Patrimoine en Franche-Comté - Maison et usine d'horlogerie (usine de montres) Fernand Girardet et Fils

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et usine d'horlogerie (usine de montres) Fernand Girardet et Fils

15 rue Victor Hugo
25 - Morteau
Dossier IA25001859 réalisé en 2018

Illustrations

Historique

La maison et son garage sont bâtis en 1930 pour l'horloger Fernand Girardet (1879-?). Installé en France en 1928, Girardet est issu d'une famille d'horlogers suisses : son père Auguste (1844-1912) s'était établi à son compte en 1885 au Locle puis à La Chaux-du-Milieu (canton de Neuchâtel) et son grand-père maternel, Louis Jeanneret, était horloger au Locle. Fondateur de la société F. Girardet et Fils, il produit des montres avec quelques ouvriers et ses deux fils, Charles et Tell (1912-?), et serait "l'un de premiers à fabriquer de la petite pièce ancre 5''' 1/4 dans le vallon de Morteau". Son expansion conduit l'entreprise à agrandir la maison en 1941, en lui ajoutant une aile à l'est, puis à construire une usine de l'autre côté de la route en 1949 (elle achète aussi vers 1950 l'habitation du graveur Charles Cornu, qui jouxte le bâtiment initial). Charles et Tell succèdent à leur père à la tête de la Sarl (au capital de 1 440 000 F en 1948, 5 400 000 F en 1955 lorsqu'elle est transformée en SA). Ils fabriquent des montres de toutes dimensions et des chronographes sous les marques Select-Watch et Carex (déposée en 1959). La société est classée en 1965 dans la catégorie de 20 à 49 salariés (elle en comptera au maximum près de 50). Elle achète 21 200 ébauches françaises en 1954 (7 600 des Ets Jeambrun à Maîche et 200 des Ets Parrenin à Villers-le-Lac, 9 000 Femga de la Fabrique d'Ebauches de Montres du Genevois ou Femga, 4 300 de l'Horlogerie de Savoie ou HS et 100 de la Sefea - Société d'Exploitation de la Fabrique d'Ebauches d'Annemasse ou Société européenne de Fabrication d'Ebauches d'Annemasse -, ces trois dernières à Annemasse), 13 331 en 1955 (4 500 Jeambrun, 1 501 Parrenin, 200 Maire et Perrier ou MP à Maîche, 3 500 Femga, 3 410 Horlogerie de Savoie et 220 Sefea), 33 839 en 1956 (22 311 Jeambrun, 7 112 Parrenin, 1 500 Technic Ebauche à Maîche, 206 Cupillard à Villers-le-Lac, 2 410 Horlogerie de Savoie et 300 Sefea), 36 655 en 1957 (10 600 Parrenin, 9 053 Jeambrun, 8 500 Technic Ebauche, 5 100 Horlogerie de Savoie, 3 302 Femga et 100 Sefea), 24 910 en 1958 (13 500 Parrenin dont 3 500 à ancre à chevilles, 7 000 Technic Ebauche, 2 210 Femga et 2 200 Horlogerie de Savoie), 29 915 en 1959 (23 500 Parrenin, 1 100 Jeambrun, 3 105 Femga et 2 210 Horlogerie de Savoie), 20 000 (dont 15 000 Roskopf) au premier semestre 1960 (19 000 Parrenin, 200 Jeambrun et 200 Technic Ebauche, 400 Femga et 200 Horlogerie de Savoie). Dans les années 1960, spécialisée dans la petite montre pour dames, l'entreprise développe ses propres mouvements au calibre 5 1/2 lignes (elle en a peut-être fabriqué dès le milieu des années 1930) et elle a déposé en 1946 un brevet pour un "perfectionnement aux paliers pare-chocs pour montres ou autres". Elle compte trois mouvements répertoriés au début de la décennie 1970 : FG 65 (et 65/3) et FG 1061 à échappement à ancre, FG 106 à échappement à chevilles. Elle ferme peut-être avant 1978 et est rachetée par la société des Ets Camille Bouhelier, fondée à Villers-le-Lac en 1959 et qui, dans les années 1980, est l'une des plus importantes fabriques d'horlogerie françaises (elle redépose les marques Carex et en 1982 Select-Watch). Désaffecté, le bâtiment a été converti en logements.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e quart 20e siècle

Description

La maison a des murs en moellons calcaires enduits, l'usine des murs en béton (associé à des moellons calcaires aux deux premiers niveaux ?). La première compte deux étages carrés, la seconde un sous-sol partiellement enterré, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage en surcroît. Ces niveaux sont desservis par des escaliers dans-oeuvre. La maison présente une fenêtre horlogère en façade au deuxième étage et des fenêtres d'atelier pour les extensions (aile est et pièce au-dessus des garages à l'ouest) ; l'usine est éclairée à l'aide de fenêtres d'atelier, formant un bandeau continu au deuxième étage. Les deux ont des toits à longs pans et tuiles mécaniques, avec croupes sur l'usine et l'extension orientale, demi-croupes sur la maison. Les garages et la pièce qui les surmonte sont protégés par une terrasse en béton.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère / baie d'atelier
  • Murscalcaire / moellon / enduit / béton / enduit
  • Toittuile mécanique / béton en couverture
  • Étagessous-sol / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / croupe / demi-croupe / noue / terrasse
  • Escaliersescalier dans-oeuvre
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 412 Cadastre de la commune de Morteau, 1816-1978- 3 P 412 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Girardier et Mestre, 1816-1817- 3 P 412/1 : Registre des états de sections, 1818- 3 P 412/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1875. Le 1er volume manque.- 3 P 412/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 412/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 412/7-9 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1911-1965- 3 P 412/10-13 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1978
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 412
  • 50 J 28 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1947-1961
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 28
  • Papier à en-tête de la fabrique de montres Select-Watch Fernand Girardet et Fils, 15 septembre 1949
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Bonnet, Fournet-Luisans
  • Catalogue des fournitures des mouvements français de montres. 2e éd. - Paris : Centre d'Information de la Montre française, 1973. 2 classeurs, non paginés : ill. ; 32 cm.1ère éd. en 1968, mises à jour en octobre 1970, mai 1971, juin 1972 et juillet 1973. Fiches techniques donnant pour chaque calibre (mouvement), et ses variantes, ses caractéristiques techniques et la liste des fournitures le composant.

Documents figurés

  • Prises de vues aériennes de l'IGN (20e siècle). Consultables en ligne via le site du Géoportail (www.geoportail.gouv.fr)

Bibliographie

  • Benoît, Maurice ; Gauthier, Jean [et al.]. La vie économique de Franche-Comté et du Territoire de Belfort. - Besançon : Impr. de l'Est, 1958.
  • Les établissements horlogers en France. - S.l. : s.n., mars 1965. 17 p. ronéotypées ; 20 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Simonin, Maîche

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/
  • Rehn, Dominique. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Charpier Pierre, fils d'André Charpier, ancien dirigeant de la société Charpier-Rième. Morteau
  • Droz Yves, collectionneur de pièces horlogères et fondateur du Musée de la Montre, Villers-le-Lac
  •  

Annexe(s)

  • Fiche technique des calibres Fernand Girardet et Fils FG 65 et FG 65/3 [+]
  • Fiche technique du calibre Fernand Girardet et Fils FG 106 [+]
  • Fiche technique du calibre Fernand Girardet et Fils FG 1061 [+]

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, usine d'horlogerie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bureau, magasin industriel, logement, garage, stationnement

Localisation

  • CommuneMorteau
  • Adresse 15 rue Victor Hugo
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013