Patrimoine en Franche-Comté - Laminoir dit forge de Magnoncourt

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Laminoir dit forge de Magnoncourt

rue de la Forge
70 - Magnoncourt
Dossier IA70000200 réalisé en 2006

Illustrations

Historique

En 1821-1822, Marie-Françoise de Buyer, veuve du maître de forges C.J. de Buyer, acquiert le moulin Daval et les terres attenantes, et sollicite l'autorisation d'y construire un établissement métallurgique composé de deux laminoirs assortis chacun d'un four à réverbère. Cette unité, construite entre 1822 et 1824, est destinée à convertir en tôle le fer blanc produit à la forge de la Chaudeau (étudiée IA70000217). Elle est autorisée par une ordonnance royale du 22 janvier 1824. Une seconde ordonnance, datée du 13 décembre 1838, autorise Rodolphe de Buyer à "conserver et tenir en activité le feu d'affinerie surmonté d'un four à réverbère recevant la chaleur perdue, et les machines de compression qu'il a établies pour la fabrication du fer". On fabrique à cette époque 2000 quintaux métriques de fer en barres par an. En 1847, l'établissement métallurgique ne compte plus qu'un feu d'affinerie, un four de chaufferie et les laminoirs. L'usine roulait encore en 1905 - on y mentionne notamment le découpage de tôles de casseroles -, et semble avoir cessé son activité à la veille de la Première Guerre mondiale. Elle aurait été vendue en 1920 au maire de Saint-Loup-sur-Semouse, puis convertie en centrale hydroélectrique de 1924 jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. L'atelier de fabrication est aujourd'hui en ruines, mais les dépendances et les logements sont toujours occupés. En 1866, l'usine se compose d'un foyer d'affinerie, d'un marteau, d'un train de laminoirs, de deux fours à réchauffer, d'une machine soufflante et de trois machines hydrauliques de la force de 45 ch. En 1881, elle compte deux paires de cylindres de 0, 85 m et 1, 20 m de table, et des turbines. L'établissement emploie 29 ouvriers en 1847, 18 hommes et 2 enfants en 1875, 13 hommes en 1893.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale1er quart 19e siècle

Description

Les bâtiments sont en moellon de grès enduit, couvert de toits à longs pans en tuile mécanique et tuile plate. Ils sont disposés autour d'une cour rectangulaire. L'atelier de fabrication, situé le long du bief de dérivation, est aujourd'hui dépourvu de toiture. Les murs sont encore en place ; celui donnant sur la cour est percé de quatre ouvertures en plein-cintre.

Afficher les données détaillées

  • Mursgrès / moellon / enduit / essentage de planches
  • Toittuile mécanique / tuile plate
  • Étages1 étage carré
  • Couverturestoit à longs pans / croupe
  • Énergiesénergie hydraulique / produite sur place
  • État de conservationétablissement industriel désaffecté / mauvais état

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine métallurgique
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, magasin industriel, logement, logement d'ouvriers, bief de dérivation, écurie

Localisation

  • CommuneMagnoncourt
  • Adresse rue de la Forge
  • Milieu d'implantationen village
  • Aire d'étude et cantonHaute-Saône - Saint-Loup-sur-Semouse
  • Hydrographiedérivation de la Semouse

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2006

Localisation