Patrimoine en Franche-Comté - Les instruments et le mobilier de l'observatoire

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Les instruments et le mobilier de l'observatoire

34, 36, 41 à 43 avenue de l' Observatoire
25 - Besançon
Dossier IM25001826 réalisé en 2008
Edifice : Observatoire  (Référence : IA25000379)

Les instruments et le mobilier de l'observatoire

L'inventaire du patrimoine mobilier de l'observatoire de Besançon a porté sur environ 200 instruments scientifiques, objets et meubles qui illustrent fort bien le travail scientifique mené au sein de l'établissement de sa création jusqu'à nos jours, mais aussi les vicissitudes de son histoire administrative. Outre quelques instruments et leurs accessoires encore en place dans leur abri (le cercle méridien et l'astrographe triple), la majeure partie des appareils inventoriés est constituée d'éléments obsolètes retrouvés dans des placards, des réserves et des dépôts situés dans les différents bâtiments du site (dans des armoires, les caves et sous-sols, etc.). A cela s'ajoutent quelques exceptions notables : des instruments prestigieux ou remarquables (instrument des passages Gautier, stréphoscope universel de Gruey, astrolabe impersonnel de Baillaud) sortis des bureaux au cours de l'inventaire, les régulateurs astronomiques anciens acquis par l'observatoire lors de ses premières dotations et dorénavant installés dans les bureaux des chercheurs, et, pour clore cette liste, un lot d'instruments encombrants démontés pour laisser place à une génération technologique nouvelle et qui, déposés au Musée du Temps à Besançon, sont aujourd'hui pour la plupart présentés au public.

Illustrations

Historique

Le décret du 11 mars 1878 a créé l'observatoire astronomique, météorologique et chronométrique de Besançon : ces trois disciplines sont représentées, dans le corpus des oeuvres inventoriées, par un ensemble d'éléments dont le nombre et l'état de conservation traduisent bien l'importance des travaux menés par les chercheurs. Toutefois, la difficulté d'observer le ciel dans les conditions atmosphériques de Besançon fait que l'astronomie n'a pas été la science la mieux pourvue. Bien qu'un effort important ait été fait pour la première dotation instrumentale (lunette équatoriale coudée, cercle méridien et altazimut commandés à Paul Gautier en 1884, équatorial droit Eichens-Gautier acheté également en 1884), les directeurs successifs ont dû se battre avec l'administration parisienne pour voir leur matériel modernisé : équatorial photographique transportable (pouvant donc être emporté en expédition) en 1897, astrographe triple (mis en service en 1953 seulement alors qu'il avait été programmé dès 1935). Que reste-t-il des ces instruments ? L'équatorial droit et l'équatorial photographique ont disparu et seuls quelques vestiges en ont été retrouvés ; l'équatorial coudé a été démonté en 1967 et les parties mécaniques remisées dans un appentis ; l'altazimut, restauré, est exposé au Musée du Temps. Seuls l'astrographe triple et le cercle méridien sont encore en place. Mais la conservation de ce dernier tient au fait qu'il fut essentiellement utilisé pour"fabriquer"l'heure à partir des étoiles et donc qu'il a servi en chronométrie plus qu'en astronomie. L'installation d'une station météorologique au sein de l'observatoire est une demande du conseil général, qui en finance l'instrumentation. La météorologie sera le premier service à fonctionner dans l'établissement et ceci dès décembre 1881. Un certain nombre de ses instruments, décrits par Gruey en 1892, ont été retrouvés, pour la plupart en mauvais état et incomplets, dans les caves des bâtiments. Eléments clefs de l'équipement initial de l'observatoire, ils ont fait l'objet de dossiers monographiques. Peu d'instruments plus récents figurent dans le corpus : le parc météorologique a plusieurs fois changé de place sur le site et, en outre, le service a acquis son autonomie en 1931, pour devenir indépendant en 1945. La plus grande partie de l'instrumentation conservée relève finalement du champ de la chronométrie. La création de l'établissement et ses activités sont subordonnées à l'horlogerie : observation des étoiles pour"fabriquer l'heure", transmission de l'heure aux horlogers, contrôle des montres et des chronographes. L'observatoire est donc doté dès son origine d'appareils remarquables, issus des meilleurs ateliers des mécaniciens parisiens, dont l'instrument phare est le cercle méridien, conçu par Paul Gautier et qui assure le service du temps de 1885 à 1980. Si cet instrument est fort peu modifié, il en va tout autrement de ses accessoires permettant la"fabrication"du temps, sa transmission et le contrôle des montres et des chronomètres. Les horloges sont elles aussi de très grande qualité et la quasi totalité des"garde-temps"a été conservée au sein de l'établissement. Chaque génération d'horloges"garde-temps"acquises depuis 1885 est venue compléter le"parc". Ainsi lorsqu'à partir des années 1930, l'observatoire se dote de quatre horloges à pression constante Leroy, les horloges Fénon et Leroy installées à la fin du 19e siècle continuent à jouer un rôle, pour les unes dans la transmission de l'heure en ville et pour les autres dans sa distribution dans les coupoles et les laboratoires. Il en est de même en 1939 lors de l'arrivée de deux horloges à diapason Belin, en 1953 avec la première horloge à quartz Belin puis à partir de 1959 avec les trois suivantes achetées à la société Ebauches. C'est à cette occasion que, pour la première fois, l'administration fait l'acquisition de matériel étranger, en l'occu rrence suisse. En 1969, à l'arrivée de la première horloge atomique, les horloges à pression constante Leroy sont désaffectées mais elles demeurent en place, dans leur abri souterrain, et les régulateurs astronomiques Fénon en sont réduits à indiquer l'heure dans les bureaux. Pour la chronométrie, un autre ensemble d'instruments ayant la même fonction a également été conservé : ce sont les chronographes, instruments d'enregistrement des battement du pendule et des tops des observateurs. Pratiquement à chaque génération d'horloges correspond un type de chronographe : chronographe mécanique à moteur à poids (Gautier, Secrétan, Prin, Boulitte), chronographe électrique (Belin), chronographe électronique (Ebauches, Oméga, Beckman). Là encore, seule la dernière génération est constituée de matériel étranger : suisse et américain. Les autres objets du service retrouvés et inventoriés illustrent bien l'étendue des activités de la chronométrie, mais ils sont en nombre plus réduit et pour la plupart en mauvais état : postes télégraphiques pour la distribution de l'heure, récepteurs TSF et accessoires pour la réception des signaux horaires provenant de l'observatoire de Paris et émis depuis la tour Eiffel, outils et machines nécessaires aux épreuves chronométriques, etc. Aux objets à caractère scientifique s'ajoutent quelques meubles de la dotation initiale encore présents (armoire-bibliothèque, table) et quelques objets d'art (buste et portraits des directeurs) acquis au cours du 20e siècle. Même s'il est parfois en mauvais état et ne constitue que la partie congrue des différents inventaires historiques consultés, le patrimoine instrumental inventorié de l'observatoire de Besançon illustre fort bien les travaux scientifiques menés depuis plus de 125 ans dans cet établissement de recherche. Des éléments forts sont toujours en place comme le cercle méridien, véritable"icône"du site.

