Patrimoine en Franche-Comté - Aiguillages (appareils de voie)

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Aiguillages (appareils de voie)

place de la Gare
39 - Saint-Claude
Dossier IM39002194 réalisé en 2006
Edifice : Gare de Saint-Claude (voie ferrée Andelot - La Cluse)  (Référence : IA39001168)

Illustrations

Historique

Les appareils de voie sont des installations essentielles pour une gare. Leur fonctionnement est fréquemment contrôlé (ils sont graissés tous les mois) et ils sont remplacés en cas d'usure ou de risque d'accident : ceux de la gare de Saint-Claude datent donc du 20e siècle, vraisemblablement de la seconde moitié du siècle. Ils ont été assemblés et posés par la SNCF (Société nationale des Chemins de Fer français), utilisant des rails et des pointes de coeur de fournisseurs extérieurs. Ceux qui sont enclenchés ont un levier de manoeuvre protégé par une serrure Bouré, vraisemblablement fabriquée dans l'Atelier - Magasin de Saint-Dizier, devenu Etablissement industriel Equipement. Créée en 1916, cette unité de la SNCF assure le stockage et l'expédition des pièces détachées utilisées pour la maintenance de l'infrastructure ferroviaire, ainsi que la confection et la réparation du matériel nécessaire (éclisses, crocodiles, avertisseurs sonores, serrures centrales, pédales électromagnétiques, répétiteurs, signalétique, etc.). Elle a aussi fabriqué des appareils de voie, tâche actuellement dévolue à l'Atelier SNCF de Moulin-Neuf à Chambly (Oise).

Afficher les données détaillées

Stade de création

  • oeuvre de série

Périodes

  • Principale2e moitié 20e siècle

Auteurs

Origine

  • lieu d'exécutionSaint-Dizier

Description

Placé à la jonction de voies ferrées, l'appareil de voie (aussi appelé aiguillage) sert à orienter les trains sur l'une ou l'autre des voies. La gare de Saint-Claude en compte quinze (dont deux doubles, le même levier actionnant deux appareils à la fois), manoeuvrés à pied d'oeuvre. Chaque appareil de voie se compose de deux parties mobiles en acier, les lames d'aiguille (ou aiguilles), rails taillés en biseau, rendus solidaires par des entretoises et placés entre les deux rails formant la voie (qui, à cet endroit, sont appelés rails contre-aiguilles). Le mouvement de ces lames est commandé par un levier situé à proximité, à gauche de la voie, grâce à un système de renvoi d'angle (avec"pince de homard") et de tringles : lorsque l'une des aiguilles est appliquée contre l'intérieur d'un des rails contre-aiguilles, la deuxième s'écarte de l'autre rail. La roue suit la direction donnée par la lame en contact et, plus loin, à l'endroit où les voies se séparent, un passage est ménagé pour l'autre roue : l'intersection des deux rails intérieurs, suivant un angle aigu, y est matérialisée par un appareil appelé pointe de coeur. Un contre-rail guide les roues au niveau des rails extérieurs. La manipulation du levier peut être libre (la contre-poignée joue librement) ou contrôlée et sécurisée par une serrure en laiton, fixée sur le côté, qui empêche tout mouvement intempestif : sa clef ne peut être retirée de la serrure centrale qu'en fonction de la présence ou de l'absence d'autres clefs, rendant ainsi solidaires les signaux et les appareils de voie (c'est le système de l'enclenchement par serrures Bouré). Les lames d'aiguilles doivent glisser sans résistance : elles sont donc posées sur des coussinets graissés et, aux endroits exposés au gel et à la neige, elles peuvent être munies de rampes de réchauffage électriques ou au gaz (d'où la présence en bordure de voie de bouteilles ou de bonbonnes de gaz). La circulation s'effectue en voie de gauche : les aiguilles d'entrée des voies principales sont disposées de manière qu'un train entrant en gare les prennent en pointe (vers le côté effilé des lames) et soit orienté vers la voie de gauche. Ces aiguilles sont talonnables : elles sont écartées par les roues du premier essieu d'un train sortant, qui les prend à revers (du côté du talon), puis se remettent en place progressivement grâce à une tringle élastique après le passage du dernier essieu.

Afficher les données détaillées

  • Catégoriespatrimoine ferroviaire / industrie métallurgique et de transformation des métaux
  • Structuresau sol / à énergie humaine
  • Matériauxfer / fonte de fer / acier / laiton
  • Inscriptionsinscription concernant le fabricant / en relief / fondu / sur l'oeuvre / inscription concernant le propriétaire / en relief / fondu / sur l'oeuvre
  • Précisions sur les inscriptions

    Inscriptions sur le levier de manoeuvre et sur la serrure en laiton : SNCF.

  • État de conservationen service

Désignation

  • Dénomination(s)aiguillage

Localisation

  • CommuneSaint-Claude
  • Adresse place de la Gare
  • Aire d'étude et cantonla voie ferrée Andelot - La Cluse - Saint-Claude

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2004