Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'outillage de Camille et Georges Baron

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'outillage de Camille et Georges Baron

8-10 rue de l' Helvétie
25 - Les Gras
Dossier IA25001620 réalisé en 2017

Illustrations

Historique

La maison portée sur le plan cadastral de 1816 (E 105) appartient au capitaine Thomas Joseph André (avec le pré E 104 et le jardin E 106). Elle connaît divers propriétaires avant de passer vers 1855 au taillandier Pierre Auguste Laithier (1802-1858) - marié à Sophie Garnache-Creuillot -, puis vers 1867 à leur fille Louise. Cette dernière, religieuse en Haute-Saône, en vend une partie en 1876 et agrandit en 1881 celle qu'elle conserve (à l'est). Elle la transmet vers 1901 à Emile Garnache-Creuillot jeune (est-ce son cousin François Emile - 1859-1909 -, marié à deux reprises à des demoiselles Amyot, soeurs de Virgile Amyot ?). Nouveau changement de propriétaire vers 1922 : le bâtiment passe aux enfants de Virgile Amyot (1854-1910). Fabricant de burins fixes originaire des Jean-Jacquot puis établi dans une ferme à l'angle de la rue de Pontarlier et du ruisseau du Théverot, ce dernier a quatre fils, tous dits soit tourneur sur métaux soit mécanicien - Gustave (1893-1967), Jules (1894-1981), Maurice (1896-1980) et Pierre (1902-1970) - qui se sont associés au sein de la société Les Fils de Virgile Amyot, spécialisée dans la réalisation des mandrins de perceuse (rue du Moulin). Pierre reprend le bâtiment vers 1933 et en fait son habitation, qu'il modifie vers 1956 (après l'avoir dotée d'un garage en 1951). Si cette partie n'a peut-être pas abrité d'atelier, ce n'est pas le cas de l'autre (à l'ouest) vendue en 1876 à l'horlogère Elisa Pourchet (1828-1909), veuve d'Aubin Baron (1828-1875) qui était aubergiste, horloger et négociant. Aubin était le fils de Joseph Baron (vers 1781-1850) qui, établi à son compte en 1837, avait débuté la fabrication des roues d'échappement avec une machine de son invention (en 1839, il fabriquait "13 douzaines de roues à cylindre et à ancre par semaine et 276 douzaines par an" et en 1844, année où il fut récompensé pour la qualité de ses produits, son atelier se composait "d'une machine à tailler, un balancier à découper et une forge"). Elisa agrandit le bâtiment en 1886. Elle le transmet vers 1901 à l'un de ses fils, Ulysse (1865-1923) communément appelé Georges, beau-frère du fabricant de burin fixe Georges Faivre établi non loin au 1 rue de l'Helvétie. Dit tourneur sur métaux et mécanicien, Baron réalise des machines à arrondir, des clés de pendule, etc. La date 1911 portée sur le pignon ouest correspond peut-être à la reconstruction en maçonnerie du rez-de-chaussée surélevé, qu'une photographie ancienne montre habillé d'un essentage de planches (sur charpente en pan de bois), et au remplacement du toit à croupes par un toit à pignons couverts. Le fils d'Ulysse, René Baron (1895-1969), hérite de la maison et de son atelier peu avant la deuxième guerre mondiale. Ses deux fils Camille (1923-2010) et Georges (1927-2016) édifient en 1957, dans la cour, un nouveau bâtiment dans lequel ils fabriquent notamment, sous la raison sociale Baron Fils et avec une dizaine de personnes, des fraises pour les horlogers et les dentistes (comme leur père), des barrettes de montre, etc. En 1968 est créée la Sarl Baron dont, pour s'agrandir, les dirigeants transfèrent en 1972 l'activité à Grand'Combe-Châteleu, au lieu-dit les Forges. Maison et atelier n'abritent ensuite plus que des logements.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principalelimite 18e siècle 19e siècle, 4e quart 19e siècle
  • Principale1er quart 20e siècle
  • Principale3e quart 20e siècle

