Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'horlogerie d'Alfred puis Roger Leiser

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'horlogerie d'Alfred puis Roger Leiser

Illustrations

Historique

La maison est bâtie en 1894 pour une famille d'horlogers : les Leiser. Alfred Leiser (1851-1902), dont la mère est originaire d'Attiswil (canton de Berne, Suisse), en est le commanditaire et lui fait ajouter un bûcher deux ou trois ans plus tard. Il y a son atelier de sertisseur mais il a peut-être aussi fabriqué (ou vendu) des boîtes : en effet, il déclarait en 1887 avoir le droit d'exploiter, avec Eugène Ducommun-Roulet (de La Chaux-de-Fonds, Suisse), un brevet de "boîte de montre en deux pièces sans carrure" inventée par un M Roy (de Noiraigue, commune de Val-de-Travers, canton de Neuchâtel), brevet déposé en 1885 sous la marque Excelsior Patent. Il décède prématurément en 1902 et le bâtiment passe à sa veuve, née Anna Chopard-Lallier, également horlogère. Le propriétaire suivant est leur fils Roger (1898-1939), dont un frère plus âgé Henri (1883-1924) s'était établi au 5 rue Fauche. Roger meurt jeune et la maison est reprise par sa veuve, Jeanne Bourderie, et leurs enfants : Henri, un temps horloger chez Camille Mercier, et Huguette, qui s'essaya pendant un ou deux ans à la vente des montres (elle créa sa propre marque : Raid). Vendu au tout début des années 1960, le bâtiment n'a ensuite plus abrité d'activité horlogère.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 19e siècle

Dates

  • 1894daté par tradition orale

Description

La maison, aux murs en moellons calcaires enduits, compte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage en surcroît surmonté d'un comble. Ces niveaux sont desservis par un escalier dans-oeuvre droit en bois. Le toit est à longs pans, pignons couverts et tuiles mécaniques. Les mêmes matériaux sont utilisés pour le bûcher, en rez-de-chaussée avec comble à surcroît, dont les encadrements de baie font appel à la brique grise tandis que ceux de la maison sont en pierre calcaire jaune de Montlebon.

Afficher les données détaillées

  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier droit / en charpente

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 412 Cadastre de la commune de Morteau, 1816-1978- 3 P 412 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Girardier et Mestre, 1816-1817- 3 P 412/1 : Registre des états de sections, 1818- 3 P 412/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1875. Le 1er volume manque.- 3 P 412/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 412/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 412/7-9 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1911-1965- 3 P 412/10-13 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1978
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 412

Documents figurés

  • Morteau. - Vue générale prise du Champ des Chèvres [au nord-ouest], carte postale, s.n., [1er quart 20e siècle, entre 1900 et 1903], Charles Pierre éd. à Morteau. Porte les dates 14 juin 1903 (manuscrite) au recto et 15 juin 1903 (tampon) au verso. 1900 = maison de Charles Barbier.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • 67 - Morteau - Rue Fauche, carte postale, s.n., s.d. [1er quart 20e siècle], Farine Frères éd. à La Chaux-de-Fonds, au Locle et à Morteau.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces

Bibliographie

  • [Controverse entre Alfred Leiser et J.A. Froidevaux au sujet de la boîte de montre en deux pièces sans carrure]. La Fédération horlogère, 1ère année, n° 39, vendredi 16 septembre 1887, p. 379. Document accessible en ligne : https://doc.rero.ch/record/22774/files/18870916.pdf (consultation : 15 février 2018)Revue "paraissant tous les vendredis à Bienne".
  • Leiser, Henri. Elise Leiser ou une histoire peu banale. - 2018. [30] p. : ill. ; 30 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Leiser, Morteau

Documents multimédias

  • Ridard, Bruno. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Droz Yves, collectionneur de pièces horlogères et fondateur du Musée de la Montre, Villers-le-Lac
  • Leiser Henri, fils d'André Leiser et historien du val de Morteau. Morteau
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, bûcher, jardin

Localisation

  • CommuneMorteau
  • Adresse 12 rue Fauche
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013