Patrimoine en Franche-Comté - Hôpital, actuellement maison de retraite

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Hôpital, actuellement maison de retraite

place d' Armes
21 - Saint-Jean-de-Losne
Dossier IA21004495 réalisé en 2011

Illustrations

Historique

Fondé par la ville en 1658, cet hôpital disposait de revenus modestes, de sorte qu'en 1759, il n'était pas en mesure d'accueillir plus de 12 malades malgré ses 24 lits. Les sources manuscrites (AD 21 H dépôt 557 et 3 X 557) permettent de retracer l'histoire de l'établissement, depuis sa fondation en 1658, par le testament d'Elisabeth Nivelet, confirmée par lettres patentes en 1662 et 1663. La famille de Saulx-Tavannes fait partie des premiers bienfaiteurs. L'établissement d'origine, qui regroupait des fondations plus anciennes (hôpital et chapelle Saint Jacques, Saint Philippe de Saint Usage, Chaussin, Aubigny, Bonnencontre, Esbarre), connaît des problèmes de fonctionnement (expulsion des deux premières directrices, religieuses du tiers ordre de Saint François, dites de sainte Elisabeth) ; il est fondé à nouveau en 1680. Au 17e siècle, l'hôpital comprenait, au rez-de-chaussée, une chapelle, voisine de l'apothicairerie, deux salles de malades séparées par une grille, le réfectoire des soeurs, l'infirmerie et la chambre de la supérieure ; trois chambres destinées à des malades payants, la salle de réunion du conseil d'administration, le local des archives, la lingerie et le dortoir des soeurs occupaient l'étage. Après les travaux d'agrandissement du 18e siècle, qui donnèrent à l'établissement son plan en U, la salle des femmes fut établie au rez-de-chaussée du corps central, la salle des hommes perpendiculairement dans l'aile ouest et une infirmerie, le réfectoire des soeurs, les cuisines et les offices dans l'aile est. Deux soeurs venues de Dôle, installées par l'évêque de Langres, sont remplacées au 18e siècle par les soeurs, dites "bleues", de la congrégation de la Charité de Beaune, jusqu'à la guerre de 1914. Les campagnes de travaux les plus significatives, de 1724 à 1727, commencent par la nouvelle salle des femmes, puis le cimetière en 1727 et la chapelle, dont le clocher est couvert en 1728 et la cloche bénite en 1733. Un retable y est posé, grâce au legs de soeur Jeanne Bramaille. Cette chapelle est remaniée en 1745 car les malades ne pouvaient y entendre la messe depuis leurs lits. En 1743, une chapelle dédiée à Saint Joseph est consacrée dans l'infirmerie des soeurs. Avant cette date, l'établissement, à l'origine regroupement de 5 maisons, fait quelques travaux (clocher, infirmerie), mais les projets successifs de restructuration d'envergure n'aboutissent pas. On connaît aussi des destructions, comme celle de la chapelle en 1753, ce qui explique que le linteau conservé dans l'établissement, daté de 1612, soit en fait un remploi. En 1790, une description cite une pharmacie, deux salles pour les deux sexes et un accueil d'orphelins. Il y a une chapelle indépendante des deux salles de malades. Le 19e siècle complète surtout le jardin et les annexes de type agricole (serre et orangerie en 1848-1849 et en 1872, terrasse). En 1903, on aménage un bloc opératoire et des bains. Une nouvelle salle de 10 lits est aménagée en 1905-1907. En 1908-1909, on consolide la salle des vieillards et on installe un chauffage. En 1911-1914, le clocher de l'hôpital est démoli et reconstruit. Dans les années 1950 et 1960, on perfectionne les sanitaires, installe le chauffage central et construit une maternité au premier étage, au dessus des bains douches. On ferme une ancienne loggia adossée à la chapelle entre 1961 et 1964. L'ancien réfectoire devient parloir et le service des invalides représente 25% de la population. Les derniers travaux sont faits en 1968-1969 (service des invalides, au rez-de-chaussée). Les belles boiseries de l'apothicairerie du 17e siècle ont été démontées et vendues. Le bâtiment fut victime d'un incendie important le 21 avril 1980. De nouveaux bâtiments ont été contruits au nord et à l'est vers 1995.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale17e siècle
  • Principale18e siècle
  • Principalemilieu 19e siècle
  • Principale1er quart 20e siècle
  • Principale2e moitié 20e siècle

Auteurs

  • AuteurLaurent Joanin, menuisier  / attribution par travaux historiques
  • Auteur Burel, fondeur  / attribution par travaux historiques
  • AuteurMichel Declaude, entrepreneur  / attribution par travaux historiques
  • AuteurCharles Bernard, charpentier  / attribution par travaux historiques
  • AuteurMichel Delaye, fondeur  / attribution par travaux historiques
  • AuteurPierre Delaye, fondeur  / attribution par travaux historiques
  • AuteurJacques Messandet, entrepreneur  / attribution par travaux historiques
  • AuteurLouis Passier, charpentier  / attribution par travaux historiques
  • Auteur Coiraton, entrepreneur  / attribution par travaux historiques

Description

L'hôpital est constitué d'un bâtiment de plan en U, dont les ailes donnent sur le jardin et, en retrait sur la rue, d'un immeuble contigu à seul étage et comble à surcroît éclairé par des jours ovales. Lors des aménagements des combles, une partie des lucarnes sur jardin du bâtiment principal furent supprimées et le comble à surcroît du bâtiment mitoyen fut transformé en étage de comble : toit à longs pans remplacé par un toit brisé à larges lucarnes avec suppression des oculi. Ce remaniement fit également disparaître la chapelle avec sa porte et ses deux fenêtres en plein-cintre ouvertes dans le mur sur rue, ainsi que les encadrements moulurés de la travée droite (seul le linteau en accolade daté 1612 a été remployé à l'étage). Le jardin de l'établissement était clos d'une grille avec portail à deux vantaux, en fer forgé, dont le fronton a été conservé, fixé sur un mur récent en brique. Un four, un colombier et un puits anciens sont encore visibles dans un angle formé par les bâtiments de la fin du 20e siècle. Le campanile couvert d'ardoise et de métal est déposé dans une petite cour à l'est ; un faux clocheton assure actuellement l'étanchéité du toit. L'hôpital a deux entrées côté rue : la première, dans l'angle formé par le bâtiment en retrait clos d'une grille en fer, est abritée par un auvent galbé en zinc, surmonté d'une croix fleuronnée sur globe. La seconde entrée se trouve dans la troisième travée droite du corps principal de l'hôpital ; elle donne dans le vestibule où se trouve un grand escalier tournant en pierre à rampe en fer forgé. La distribution intérieure a été en grande partie refaite, mais des lambris sont encore en place dans plusieurs pièces.

Afficher les données détaillées

  • Planplan régulier en U
  • Murscalcaire / enduit / moellon
  • Toittuile plate / ardoise
  • Étages1 étage carré / étage de comble
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans brisés / croupe
  • Escaliersescalier intérieur / escalier tournant à retours / en maçonnerie

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété d'un établissement public

Désignation

  • Dénomination(s)hôpital
  • Fonction(s) successive(s) ou actuelle(s) maison de retraite

Localisation

  • CommuneSaint-Jean-de-Losne
  • Adresse place d' Armes
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonBourgogne - Auxonne

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne - Inventaire général
  • Auteur(s)Le Clech-Charton Sylvie, Potier Nicolas, Fromaget Brigitte
  • Date de l'étude2002

Localisation

Oeuvres contenues

  • - - - - - - - - - - - -

Voir tout