Dates

  • 1911porte la date
  • 1957daté par source

Description

Le bâtiment d'origine a des murs en moellons calcaires enduits et un toit à longs pans, pignons couverts et tuiles mécaniques. Il comporte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé (autrefois partiellement occupé par un fenil) et un étage en surcroît, desservis par des escaliers dans-oeuvre ; au sud, une levée de grange (rampe) donnait un accès direct au fenil. La partie occidentale a des baies coiffées d'un linteau droit ; une fenêtre horlogère ouvre le rez-de-chaussée dans le mur pignon tandis que des fenêtres multiples sont visibles à l'étage en surcroît (celle côté pignon est partiellement fermée). Les baies de la partie orientale sont en arc segmentaire ou à linteau droit (baies récentes) ; une fenêtre horlogère au nord. L'ancien atelier dans la cour a des murs en parpaings de béton enduits, le même type de toiture et de matériau de couverture que la maison, mais il est en rez-de-chaussée avec étage en surcroît.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère / baie multiple
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert
  • Escaliersescalier dans-oeuvre

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 298 Cadastre de la commune des Gras, 1814-1967- 3 P 298 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Vergne et Garcin, 1816- 3 P 298/1 : Registre des états de sections (1816-1818)- 3 P 298/2, 5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1822-1875- 3 P 298/3-4 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 298/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 298/7 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1914-1967- 3 P 298/8 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1967
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 298

Documents figurés

  • [Vue d'ensemble du village, depuis la route de La Brévine, à l'est], photographie, s.n., s.d. [limite 19e siècle 20e siècle, avant 1910]
    Lieu de conservation : Collection particulière : Elisabeth Bonnet, Les Gras
  • Bonnet 039 18949. - Les Gras (Doubs). - Vue générale [du village depuis le sud-est], carte postale, s.n., [1911 ou 1912], Ets C. Lardier (CLB) éd. à Besançon. Porte la date 1912 (manuscrite) au recto.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Elisabeth Bonnet, Les Gras
  • 369. - Les Gras [vue d'ensemble du village, depuis le nord-est], carte postale, s.n., [1er quart 20e siècle, entre 1908 et 1917], Farine Frères éd. à Morteau. Porte la date 23 mars 1917 (manuscrite) au verso.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Elisabeth Bonnet, Les Gras
  • Les Gras (Doubs). 22157 A - Vue aérienne [le village vu du sud], carte photographique, par Combier ?, s.d. [2e quart 20e siècle, après 1930], Ed. aériennes Combier Impr. à Mâcon
    Lieu de conservation : Collection particulière : Elisabeth Bonnet, Les Gras
  • [Vue d'ensemble du village des Gras, depuis l'est], photographie, s.n., 23 octobre 1950. Porte la date (manuscrite) au verso.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Elisabeth Bonnet, Les Gras

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/
  • Monneret, Christian. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Bibliographie

  • Laithier, René. Fabricants d'outils pour horlogers bijoutiers de la commune des Gras. Les artisans de la fin du 19e à la fin du 20e siècle. - 1990. 4 f. dactyl. Porte la mention : "Liste non exhaustive établie en 1990, par René Laithier, les Epaisses, Les Gras".
    Lieu de conservation : Collection particulière : Rémy Cerf, Les Gras
  • Vaufrey, Constant. Les Gras, haut-lieu de l'outillage d'horlogerie. Horlogerie ancienne, Revue de l'Association française des Amateurs d'Horlogerie ancienne, n° 24, 2e semestre 1988, p. 54-56 : ill.
  • Vegliante, Gianfranca. L'artisanat dans le canton de Morteau au XIXe siècle. – Besançon : Faculté des Lettres, 1976. 164 f. dactyl. ; 30 cm. Mém. Maîtrise : Histoire : Besançon : 1976.
  • Vuillet, Bernard. Le val de Morteau et les Brenets en 1900, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1978. 294 p. : cartes postales ; 31 cm.

Témoignages oraux

  • Baron Pascal, fils de Georges Baron et ancien dirigeant de la Sarl Baron. Grand'Combe-Châteleu.
  • Tisserand Roger, fils d'Arsène Tisserand, ancien agriculteur. Les Gras
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, garage, rampe d'accès

Localisation

  • CommuneLes Gras
  • Adresse 8-10 rue de l' Helvétie
  • Milieu d'implantationen village
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2016