Patrimoine en Franche-Comté - Ferme et ateliers d'outillage Gauthier, Grandvoynet, Fournier, Moyse et Thiébaud

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Ferme et ateliers d'outillage Gauthier, Grandvoynet, Fournier, Moyse et Thiébaud

12-14 rue le Grand Mont
25 - Les Gras
Dossier IA25001632 réalisé en 2017

Illustrations

Historique

La ferme peut dater du 18e siècle ou du 19e siècle : l'emprise au sol du bâtiment représenté sur le plan cadastral en 1816 ne correspond pas à celle actuelle et les baies de la façade antérieure (sud) ont été reprises à la fin du 19e siècle ou au début du 20e. Elle est déjà divisée en deux sur le plan de 1816 : la partie gauche (D 80, à l'ouest) appartient à Renobert Valère Vernerey (ou Vernerey-Cruchière, 1776-1843), maire de Passonfontaine, la partie droite (D 81, à l'est) aux héritiers du cordonnier Jean François Gauthier (1768-1815) : sa veuve (Jeanne Françoise Baron) et leur fils, François Philippe (1816-?), dit tourneur sur métaux, qui réalise au milieu du 19e siècle des "tours à équarisser". Conservée dans la famille, cette dernière partie passe vers 1880 à un autre tourneur sur métaux, producteur de pinces à morille : Armand Fournier (1846-1931), fils de Philimin (fabricant de pinces et tournevis aux Seignes) et frère d'Ernest (fabricant de machines à arrondir au moulin du Bas puis au 1 rue de l'Helvétie). Armand est aussi le père et le beau-père de fabricants d'outillage d'horlogerie : Léon Fournier, Jules Fournier et Jules Moyse (ces deux derniers à l'origine d'un bâtiment associant leurs deux maisons et leurs ateliers aux 1 et 3 rue des Jardins). Il acquiert vers 1886 l'autre partie de la ferme qui, au fil du temps, a également abrité des fabricants d'outils. Ainsi de 1847 à 1874 environ avec Jean-Baptiste Grandvoynet - ou Grandvoynnet - (1817-1872), lequel a entrepris la production de "chalumeaux à bouche simple" puis "chalumeaux avec boule simple et démontable" au hameau des Seignes, production transférée par son fils François (1848-1938) au Grand Mont (13 rue le Grand Mont), où il emploie quelques ouvriers puis ses fils : Cléside, Marcellin, Emile, Charles et Philémon (Marcellin et Charles s'établiront par la suite au 5 rue du Moulin). Ainsi de 1874 à 1881 environ avec Emile Gloriod (1837-?), auparavant installé avec François Grandvoynet. Issu d'une famille de producteurs d'outillage, il est le fils de Juvénal Gloriod (1810-1881) - fabriquant vers 1860 des petites pinces aux Seignes ? - et le frère de Louis Gloriod (1842-1912), lequel s'établira vers 1905 aux Epaisses (6 rue les Epaisses). La matrice cadastrale conserve la trace d'un partage, dans les années 1895-1905, entre Armand Fournier et Charles Moyse (qui est vraisemblablement le fils de Jules). Le premier conserve la partie gauche (D 80), qui passe ensuite à son fils Léon Fournier (1883-1959), beau-frère de Victor Drezet et producteur de pinces à morille ; l'affaire est encore attestée en 1957 mais plus en 1960. Dit fabricant d'horlogerie (d'outils tels les "mille griffes pour bijoutiers" signalés en 1923 ?) mais aussi beau-père de Virgile Besançon (lequel produit des montres à Villers-le-Lac), Charles Moyse (1873-1945) a la partie droite (D 81). Il la cède vers 1920 au tourneur sur métaux Philimin Thiébaud (1882-1952) qui, sur son papier à en-tête, met en avant l'utilisation de la force électrique pour la fabrication des pinces en tous genres (un Thiébaud est encore signalé en 1949 dans les annuaires professionnels). Toujours partagé en deux, le bâtiment n'abrite plus d'activité productive.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale18e siècle, 19e siècle

Description

Le bâtiment a des murs en moellons calcaires enduits, avec essentage de planches aux étages formant lambrichure sur le mur pignon sud (le mur pignon nord fait certainement appel au pan de bois). En rez-de-chaussée, doté d'un tué, il comporte un sous-sol, un étage en surcroît et un étage de comble, desservis par un escalier dans-oeuvre ; l'ancienne grange est accessible au nord par une rampe d'accès (pont). Les murs sud et est présentent des fenêtres horlogères et des fenêtres multiples ; celles du rez-de-chaussée ont pour la plupart un encadrement en briques grises et sont coiffées d'un arc segmentaire (quelques-unes ont un encadrement en pierre de taille avec linteau délardé en arc segmentaire). Le toit est à longs pans et pignons couverts, avec couverture de tuiles mécaniques.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère / baie multiple
  • Toittuile mécanique
  • Étagessous-sol / en rez-de-chaussée / étage en surcroît / étage de comble
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert / noue
  • Escaliersescalier dans-oeuvre
  • Autres organes de circulationsrampe d'accès

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 298 Cadastre de la commune des Gras, 1814-1967- 3 P 298 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Vergne et Garcin, 1816- 3 P 298/1 : Registre des états de sections (1816-1818)- 3 P 298/2, 5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1822-1875- 3 P 298/3-4 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 298/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 298/7 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1914-1967- 3 P 298/8 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1967
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 298
  • Artisans des Gras. Fabricants d'outils d'horlogerie. 1855-1862. - S.d. [20e siècle]. 6 f. Liste manuscrite établie "d'après un livre de compte semblant appartenir à Cressier Philippe, fondeur au Dessus de la Fin" et complétée par les noms d'artisans et négociants de Grand'Combe-Châteleu et de la Suisse proche.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Elisabeth Bonnet, Les Gras

Documents figurés

  • [Vue d'ensemble du Grand Mont, depuis le sud], carte photo, par Robert Stucki, [1907], Robert Stucki éd. (Suisse). Porte la date 22 juillet 1907 (tampon) au verso.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Elisabeth Bonnet, Les Gras

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/
  • Monneret, Christian. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/
  • Vernerey, Michel. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Bibliographie

  • Laithier, René. Fabricants d'outils pour horlogers bijoutiers de la commune des Gras. Les artisans de la fin du 19e à la fin du 20e siècle. - 1990. 4 f. dactyl. Porte la mention : "Liste non exhaustive établie en 1990, par René Laithier, les Epaisses, Les Gras".
    Lieu de conservation : Collection particulière : Rémy Cerf, Les Gras

Témoignages oraux

  • Guyonneau Jean-Louis et Arlette, petite-fille de Charles Grandvoynnet. Pontarlier
  • Petitjean Guy, ancien propriétaire de la maison Georges Vernier, commerce de fournitures et outils d'horlogerie. Les Gras
  • Tisserand Roger, fils d'Arsène Tisserand, ancien agriculteur. Les Gras
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Désignation

  • Dénomination(s)ferme, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, étable à vaches, grange, rampe d'accès

Localisation

  • CommuneLes Gras
  • Adresse 12-14 rue le Grand Mont
  • Milieu d'implantationen écart
  • Lieu-dit Grand Mont le
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2016