Patrimoine en Franche-Comté - Haut fourneau dit forges de Chagey, puis scierie

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Haut fourneau dit forges de Chagey, puis scierie

Illustrations

Historique

Nicolas et Joseph Morelot, originaires de Fontenoy-le-Château (88) , obtiennent en 1586 l'autorisation d'établir un fourneau et une forge sur les terres du duc de Wurtemberg. Cette famille en devient propriétaire au début du 17e siècle et le restera jusqu'à la Révolution française. Le fermier Paul Payer fonde en 1619 une annexe, les forges d'Audincourt (25) , qui prendront progressivement le dessus sur l'établissement de Chagey. La production de fonte atteint 300 milliers en 1755, 600 en 1772 et 700 en 1811. La forge, comprenant trois feux et un martinet, était située à plus d'un kilomètre en amont du haut fourneau, sur la Lizaine. Elle produit encore 450 t de fer en 1788, mais est démantelée peu après. A l'exception de l'étang de la Forge, il ne subsiste aucun vestige de cet établissement. Le haut fourneau est acquis comme bien national par le maître de forges Jean-François Rochet, qui le cède peu après aux associés F.P. Gast (maître de forges à Audincourt) , M.J.F. Saglio, J.G. Humann et J.P. Carl. En 1812, il consomme 15 000 stères de bois et 400 m3 de mines en grains, tirés du territoire de Bussurel (actuelle commune d'Héricourt) , ainsi que 150 m3 de mines en roche de Saulnot (70). Entre 1853 et 1857, l'usine exploite du minerai extrait au pied du Pont-Neuf de la Lizaine, mais l'expérience reste sans suite à cause de sa mauvaise qualité. En 1859, M. Strohl, directeur de la Cie des Forges d'Audincourt, demande l'autorisation de construire une scierie mise en jeu par une roue hydraulique. Elle est édifiée sur le bief de dérivation, à une centaine de mètres en amont du haut fourneau. Ce dernier est éteint vers 1883 et disparaît peu après. La petite scierie est reprise par Alfred Engel à l'extrême fin du 19e siècle, et continue de tourner jusqu'en 1944, où un incendie la détruit entièrement. Elle est néanmoins relevée et fonctionne jusqu'au début des années 1960. Le bâtiment est actuellement désaffecté. Après la disparition de deux logements d'ouvriers (figurant sur un plan de 1854) , l'établissement métallurgique conserve la halle du haut fourneau, un logement patronal et des logements ouvriers. Une machine à vapeur horizontale de 12 ch permettait d'actionner la machine soufflante du haut fourneau (chauffage de la chaudière par les flammes du haut fourneau) en 1854. Présence d'une turbine hydraulique de type Francis (très endommagée) en 2004 à la scierie. Le haut fourneau est desservi par 19 hommes en 1876.Trois ouvriers employés à la scierie en 1893 et en 1931.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e quart 20e siècle

Description

L'entrepôt industriel (halle à charbon) est constitué d'une charpente en bois couverte d'un toit à croupes et tuile mécanique, reposant sur un muret en moellon de grès. Le bief de dérivation a été partiellement comblé. Le logement patronal, à un étage carré, est pourvu d'un toit à longs pans et croupe. Le logement d'ouvriers, construit en moellon de grès et enduit, possède un toit à longs pans couvert en tuile mécanique. Le bâtiment de la scierie, à un étage de soubassement et ossature en bois bardée de planches, possède une charpente en bois couverte en tuile mécanique. Le bâtiment d'eau, accolé au mur nord, a perdu sa toiture : il laisse apparaître la turbine fortement endommagée. Un entrepôt industriel est construit en brique creuse.

Afficher les données détaillées

  • Mursgrès / moellon / enduit / brique creuse / bois / essentage de planches
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement
  • Couvrementscharpente en bois apparente
  • Couverturestoit à longs pans / appentis / croupe
  • Énergiesénergie hydraulique / produite sur place / turbine hydraulique / énergie thermique / produite sur place
  • État de conservationétablissement industriel désaffecté / vestiges

Documentation

Documents figurés

  • Plan de la forge de Chagey [détail]. Papier, plume, lavis, 1754.
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : E 97
  • Plan-masse et de situation des forges. Papier, plume, lavis, s.d., [1854], échelle 1:500.
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : 303 S 4
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)haut fourneau, scierie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, entrepôt industriel, bâtiment d'eau, logement patronal, logement d'ouvriers, bief de dérivation

Localisation

  • CommuneChagey
  • Adresse rue du Fourneau
  • Milieu d'implantationen village
  • Aire d'étude et cantonHaute-Saône - Héricourt est
  • Hydrographiedérivation de la Lizaine

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2004

Localisation