Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'horlogerie Chatelain puis Guigon

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'horlogerie Chatelain puis Guigon

3 et 3 bis rue du Général Leclerc
25 - Charquemont
Dossier IA25001316 réalisé en 2014

Illustrations

Historique

La maison (sur la parcelle cadastrée 1811 E 102) est construite vers 1855 pour Joseph Léonard Pierre, propriétaire du bâtiment voisin qui deviendra par la suite l'hôtel du Lion d'Or. Elle est acquise vers 1860 par le fabricant de cylindres et roues de cylindre Auguste Chatelain (marié à une demoiselle Etevenard), dont l'affaire est réputée fondée en 1848 et qui a obtenu en 1867 une récompense à l'Exposition universelle de Paris (son fils Arsène fera en 1886 édifier à proximité sa demeure dite le "Château"). Elle passe dans les années 1880-1890 (vers 1887 ?) à l'horloger Arsène Guigon (Victor Arsène Guigon, 1835-1903), marié en 1866 avec Irma Chatelain. Arsène est l'un des treize enfants de Victor Guigon (cultivateur établi au 9 Grande Rue dans la ferme que reprendra Aster Frésard), dont certains sont eux aussi horlogers : à Charquemont Sidoine (né en 1822) au 18 Grande Rue et Justin (né en 1833) dans la ferme paternelle, aux Ecorces (aux 17 et 17 bis Grande Rue) Edouard (né en 1824). Vers 1926, le propriétaire du bâtiment est son neveu Ernest, le fils de son frère Justin (1833-1909), horloger mais aussi marchand de vin. Ernest (né en 1875), marié en 1903 avec Léontine Guyot, s'est établi à son compte à l'issue de la première guerre mondiale. Il fabrique, peu de temps et sans marque propre, des montres entières puis des composants de montres. Son fils Léonat (1903-1987) lui succède à la fin de la deuxième guerre mondiale. Il est monteur de mouvements pour divers fabricants de Charquemont et pour la société Parent, de Villers-le-Lac, puis pratique le rhabillage pour des horlogers-bijoutiers. Il travaille jusqu'à la fin des années 1960, formant ses deux fils (Robert né en 1935 et Serge né en 1939) et quelques apprentis, l'atelier (aménagé dans l'étage en surcroît) comptant au maximum trois ou quatre personnes. Personne ne prend sa suite. Le bâtiment a peut-être aussi abrité l'affaire du fabricant d'assortiments à cylindres (échappements) Léonat (François Joseph Léonat) Guyot, père de Léontine et parrain de Léonat Guigon, affaire reprise par sa veuve (née Béatrice Brésard) après son décès en 1920. C'est actuellement une habitation.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale3e quart 19e siècle

Description

La maison a des murs en moellons calcaires enduits et un toit à croupes à égout retroussé, avec couverture de tuiles mécaniques. Elle comporte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé (avec entrée à l'ouest, sur la rue du Général Leclerc) et un étage en surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre. Une fenêtre horlogère éclaire l'étage de soubassement à l'est. Un garage a été ajouté dans l'angle sud-ouest.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère
  • Murscalcaire / moellon / enduit
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement / en rez-de-chaussée surélevé / étage en surcroît
  • Couverturestoit à longs pans / croupe
  • Escaliersescalier dans-oeuvre

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 128 Cadastre de la commune de Charquemont, 1812-1963- 3 P 128/1 : Registre des états de sections (1812)- 3 P 128/2-3 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties [1823-1906]- 3 P 128/5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1882-1910)- 3 P 128/8-9 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1911-1963)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 128
  • Papier à en-tête de la fabrique d'assortiments roues et cylindres Veuve Léonat Guyot, 5 juin 1926
    Lieu de conservation : Collection particulière : Christian Patois, Frambouhans

Documents figurés

  • Extrait du plan des lieux du chemin de grande communication n° 10 de Besançon à la Chaux-de-Fonds. Partie comprise dans la traverse de Charquemont à joindre double au rapport en date de ce jour sur la demande en autorisation d'établir une conduite d'eau présentée par Monsieur le Maire au nom de la Commune de Charquemont [la Grande Rue entre la place de l'Hôtel de Ville et la rue de la Vierge], dessin sur calque (plume, lavis), par le géomètre Bourquin, Maîche le 21 septembre 1896, 18 x 75 cm, échelle 1/1000
    Lieu de conservation : Archives communales, Charquemont
  • Charquemont (Doubs). 11059 - Vue aérienne [depuis l'ouest], carte postale, s.n., s.d. [entre 1950 et 1955], Éditions aériennes Cim, Combier impr. à Macon
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jacques Donzé, Charquemont
  • En avion au-dessus de... 2. Charquemont (Doubs) [le quartier de la mairie vu du sud], carte postale, s.n., s.d. [années 1960 ?], Lapie éd. à Saint-Maur
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jacques Donzé, Charquemont

Bibliographie

  • Simonin, Michel. L'horlogerie au fil du temps et son évolution en Franche-Montagne, sur le plateau de Maîche. - Maîche : M. Simonin, 2007. 143 p. : ill. ; 30 cm.

Témoignages oraux

  • Donzé Jacques, ancien horloger, historien de Charquemont
  • Guigon Robert, fils de l'horloger Léonat Guigon. Charquemont
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéeslogement, atelier de fabrication, garage, jardin potager

Localisation

  • CommuneCharquemont
  • Adresse 3 et 3 bis rue du Général Leclerc
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2014