Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'horlogerie de Fernand Zahnd

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'horlogerie de Fernand Zahnd

17-19 rue Fauche
25 - Morteau
Dossier IA25001775 réalisé en 2018

Illustrations

Historique

Joseph Billard, entrepreneur à Morteau, construit la maison vers 1893. Il la vend l'année suivante à Pierre Philippe Jeanguyot (1854-?), préposé des douanes à Morteau puis à Gilley, qui l'agrandit vers 1897 puis 1904 (buanderie). Acquise vers 1913 par Georges Perrot, marchand de cochons à La Chenalotte puis Paray-le-Monial (Saône-et-Loire), elle passe vers 1942 à l'horloger Fernand Zahnd (1899-1978). Ce dernier est le fils d'Auguste Zahnd (1871-?), originaire du Pâquier (commune de Val-de-Ruz, canton de Neuchâtel, Suisse), fabricant d'horlogerie depuis 1907 et un temps associé avec un M Bouhêlier. Il y installe son atelier, agrandissant le site à la fin des années 1940 (avant-corps à l'est) et au début des années 1950 (?). Il est horloger rhabilleur, réparant les montres et pratiquant pivotage et réglage, mais aussi fabricant, spécialisé en montres aux calibres 10 1/2 (échappement à ancre, ébauches Cupillard et Parrenin) et 5 1/4 (échappement à cylindre, ébauches Cupillard). Il développe la fabrication et exploite plusieurs marques : Zan (en 1953, aussitôt retirée car déposée depuis 1884 par la fabrique de confiserie à la réglisse Abauzit et Aubrespy, d'Uzès dans le Gard), Zand et Zahnd. Il achète 1 950 ébauches françaises en 1950, 6 500 en 1951. L'entreprise emploie dix personnes à l'atelier et quatre au service expédition. Ce service est particulièrement développé car elle vend également carillons et pendules électriques, réveils (sous sa marque ou sous la marque Japy), couverts, etc. Par ailleurs, pour ses montres, elle pratique la vente par soumission (par correspondance) : elle envoie un échantillon à un public choisi sélectionné dans des annuaires de la fonction publique (instituteurs notamment) et à un prix attractif, l'envoi étant accompagné d'un bulletin de retour au cas où le destinataire ne serait pas intéressé ; une remise est consentie pour trois montres achetées et la septième offerte pour l'acquisition de six. Cette pratique, qui court-circuite les horlogers-bijoutiers détaillants, lui vaut apparemment d'être radiée du syndicat des Fabricants d'Horlogerie. Le local de la rue Fauche est incendié au milieu de la décennie 1950 (en 1953 ou 1955 ?). Zahnd transfère alors son activité dans le bâtiment Panneton (11-13 rue René Payot), où sont signalés services commerciaux et boutique (1954), puis il achète celui en cours de construction pour Hubert Jacquot au 2 rue du Maréchal Leclerc (alors rue de la Caserne, 1955). Il vend vers 1957 le bâtiment au coiffeur Arsène Pobelle, qui l'agrandit au cours de la décennie suivante par un corps en retour d'équerre à l'ouest. Le site abrite ensuite un salon de coiffure mais plus d'activité productive.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 19e siècle
  • Principale1er quart 20e siècle, 2e quart 20e siècle, 3e quart 20e siècle

Description

La maison a des murs en moellons calcaires enduits, avec essentage plastique récent au nord. Elle comporte un étage carré et un étage de comble, desservis par un escalier dans-oeuvre. Des fenêtres horlogères sont visibles sur l'élévation latérale gauche (est). Elle est couverte par un toit à longs pans, pignons couverts, croupe polygonale sur l'avant-corps oriental et tuiles mécaniques. A l'ouest, un corps de bâtiment (vraisemblablement en béton) a été construit sur un niveau de garages. Ce corps, qui aurait abrité l'atelier, est couvert d'un toit à longs pans, pignons couverts et couverture métallique. D'autres garages donnent sur la rue Charles Brügger : ils associent parpaings de béton enduits et toit métallique à un pan.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère
  • Toittuile mécanique / tôle galvanisée
  • Étages1 étage carré / étage de comble
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert / croupe polygonale / noue
  • Escaliersescalier dans-oeuvre

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 412 Cadastre de la commune de Morteau, 1816-1978- 3 P 412 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Girardier et Mestre, 1816-1817- 3 P 412/1 : Registre des états de sections, 1818- 3 P 412/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1875. Le 1er volume manque.- 3 P 412/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 412/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 412/7-9 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1911-1965- 3 P 412/10-13 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1978
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 412
  • 50 J 46 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1948-1966
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 46
  • Annonces publicitaires, tarifs et catalogues de production de la société Zahnd, milieu 20e siècle
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Bonnet, Fournet-Luisans

Documents figurés

  • Morteau. - Vue générale prise du Champ des Chèvres [au nord-ouest], carte postale, s.n., [1er quart 20e siècle, entre 1900 et 1903], Charles Pierre éd. à Morteau. Porte les dates 14 juin 1903 (manuscrite) au recto et 15 juin 1903 (tampon) au verso. 1900 = maison de Charles Barbier.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • 44 - Morteau en hiver, carte postale, s.n., [1er quart 20e siècle, avant 1912], Farine Frères éd. à La Chaux-de-Fonds, Le Locle et Morteau. Porte la date 21 mars 1912 (tampon) au verso.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces

Documents multimédias

  • Campos, Christelle. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/
  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Leiser Henri, fils d'André Leiser et historien du val de Morteau. Morteau
  • Vuez Jean-Claude, descendant d'une famille d'horlogers, historien de la société Parrenin, Villers-le-Lac
  •  

Annexe(s)

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bureau, logement, garage

Localisation

  • CommuneMorteau
  • Adresse 17-19 rue Fauche
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013