Patrimoine en Franche-Comté - Machine à marquer (machine à diviser les cercles et les lignes droites)

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Machine à marquer (machine à diviser les cercles et les lignes droites)

25 - Les Gras
Dossier IM25005393 réalisé en 2017

Illustrations

Historique

Cette machine sert à graver des graduations sur des plaques droites ou en arc de cercle. Datant du 19e siècle (vraisemblablement de la deuxième moitié du siècle), elle est issue d'une fabrication locale et répond aux besoins des fabricants d'outillage des Gras amenés à réaliser des alidades pour instruments ou machines de précision. Ce type de machine à diviser s'est notamment répandu à la suite des travaux du constructeur anglais Jesse Ramsden (1735-1800), pionnier du machinisme industriel, qui a écrit en 1777 une Description d'une machine pour diviser les instruments de mathématique et deux ans plus tard une Description d'une machine propre à diviser des lignes droites sur les instruments de mathématique (documents publiés en France par Lalande en 1790).

Afficher les données détaillées

Stade de création

  • oeuvre unique

Périodes

  • Principale2e moitié 19e siècle

Description

Actionnée manuellement, la machine sert à graver précisément des divisions sur une plaque métallique droite ou en arc de cercle (alidade). Réalisée en acier, laiton (poulie) et bois feuillu (poignées), elle comporte un socle de forme trapézoïdale, formé d'une épaisse plaque métallique portée par quatre pieds. Elle est composée de trois modules : un de gravage et deux dédiés au déplacement de la plaque à travailler. Le module de gravage est assez simple : une pointe métallique est fixée sur un levier qui est articulé (au centre du socle) sur un support, lui-même mobile, et achevé par une poignée en bois à l'avant. Avec ce levier, l'artisan peut amener la pointe au contact de la plaque et la déplacer pour graver le trait de division. L'amplitude du déplacement (correspondant à la longueur du trait) est limitée par un palpeur, en bout du support du levier, qui vient buter contre le bord intérieur d'un guide formé par une barre plate dont l'évidement central est plus ou moins large. Cette barre coulisse transversalement ce qui permet à l'artisan de présenter face au palpeur l'échancrure correspondant à la longueur de division souhaitée (par défaut, trois longueurs sont possibles pour les unités, les multiples de 5 et ceux de 10). La machine dispose de deux guides et deux leviers (sur celui en place, la position de la pointe est réglable). Le module de déplacement avant est destiné au gravage des plaques droites. La plaque est fixée sur un chariot dont le coulissement transversal dans un évidement du socle est commandé par une vis sans fin avec, à gauche, indexeur, ressort et manivelle. Le module arrière, pour le gravage des plaques courbes, est plus compliqué. La plaque est fixée par deux doigts, réglables à l'aide d'un boulon (celui de gauche s'achevant par une poignée), sur un support en forme de secteur dont la partie étroite est vissée sur une poulie horizontale. Munie d'une crémaillère, cette poulie est mise en rotation via une vis sans fin également actionnée par une manivelle (à gauche) avec indexeur et ressort.

Afficher les données détaillées

  • Précision dimensions

    Dimensions totales (en cm) : h = 35, la = 49, pr = 28,5.

  • Catégoriesindustrie de mécanique de précision
  • Structuresproduit élaboré d'origine minérale / solide en masse / produit semi-fini / à énergie humaine
  • Matériauxacier / laiton / bois feuillu indigène
  • État de conservationen état de marche

Documentation

Bibliographie

  • Description d'une machine pour diviser les instruments de mathématiques, par M. Ramsden [...] publiée à Londres en 1787 [...] augmentée de la description d'une machine à diviser les lignes droites, et de la notice de divers ouvrages de M. Ramsden, par M. de Lalande [...] - Paris : Firmin Didot, 1790. 46 p. - 7 p. de pl. ; in-4. Document consultable en ligne sur le site de la Bibliothèque nationale de France : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5653075g (consultation : 19 mai 2017)
  •  

Désignation

  • Dénomination(s)machine à marquer
  • Parties constituantes non étudiéesétabli

Localisation

  • CommuneLes Gras
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2016