Afficher les données détaillées

Auteurs

Documentation

Documents figurés

  • Cistierna. Août 1905. Mission Hamy. Vue prise du NW. Installation électrique. Photographie (positif), août 1905, plaque de verre stéréoscopique 6 x 12,5 cm.
    Lieu de conservation : Archives de l'Observatoire, Besançon
  • Plan de localisation des abris et des piliers en 1892. Fond de plan : " Plan des terrains ", dessin imprimé, 1892, échelle 1:700 réduite à 1:2000, par Hérique, Auguste (chronométrier). In " Observatoire astronomique " [...] / Gruey (Louis-Jules), Besançon : Millot, 1892, p. 14.
    Lieu de conservation : Archives de l'Observatoire, Besançon
  • Plan de localisation des abris et des piliers en 2007. Extrait du plan cadastral informatisé, 2004, sections HK et EZ, échelle 1:1000 réduite à 1:2000.
  • [Cistierna. Vue d'ensemble de l'installation Hamy], 1905. Photographie (positif), août 1905, plaque de verre 8,5 x 10 cm. De gauche à droite : Charles Le Morvan (?), Victor Puiseux, Pierre Puiseux et Vion (?).
    Lieu de conservation : Archives de l'Observatoire, Besançon
  • [Cistierna. Détail de l'installation Hamy], 1905. Photographie (positif), août 1905, plaque de verre 8,5 x 10 cm.
    Lieu de conservation : Archives de l'Observatoire, Besançon
  • Cistierna : installation Hamy : Pierre Hamy et Prin, 1905. Photographie (négatif), août 1905, plaque de verre 12,5 x 6 cm. Pierre Hamy est à l'arrière-plan, Georges Prin au premier plan.
    Lieu de conservation : Archives de l'Observatoire, Besançon
  • Cistierna : installation Hamy : M. Baillaud fils, 1905. Photographie (positif), août 1905, plaque de verre 8,5 x 10 cm. La " tente " magnétique est visible derrière Jules Baillaud.
    Lieu de conservation : Archives de l'Observatoire, Besançon
  • Cistierna. Août 1905. Mission Hamy. Installation de M Lebeuf (astronomie). Membres des missions françaises. Photographie (positif), août 1905, plaque de verre stéréoscopique 6 x 12,5 cm. Auguste Lebeuf et Paul Chofardet se trouvent à gauche.
    Lieu de conservation : Archives de l'Observatoire, Besançon
  • [La mire sud de la petite méridienne, près de la maison du directeur], 1911. Photographie (négatif), 1911.
    Lieu de conservation : Archives de l'Observatoire, Besançon
  • [Les coupoles de l'altazimut (à gauche), de l'anémoscope et de l'équatorial photographique (à droite)], mars 1914. Photographie (négatif), mars 1914, plaque de verre 13 x 18 cm. Le pilier de l'héliographe et l'abri météorologique ont déjà été déplacés à proximité de l'enclos météorologique.
    Lieu de conservation : Archives de l'Observatoire, Besançon
  • [Cistierna. Vue d'ensemble rapprochée de l'installation Hamy], 1905. Photographie (positif), août 1905, plaque de verre 8,5 x 10 cm.
    Lieu de conservation : Archives de l'Observatoire, Besançon
  •  

Désignation

Localisation

  • CommuneBesançon
  • Adresse 34, 36, 41 à 43 avenue de l' Observatoire
  • Lieu-dit Bouloie la
  • Aire d'étude et cantonBesançon - Besançon nord-ouest

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Le Guet Tully Françoise, Turner Anthony, Issenmann Delphine, Davoigneau Jean, Poupard Laurent
  • Date de l'étude2001

Localisation

Voir aussi

Voir tout