Patrimoine en Franche-Comté - Usine de quincaillerie Spindler, actuellement Bacou-Dalloz

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine de quincaillerie Spindler, actuellement Bacou-Dalloz

36 rue Louis Pasteur
70 - Plancher-Bas
Dossier IA70000166 réalisé en 2005

Illustrations

Historique

En 1855, l'industriel Adolphe Spindler, fabricant d'articles de quincaillerie à Plancher-les-Mines, achète l'ancien moulin Didier, attesté sur le plan cadastral de 1835, et demande l'autorisation d'y adjoindre une scierie. L'arrêté préfectoral du 20 janvier 1859 autorise la société Spindler Fils et Cie à maintenir en activité le moulin et la scierie. Une fabrique de carrés ou clefs de montres - petit objet en acier poli servant au remontage des montres, pendules ou boîtes à musique - y est également construite dans les années 1860. La matrice cadastrale signale, vers 1880, la construction d'ateliers (fonderie de cuivre et tréfilerie) , d'un magasin de laiton, et d'une cité ouvrière, vraisemblablement celle située dans l'actuelle rue des Onchères. En 1893, l'usine compte un atelier de tréfilerie, l'atelier des carrés équipé de "150 machines automatiques", une fonderie de laiton (pour anneaux de clefs) et une fonderie de cuivre (pour articles d'ameublement) , l'atelier des chaînes équipé de "200 machines automatiques à chaînes", une usine à gaz pour l'éclairage et une scierie produisant les emballages nécessaires. Les ateliers sont partiellement détruits par un incendie en 1906. C'est vraisemblablement après ce sinistre que sont construits les ateliers en rez-de-chaussée couverts de sheds (dits atelier de mécanique en 1933). L'usine s'oriente au début du 20e siècle vers la production de chaînettes, chaînes pour sacs, anneaux divers en acier poli. En 1929, la société Foin acquiert l'usine Spindler. L'atelier de fabrication des chaînes, détruit par un incendie en 1946, est reconstruit peu après. Divers ateliers (fabrication et conditionnement) et magasins industriels ont été construits sur le site entre 1975 et 1995. Reprise par le groupe Bacou en 2000, associé à la société Dalloz en 2001, l'usine a recentré sa production sur trois types d'articles : les gants de boucherie en mailles d'acier (depuis 1969) , les mousquetons de sécurité (depuis 1978) et la chaîne à usage industriel. En 1858, le moulin comprend une paire de meules et une roue hydraulique, et la scierie deux lames droites, une lame circulaire et une roue hydraulique de 4, 10 m de diamètre. Une machine à vapeur et une turbine sont attestées en 1887 et 1933. L'usine emploie 50 hommes, 50 femmes et 100 enfants en 1875, 190 ouvriers en 1918, 85 personnes en 1931, 140 en 1986, 170 en 1995 et 150 en 2005.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale3e quart 19e siècle
  • Principale4e quart 19e siècle
  • Principale1ère moitié 20e siècle
  • Principale4e quart 20e siècle

Description

Les ateliers de fabrication du début du 20e siècle, sont en rez-de-chaussée, bâtis en moellon de grès enduit et couverts de sheds et de tuile mécanique. L'entrepôt industriel, situé rive droite du Rahin, et l'ancienne menuiserie possèdent une charpente en bois avec essentage de planches, et un toit à longs pans avec tuile mécanique. L'atelier de fabrication reconstruit après la Seconde Guerre mondiale est en rez-de-chaussée, avec un toit bombé et une couverture en béton. Les bâtiments (ateliers et magasin industriel) du dernier quart du 20e siècle sont construits en parpaing de béton et béton armé, ou charpente métallique, essentage et couverture en tôle. L'ancien logement patronal comprend un étage de carré et un étage en surcroît. La cité ouvrière, située n° 6 à 22 rue des Onchères, comprend neuf maisons individuelles, avec étage en surcroît, toit à longs pans et tuile mécanique.

Afficher les données détaillées

  • Mursgrès / béton / enduit / essentage de planches / essentage de tôle / moellon / béton armé / parpaing de béton
  • Toittuile mécanique / fer en couverture / béton en couverture / verre en couverture
  • Étages1 étage carré / étage en surcroît
  • Couvrementscharpente en bois apparente / charpente métallique apparente
  • Couverturestoit à longs pans / shed / toit bombé
  • Énergiesénergie hydraulique / énergie thermique / énergie électrique / produite sur place / produite sur place / achetée

Documentation

Documents figurés

  • Réglementation du barrage de l'usine Reboud frères [plan-masse et de situation]. Plan, toile, plume, lavis, Lure, le 20 janvier 1892, échelle 1 :1250.
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : 277 S 44
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine de quincaillerie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, magasin industriel, entrepôt industriel, logement patronal, conciergerie, bureau, bureau d'études, chaufferie, salle des machines, transformateur, cité ouvrière, magasin coopératif, bief de dérivation

Localisation

  • CommunePlancher-Bas
  • Adresse 36 rue Louis Pasteur
  • Milieu d'implantationen village
  • Lieu-dit Mont le
  • Aire d'étude et cantonHaute-Saône - Champagney
  • Hydrographiedérivation du Rahin

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2005

Localisation