Patrimoine en Franche-Comté - Moulin et scierie Donzé, puis Lescot

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Moulin et scierie Donzé, puis Lescot

14 rue du Moulin
25 - Rémondans-Vaivre
Dossier IA25001065 réalisé en 2013

Illustrations

Historique

Le moulin de Remondans est construit sur une dérivation de la Ranceuse en 1727, ainsi que l'atteste une date portée sur sa façade antérieure. En 1837, François Joseph Donzé est propriétaire du moulin, auquel a été annexée une ribe (paire de meules utilisée pour le broyage des fibres textiles ou des matières oléagineuses). La matrice cadastrale signale la construction d'une « maison » en 1843. Il s'agit vraisemblablement de la ferme construite à l'ouest du moulin. Le régime hydraulique de l'établissement est réglementé par l'arrêté préfectoral du 12 décembre 1862. Propriété de Charles Donzé, il se compose alors de 2 paires de meules, d'un démoucheteur (ou tarare), d'un battoir, d'une ribe et d'une scierie. Ces appareils sont mis en mouvement par 4 roues hydrauliques « en dessus » de 4,20 m de diamètre. Un entrepôt, dénommé « dépôt de bois », est construit en 1887, peut-être contre le pignon nord du moulin. En 1902, la famille Donzé cède l'établissement hydraulique aux trois frères Lescot. L'un d'eux, Alfred, reprend seul son exploitation en 1909. Le moulin cesse son activité peu après, mais les deux paires de meules, destinées au broyage des céréales secondaires pour le bétail, seront encore utilisées pour les besoins de la ferme. C'est vraisemblablement à cette époque que les roues hydrauliques sont remplacées par deux turbines de type Francis, construites aux Ets Goulut-Borne de Luxeuil-les-Bains (70). Fernand Lescot, un des fils d'Alfred, reprend progressivement l'affaire dans les années 1930. A la fin de cette décennie, un local bâti en planches à l'angle sud-est de la scierie est reconstruit en maçonnerie pour accueillir une machine à vapeur. Provenant d'une saboterie du village voisin de Dambelin, cette locomobile Garrett Smith & Co (Magdeburg, Allemagne) est installée à l'étage de soubassement de l'atelier d'affûtage. Couplée à l'arbre de transmission de la turbine, la machine à vapeur sert de moteur auxiliaire en période d'étiage. La scierie, de taille artisanale, est arrêtée en 1971, au profit d'une scierie industrielle implantée au nord-est du moulin. A la même époque, ce bâtiment est converti en logement et les installations de meunerie sont démantelées. Entièrement restaurés par son propriétaire Gérard Lescot, la locomobile à vapeur et les transmissions (axes, poulies, courroies, graisseurs) sont en état d'actionner les machines de la scierie, consistant en un châssis de scie multi-lames, une scie circulaire et une affûteuse, placées à l'étage.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e quart 18e siècle, 2e quart 19e siècle
  • Principale4e quart 19e siècle

Dates

  • 1727porte la date
  • porte la date
  • 1843daté par source
  • 1887daté par source

Description

Architecture

Construit en moellon de calcaire enduit, le bâtiment du moulin est pourvu d'un étage carré et couvert d'une haute toiture en tuile plate. Il est prolongé au nord d'un magasin constitué d'une ossature en bois couverte d'un toit à longs pans et de tuile mécanique. Le bâtiment situé au sud du moulin comprend la salle des machines à l'étage de soubassement et l'atelier d'affûtage à l'étage. La ferme se compose d'un bâtiment trapu, construit en moellon de calcaire enduit, pourvu d'un étage de soubassement et d'un étage de comble, le tout couvert d'un toit à longs pans et demi-croupes. Le bâtiment situé entre la ferme et le moulin est constitué d'une ossature en bois, couverte d'un toit à longs pans en tuile mécanique. Il comprend l'atelier de scierie à l'étage, et l'ancien bief de dérivation, pourvu des équipements techniques (transmissions, turbine), à l'étage de soubassement.

Etat du matériel en place

La locomobile à vapeur

A l'origine mobile, la machine à vapeur a été installée à demeure pour les besoins de la scierie. Vraisemblablement construite au début du 20e siècle, elle conserve une date d'épreuve (1921). Une plaque en laiton, marquée de l'inscription « A. Lienert, ingénieur - 68 rue Jouffroy – Paris » est placée sur la porte du foyer. La machine a été modifiée (ou réparée) par les Ets Charles Frey, puisque la boîte du cylindre porte une plaque marquée « Ateliers de constructions et de réparations Charles Frey, 8 rue de la Viotte à Besançon ». Elle est équipée d'une chaudière tubulaire (36 tubes), de deux pistons horizontaux, d'un régulateur à boules et d'un graisseur oléomètre Henri Hamelle (Edmond Bourdon constructeur). Elle développe une puissance de 30 chevaux.

Les turbines hydrauliques

Deux turbines de marque Goulut-Borne, installées dans l'ancien bief, étaient en service. L'une d'elle, d'une puissance de 20 chevaux, est encore en place à la base de la chute, quoiqu'en mauvais état (conduite forcée percée). Couplée à l'arbre de transmission, elle mettait en mouvement les machines de la scierie. La seconde, installée 8 m en aval de la première (au niveau du coursier des roues), était destinée à actionner les meules du moulin, qui ont continué à servir pour les besoins du propriétaire. Reliée à une dynamo, elle a également servi à produire de l'électricité (110 volts) jusque vers 1970.

Les transmissions

L'arbre de transmission, aujourd'hui directement couplé au volant de la machine à vapeur, reçoit quatre poulies. Les trois poulies plates - deux en acier et une en fonte - sont reliées, chacune par une courroie, aux machines de l'atelier. Une 4e poulie, de petite dimension, permettait d'actionner un treuil de hissage des chariots transportant les pièces de bois. Enfin, au centre de l'arbre, un pignon conique en fonte, pourvu d'alluchons, peut être couplé à la turbine. Chaque palier de l'arbre est équipé d'un graisseur.

Afficher les données détaillées

  • Toittuile mécanique / tuile plate
  • Étagesétage de soubassement / en rez-de-chaussée / 1 étage carré / étage de comble
  • Couvrementscharpente en bois apparente
  • Couverturestoit à longs pans / demi-croupe
  • Énergiesénergie hydraulique / produite sur place / turbine hydraulique / énergie thermique / produite sur place / machine à vapeur à piston
  • État de conservationrestauré

Documentation

Documents d’archives

  • Police des cours d'eau. Usines (1851-1862)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : Sp 1245
  • Règlements d'eau, affaires liées aux usines (1851–1866)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : Sp 1273
  • Registre des états de section (1837)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 486/1
  • Matrice des propriétés foncières bâties et non bâties (XIXe)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 486/2
  • Matrice des propriétés bâties (1882)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 486/3
  • Matrice des propriétés bâties (1910)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 486/5

Témoignages oraux

  • Lescot Gérard, propriétaire, Rémondans-Vaivre, 2013.
  •  

Intérêt, protection et statut

Machine à vapeur locomobile restaurée par son propriétaire, en état de marche.

Afficher les données détaillées

  • Éléments remarquables machine énergétique
  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)moulin à farine, scierie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, magasin industriel, salle des machines, ferme, entrepôt agricole, bief de dérivation

Localisation

  • CommuneRémondans-Vaivre
  • Adresse 14 rue du Moulin
  • Milieu d'implantationisolé
  • Aire d'étude et cantonPays de Montbéliard (le) - Pont-de-Roide
  • Hydrographiedérivation de la Ranceuse

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2013