique » (par la suite intitulé « Galet » eu égard à sa forme), dont le mécanisme est mis au point à Damprichard et l'habillage à Redon (30 000 exemplaires par mois). Deux ans plus tard, en 1961, l'usine est de nouveau agrandie (de 17 m) vers le sud-ouest alors que la société compte une centaine de personnes. Dans la demande d'autorisation de travaux en date du 6 mars, l'un des gérants, Jean Romain, présente ainsi l'entreprise : « Nos activités se composent uniquement de fabrication de briquets & étuis à cigarettes, et décoration de boîtiers de montre, ceci au moyen des procédés suivants : découpage, pliage, perçage de petites pièces en laiton, maillechort, acier inoxydable, au moyen de presses ; utilisation accidentelle d'acide pour nettoyage de ces pièces ; polissage à l'aide de tourets à polir, comprenant aspiration des poussières par appareil situé à l'intérieur des bâtiment, et ne rejetant pas l'air à l'extérieur ; nickelage & chromage de pièces de briquets ; décoration par gravure de boîtiers de montres & de briquets. » En fait, la société Marguet est responsable de la production alors que la diffusion est confiée à la société Myon et Cie, dirigée par Romain (le service commercial de la société Myon de Saint-Claude avait été acquis en 1938). Dernière grande modification du bâtiment entre 1968 et 1975 : l'extrémité nord-est est doublée en largeur et rehaussée au niveau du reste. La société Quercia, en difficulté, est reprise en 1968 par le groupe Bic, qui l'absorbe en 1971 ; par ailleurs, les marques Flaminaire (vendue en 1975 à l'Espagnol Flamagaz) et Myon sont achetées en 1987 par la société parisienne Ward, représentée par M Warnod, qui pour cette dernière poursuit la fabrication à Damprichard. L'usine ferme cependant en 1993 ou 1994. Les bâtiments ont été aménagés par la commune pour abriter diverses associations, une salle de sport, etc.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale1er quart 20e siècle, 2e quart 20e siècle, 3e quart 20e siècle

Dates

  • 1929daté par travaux historiques
  • 1947daté par source
  • 1961daté par source

Description

Le bâtiment principal associe moellons calcaires enduits et béton. Il est protégé par un toit à longs pans, pignons couverts et tuiles mécaniques. Il est formé de trois corps alignés : celui au nord-est date de 1937 (avec modification au début des années 1970), celui au centre de 1947 et celui au sud-ouest de 1961. Il compte un étage de soubassement côté sud-ouest (garage et chaufferie), deux étages carrés et un comble à surcroît, desservis par des escaliers tournants en maçonnerie (et un escalier extérieur droit donnant accès au sous-sol du corps central). À l'arrière, les deux ateliers en rez-de-chaussée sont coiffés d'un toit à longs pans, avec croupe à l'ouest, pignon couvert à l'est.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit / béton / enduit
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 2 étages carrés / comble à surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert / croupe
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier tournant à retours avec jour / en maçonnerie / escalier de distribution extérieur / escalier droit / en maçonnerie
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 171 W 14 Etablissements classés (1948-1964)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 171 W 14
  • 312 W 6 Établissements classés (1966-1969)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 312 W 6
  • 312 W 33 Etablissements classés (1965-1975)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 312 W 33

Documents figurés

  • Prises de vues aériennes de l'IGN (20e siècle). Consultables en ligne via le site du Géoportail (www.geoportail.gouv.fr)
  • [L'usine vue de trois quarts gauche, dans les années 1950], photographie imprimée, s.n. In : Benoît, Maurice ; Gauthier, Jean [et al.]. La vie économique de Franche-Comté et du Territoire de Belfort. - Besançon : Impr. de l'Est, 1958, vol. 2, p. 134.
  • Plan de masse de la propriété des Établissements G. Marguet à Damprichard, dessin (tirage à l'ammoniaque), s.n., s.d. [1961], 31 x 42 cm, échelle 1/500
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 171 W 14
  • Propriété des Ets Marguet. Damprichard. Plan de masse, dessin (tirage), s.n., Maîche le 3 décembre 1968, 101 x 80 cm, échelle 1/200
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 312 W 6
  • Plan des Ets Marguet et Cie, dessin (tirage), s.n., s.d. [1969], 21 x 29 cm, échelle 1/1000
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 312 W 6

Bibliographie

  • Benoît, Maurice ; Gauthier, Jean [et al.]. La vie économique de Franche-Comté et du Territoire de Belfort. - Besançon : Impr. de l'Est, 1958.
  • Chevalier, Michel. Tableau industriel de la Franche-Comté (1960-1961). - Paris : les Belles lettres, 1961. 101 p. : cartes ; 24 cm. (Annales littéraires de l'Université de Besançon. Cahiers de géographie de Besançon ; 9)
  • Narbey, Bernard (dir.). À l'ombre du clocher de Damprichard : la mémoire des siècles passés / Groupes de travail du GHETE « Au Clos du Doubs » et des associations de Damprichard. - Besançon : Groupement d'Études Hommes et Terroirs du Clos du Doubs, 2005. Non paginé [170] p. : ill. ; 30 cm. (Cahier du Clos du Doubs ; n° 6)
  • " Tout feu tout flamme " pour l'exposition Flaminaire. Le Journal de Redon, n° 86, avril 2007, p. 8-9 : ill.
  • Vuillet, Bernard. Entre Doubs et Dessoubre. Tome III. Autour de Charquemont et Damprichard, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1991. 243 p. : cartes postales ; 31 cm.

Documents multimédias

  • Cellie, Aurélien. La saga Quercia. - 2006-2009. Document accessible en ligne (http://acellie.free.fr/lasagaquercia.html) sur le site d'Aurélien Cellie, collectionneur de briquets anciens (consultation : 26 juillet 2013)

Témoignages oraux

  • Bourgeois Bernard, ancien directeur de la société Henri Bourgeois. Damprichard, 2012
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété de la commune

Désignation

  • Dénomination(s)usine de petite métallurgie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bureau, chaufferie, stationnement, garage, entrepôt industriel, magasin industriel

Localisation

  • CommuneDamprichard
  • Adresse 8 rue de la Mairie
  • Milieu d'implantationen village
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2012