Patrimoine en Franche-Comté - Le mobilier de l'usine de lunetterie Gouverneur-Audigier

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Le mobilier de l'usine de lunetterie Gouverneur-Audigier

66 rue de la République
39 - Morez
Dossier IM39002352 réalisé en 2011
Edifice : Usine de lunetterie Gouverneur-Audigier  (Référence : IA39000538)

Illustrations

Historique

La société lunetière Gouverneur-Audigier est spécialisée dans la monture de lunettes métallique dont elle avait, de la fin du 19e siècle au milieu du 20e siècle, intégré l'ensemble des phases de fabrication. La réalisation d'une seule monture, à partir de fil de bronze, peut demander de 100 à 150 passes différentes dont certaines étaient, jusque vers 1970, effectuées à domicile. Le matériel est donc spécialisé, adapté à une passe particulière voire à un modèle précis de monture, d'où l'importance de l'atelier de mécanique : les mécaniciens de l'usine ont fabriqué nombre de "coulisseaux" (servant à cintrer le fil) avant de moderniser l'équipement dans les années 1980, en le dotant de commandes pneumatiques afin répondre aux normes de sécurité. Ils sont vraisemblablement à l'origine de la machine la plus ancienne : la "Demoiselle", inventée par Clément Gouverneurt pour produire des branches de lunettes cordées. La réalisation des machines, qui s'échelonne entre l'ouverture de l'usine en 1878 et nos jours, est l'oeuvre d'artisans ou industriels locaux (Berger et Métral, Mayet et Paget Frères, L.-D. Odobey Cadet, la Société industrielle des Transformateurs et Accessoires radio), régionaux (R. Franzosi, G. Groslambert - GPG Précision -, Lip, Richert-Laval), nationaux ou étrangers, au sein desquels se distinguent Suisses, Allemands et Italiens. Celles-ci se répartissent, dans le bâtiment principal et son extension côté rivière (années 1945-1948), entre l'atelier des branches cordées et celui de mécanique au rez-de-chaussée, et les deux ateliers de fabrication à l'étage. Deux autres ateliers existent au rez-de-chaussée du corps en retour à l'est, pour les machines à rétreindre d'une part, le nettoyage et le polissage d'autre part. A l'exception des presses, des tonneaux de nettoyage et, plus généralement, des équipements de l'atelier de mécanique, elles sont généralement de petites dimensions et posées sur des établis ou des tables.

Afficher les données détaillées

Auteurs

Documentation

Documents figurés

  • La fabrication des montures [soudées]. Dessin imprimé, 1913 par Emard, Léon. In " L'industrie de la lunetterie dans le canton de Morez "/ André Roy, Lyon : Phily, 1913, p. 138, pl. VII.
  • La fabrication des montures [sans soudure]. Dessin imprimé, 1913 par Emard, Léon. In " L'industrie de la lunetterie dans le canton de Morez "/ André Roy, Lyon : Phily, 1913, p. 132, pl. VI.
  •  

Désignation

  • Parties constituantes non étudiéesmachine à découper, machine à estamper, machine à marquer, machine à souder, machine à percer, machine à meuler, machine à tourner, machine à fraiser, machine à chauffer, machine à cintrer, machine à rétreindre, machine à nettoyer, machine à laminer, machine à dégauchir, machine à usiner par outil de coupe, machine à visser, machine à attacher, machine à sertir, machine à polir

Localisation

  • CommuneMorez
  • Adresse 66 rue de la République
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonMorez

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2010