Patrimoine en Franche-Comté - Lycées publics de Franche-Comté

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Lycées publics de Franche-Comté

00 -
Dossier IA00141312 réalisé en 2015

Au contraire des études habituelles de l'inventaire où une sélection est opérée parmi les items, sur ce thème des lycées comtois l'exhaustivité a été préférée, sans limites chronologiques, ni hautes ni basses, mais avec des limites juridiques puisque seuls les lycées publics ont été retenus. La plupart des lycées n'ont été visités qu'une fois par le chercheur et - parfois beaucoup plus tard - une fois par le photographe. L'exploitation des sources a été conduite de manière minimale, mais les archives régionales sont en cours de classement et malheureusement bien des numérotations sont provisoires ou bien ont changé en cours d'études.

Au début de l'opération en 2011, 58 établissements (lycées publics comtois) avaient été visés, répartis en 85 sites. Il s'est avéré, en plusieurs occurrences, que des chantiers de rénovation ou même des cessions ont eu lieu durant le temps de l'enquête et viennent en périmer l'actualité : nos données devenaient immédiatement historiques. Parmi ces modifications importantes qui ont eu lieu durant notre enquête signalons : l'extension bétonnée - à l'avant et à l'arrière - de l'externat du lycée d'Audincourt - ex. Fernand Léger devenu lycée Nelson Mandela, naguère caractérisé par son très bel ordonnancement, son alternance de plein et de vide et l'usage fin de la bichromie de brique et de béton; la construction et l'inauguration du pôle hôtelier -commun au lycée Pontarcher et au cfa- à Vesoul; la cession à la ville d'Audincourt du bâtiment le plus au nord de l'ancien lycée Garnier qui abritait l'externat, l'internat et des logements; la rénovation du lycée Colomb : la cantine était en travaux au moment de l'enquête en 2012 et a fait l'objet d'une restauration entre le moment de l'enquête et les prises de vues en 2014; la suppression de préfabriqués et la construction corrélative de salles de cours en bois au lycée Edgar Faure dont la forte unité stylistique reposait sur l'usage de la seule brique. Quelques fermetures sont étudiées dans un "plan lycée" adopté en 2014, eu égard notamment aux évolutions démographiques observées et prévues dans la région, mais aussi au contexte budgétaire.

Outre ce présent dossier d'aire d'étude et le dossier d'opération, 295 dossiers ont été constitués : 74 dossiers d'immeubles, 221 dossiers d'objets, dont 91 œuvres du 1%. Des enquêtes parfois difficiles ou hasardeuses, pas toujours fructueuses, ont été menées à la recherche d'œuvres d'art perdues ou dont toutes traces mémorielles et physiques étaient perdues, alors qu'il s'agit d'œuvres très récentes : le meilleur exemple est sans doute celui de la peinture de Robert Génicot au lycée Follereau de Belfort ; les archives nous ont permis de faire l'hypothèse de son existence, mais aucune trace sur place ne la confirmait. L'enquête orale auprès des "anciens" corroborait cette inexistence jusqu'à la découverte d'une photographie de départ à la retraite prise fortuitement dans le hall d'entrée, confirmant que l'œuvre y avait bel et bien été réalisée. Sa destruction est restée inaperçue. Après que certains des lycées déjà étudiés ont fait l'objet d'une campagne systématique de prise de vues par des photographes, dans un second temps en 2011, face à la masse de bâtiments à traiter, il avait paru suffisant d'illustrer l'étude par des photos de chercheurs : tous les lycées ont donc été ainsi couverts. Puis, au fur et à mesure de la découverte de la qualité des sites, le recours aux photographes professionnels s'est peu à peu imposé, au prix d'un certain décalage dans le temps susceptible d'engendrer quelques discordances entre les états décrits et les états photographiés. Cet écart temporel est ici d'autant plus sensible que ce domaine est actuellement marqué par l'ampleur, la vitesse et le nombre des travaux conduits, eu égard notamment à des exigences de continuité de l'accueil, de sécurité, d'accessibilité et d'isolation. Cette caractéristique est de facto, un des obstacles objectifs rencontrés du fait de l'assez longue durée de notre propre étude : 2011-2015.

Illustrations

Désignation

  • Aires d'études Franche-Comté

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Mairot Philippe
  • Date de l'étude2011

Voir aussi

Voir tout