Patrimoine en Franche-Comté - Immeuble et atelier d'horlogerie et d'outillage Roussel-Simonin, puis atelier d'instruments de mesure Perrey

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Immeuble et atelier d'horlogerie et d'outillage Roussel-Simonin, puis atelier d'instruments de mesure Perrey

4 rue de la Chaussée
25 - Morteau
Dossier IA25001762 réalisé en 2018

Illustrations

Historique

A la maison dessinée en retrait de la rue sur le plan cadastral de 1816, détruite par un incendie en 1874, succède l'immeuble édifié en 1881-1882 pour Albin Roussel-Simonin (Philippe Albin, 1830-1888). Celui-ci est le fils de Philippe Zacharie Roussel-Simonin (1804-1872), cultivateur des Gras qui avait bâti à la fin des années 1830, avec son frère Jean Eloi (signalé fabricant de forets à pivoter vers 1860), une scierie au Théverot (scierie qu'Albin revend vers 1880 au taillandier Etienne François Bobillier). Albin est marié avec Marie Herminie Bôle (1838-1902), qui poursuivra son affaire après son décès ; de ce fait, il est le beau-frère du négociant horloger Charles Pierre (dont le fils Fernand reprendra l'entreprise d'Emile Wetzel sur la place de l'Hôtel de Ville). Il est également le beau-frère de l'horloger Alphonse Benjamin Caille (1834-1883), installé vers 1875 au 6 Grande Rue. Il semble donc s'établir au début des années 1880 à Morteau, où il est fournituriste mais aussi fabricant d'outils d'horlogerie et de machines (mettant en avant mécanisation et interchangeabilité). Une publicité de 1880 précise : "Fournitures d'horlogerie A. Roussel-Simonin, à Morteau (Doubs). Fabrique d'axes de balanciers, tiges et renvois ébauchés pour remontoirs. Tournage, perçage, taillage de pièces laiton et acier. Fabrique de bouchons en liège. Mention honorable à l'Exposition universelle de Paris 1878". En 1901, sa veuve mentionne également la réparation de boîtes et mouvements de montre. Son fils Eugène (1870-1956), qui reprend l'entreprise, est dit en 1913 fabricant d'horlogerie, négociant et exportateur en fournitures et pièces détachées pour l'horlogerie, et commissionnaire en douane. L'immeuble abrite aussi dans les années 1920 (sous le toit ?) l'atelier de l'horloger Emile Epenoy (ancêtre de Michel Epenoy ?). Augusta, la fille d'Eugène, épouse en 1929 César Perrey (1900-1987), de Grand'Combe-Châteleu, qui vient s'installer à Morteau. César était jusque-là associé avec son frère Jean-Baptiste (1897-1984), lequel avait lancé en 1922 dans l'atelier de sertissage paternel la fabrication des baromètres anéroïdes (suivant un système de son invention, avec "mouvement à ressort cambré"). César poursuit cette fabrication rue de la Chaussée et fait construire en 1939, à l'arrière de celui existant, un bâtiment à usage de maison et d'atelier (2018 AA 257 ?). Son affaire est classée en 1965 et 1969 dans la catégorie de 0 à 9 salariés. Elle semble disparaître à la fin des années 1960 ou au cours de la décennie suivante. En 2013, outre des logements, l'immeuble accueille un cabinet d'infirmiers.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 19e siècle

Dates

  • 1881daté par source

Description

L'immeuble a des murs en moellons calcaires enduits et un toit à longs pans, pignons couverts et tuiles mécaniques. Il comporte un sous-sol, deux étages carrés, un étage en surcroît et un comble, desservis par un escalier dans-oeuvre. Le rez-de-chaussée est partiellement enterré sur la façade postérieure, où un escalier extérieur droit en maçonnerie dessert le premier étage. La présence d'un atelier se signale par les fenêtres multiples (six baies) à l'étage en surcroît sur la rue de la Chaussée et par la lucarne (trois baies) sur le passage à l'ouest.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie multiple
  • Murscalcaire / moellon / enduit
  • Toittuile mécanique
  • Étages2 étages carrés / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier de distribution extérieur / escalier droit / en maçonnerie

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 412 Cadastre de la commune de Morteau, 1816-1978- 3 P 412 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Girardier et Mestre, 1816-1817- 3 P 412/1 : Registre des états de sections, 1818- 3 P 412/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1875. Le 1er volume manque.- 3 P 412/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 412/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 412/7-9 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1911-1965- 3 P 412/10-13 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1978
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 412
  • Papier à en-tête d'Eugène Roussel-Simonin, 22 juillet 1910
    Lieu de conservation : Collection particulière : Brice Leibundgut, Paris
  • Papier à en-tête d'Eugène Roussel-Simonin, 3 février 1930
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Simonin, Maîche

Documents figurés

  • 2030. Morteau - Rue de la Chaussée [vue de la place de la Halle], carte postale, s.n., [4e quart 19e siècle], J. Farine éd. au Locle et à Morteau. Porte la date 6 avril 1904 (tampon) au verso. Publiée dans : Leiser, Henri ; Jacquot, Didier. Morteau et environs d'hier à aujourd'hui. - Pontarlier : Presses du Belvédère, 2010, p. 126. Egalement dans : Vuillet, Bernard. Le val de Morteau et les Brenets en 1900. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1978, p. 58.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • 1246. Morteau - Rue de la Chaussée [et place de la Halle], carte postale, par Simon, [1er quart 20e siècle, avant 1920], Simon éd. à Maîche. Porte la date 18 novembre 1920 (manuscrite) au verso. Autre exemplaire conservé dans la collection particulière d'Elisabeth Bonnet (aux Gras) portant la date 12 octobre 1924 (manuscrite et tampon) au verso (cf. 20172500258NUC4A).
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces

Bibliographie

  • Briselance, Claude-Gilbert. L'horlogerie dans le val de Morteau au XIXe siècle (1789-1914). - 1993. 2 vol., XXXII-398 - III-420 f. : ill. ; 30 cm. Mém. maîtrise : histoire contemporaine : Besançon : 1993
  • Centre d'Etudes économiques régionales de Franche-Comté. Répertoire des établissements industriels de Franche-Comté classés dans la section "précision, horlogerie, optique" de la nomenclature des activités économiques de l'I.N.S.E.E. - S.l. [Besançon] : s.n. [Centre d'Etudes économiques régionales de Franche-Comté], juin 1969. III-65 p. ; 21 x 30 cm.
  • Les établissements horlogers en France. - S.l. : s.n., mars 1965. 17 p. ronéotypées ; 20 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Simonin, Maîche
  • Leiser, Henri ; Jacquot, Didier. Morteau et environs d'hier à aujourd'hui. - Pontarlier : Presses du Belvédère, 2010. 188 p. : ill. ; 24 cm.
  • Vuillet, Bernard. Le val de Morteau et les Brenets en 1900, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1978. 294 p. : cartes postales ; 31 cm.

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)immeuble, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, magasin industriel, bureau, boutique, logement, garage, jardin

Localisation

  • CommuneMorteau
  • Adresse 4 rue de la Chaussée
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2012