Patrimoine en Franche-Comté - Montre de gousset mécanique Bouhelier et Mairot

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Montre de gousset mécanique Bouhelier et Mairot

12 Rue Neuve
25 - Charquemont
Dossier IM25005278 réalisé en 2015
Edifice : Café de l'Industrie, immeuble et atelier d'horlogerie Donzé et Brischoux puis Donzé Père et Fils  (Référence : IA25001187)

Illustrations

Historique

La montre a été fabriquée à la Rasse, peut-être dans les années 1875, par les horlogers Bouhelier et Mairot, qui l'ont signée. La fabrique de montres de la Rasse est née de l' "atelier de fabricant de roues de cylindres pour montres" ouvert en 1857 par François Joubert (François-Xavier Joubert, 1805-1879), associé à son gendre Alphonse Dodane (1839-1906). La production a été élargie aux ébauches puis aux montres entières, sous l'autorité du fils de François, Albini (1847-1898), et sous la direction à partir des années 1870-1871 de Louis Mougin (1846 ou 1850-1911). La fabrique passera en 1889 à Arsène Châtelain (1849 ou 1851-1895), de Charquemont, mais la société Mougin quittera en 1905 les lieux pour gagner Damprichard et toute activité horlogère disparaîtra avant la fin de la décennie sur le site (acquis en 1909 par la Société des Forces motrices du Refrain). Selon Jacques Donzé, cette montre intègre des pièces d'origine suisse, ce que confirme le poinçon aux armes de Neuchâtel (trois chevrons d'argent dans un écusson), utilisé de 1820 à 1866 par le Bureau de Contrôle de Neuchâtel ; elle est munie d'une glace issue de la verrerie du Bief d'Etoz (ou des Essarts-Cuenot, commune de Charmauvillers), sur le Doubs, attestée dès 1684.

Afficher les données détaillées

Stade de création

  • pièce unique

Auteurs

Origine

  • lieu d'exécutionmoulin à farine et usine de teinturerie, martinet, grosse forge, usine de taillanderie, laminoir et usine d'horlogerie dits Fabrique de la Rasse, Charmauvillers

Description

Circulaire et dépourvu de décor, la boîte bassine de la montre est en métal : argent, argentan, maillechort, autre ? Le poinçon aux armes de Neuchâtel (un écusson contenant trois chevrons d'argent) insculpé sur la tête du pendant pose problème : il a été utilisé de 1820 à 1866 au Bureau de Contrôle de Neuchâtel, sans autre mention pour l'or 18 carats, avec la mention Argent en partie basse pour l'argent à 13 löthige (soit 812,5 millièmes) ; or le boîtier ne semble être ni en or ni en argent (et il manquerait dans ce cas la mention Argent). Les heures sont portées en chiffres arabes sur le cadran, en émail blanc, percé à deux heures du trou du remontoir ; la montre a deux aiguilles dorées. La lunette est articulée à gauche. Le mouvement, en laiton, est protégé par une platine supérieure unie (de même que le coq), percée pour laisser passer la raquette, mécanisme du réglage de la marche diurne de la montre (avance / retard). Selon Joseph Flores, il est à échappement à roue de rencontre (échappement à verge), avec répétition de la sonnerie à volonté.

Afficher les données détaillées

  • Précision dimensions

    Dimensions (en cm) de la boîte : L = 9 (pendant compris), la = 6, h = 2,2.

  • Catégorieshorlogerie / métrologie
  • Structurescirculaire
  • Matériauxmétal / laiton / verre transparent
  • Inscriptionssignature / sur l'oeuvre / gravé / inscription technique / sur l'oeuvre / peint / graduations / sur l'oeuvre / peint / poinçon / sur l'oeuvre / gravé
  • Précisions sur les inscriptions

    Les noms Bouhelier et Mairot sont gravés sur le coq, et le poinçon aux armes de Neuchâtel sur la tête du pendant : un écusson renfermant trois chevrons. Sont peints en noir sur le cadran la mention des minutes (un trait par minute) et celle des heures (de 1 à 12 en chiffres arabes), sur le dispositif réglage de l'avance / retard des graduations et les lettres A et R.

  • État de conservationbon état

Documentation

Bibliographie

  • Bouchet, René (dir.). Charmauvillers : du comté et des boîtes. Du Seud au Bief d'Étoz / GHETE « Au Clos du Doubs », commune de Charmauvillers. - [Charmauvillers] : Groupement d'Études Hommes et Terroirs du Clos du Doubs, 2013. 151 p. : ill. ; 30 cm. (Cahier du Clos du Doubs ; n° 7)
  • Junier Clerc, Caroline. Orfèvrerie neuchâteloise du XVIIe au XXe siècle : Musée d'Art et d'Histoire, Neuchâtel (Suisse), exposition du 20 juin au 28 novembre 1993 / [collab.] Vincent Krenz, Olivier Girardbille. - Neuchâtel : Musée d'art et d'histoire, 1993. 154 p : ill. ; 24 cm.

Témoignages oraux

  • Donzé Jacques, ancien horloger, historien de Charquemont
  •  

Désignation

  • Dénomination(s)montre

Localisation

  • CommuneCharquemont
  • Adresse 12 Rue Neuve
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2014