Patrimoine en Franche-Comté - Immeuble et ateliers d'horlogerie Maillardet, Faivre et Faivre-Pierret

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Immeuble et ateliers d'horlogerie Maillardet, Faivre et Faivre-Pierret

14 et 14 bis Grande Rue
25 - Morteau
Dossier IA25001824 réalisé en 2018

Illustrations

Historique

Les deux maisons dessinées sur le plan cadastral de 1816 appartiennent à Jean Antoine Simonin (E 46) et à la veuve de François Xavier Chaboz (E 45). Propriété en 1841 de Pierre Joseph Bidal ("à deux étages, en bon état"), de même que la maison précédente (actuel n° 8, "à un étage, en bon état"), elles disparaissent dans l'incendie du 5 mai 1865 qui détruit la Grande Rue. Le bâtiment actuel (avec boutiques sur la rue) est reconstruit en 1866 par le négociant Alphonse Balanche - ou Ballanche - (1830-1896). A son décès, il passe à son fils Léon (1865-1900), dit "négociant en graines et farines", père d'André Balanche (1894-1971) qui sera horloger au 9 rue René Payot (dans la maison de son beau-père Lucien Deleule) et à Monte-Carlo.

Il est apparemment endommagé par un incendie au cours de la première guerre mondiale, puis cédé à son issue à Ernest Droz-Vincent. Ce dernier est vraisemblablement Ernest Louis Aimable Droz-Vincent (1879-1955), dont le gendre Henri Faivre crée à la fin des années 1930 (en 1937 ou 1939) son atelier d'horlogerie dans l'étage en surcroît du bâtiment, dont l'adresse est alors le 8 Grande Rue. Employant quelques ouvriers, Faivre y fabrique des montres de gousset de type Roskopf (échappement à ancre à chevilles), exploitant les marques Davos et Otec (déposée le 9 août 1948). Il quittera les lieux pour la maison et l'atelier qu'il se fera bâtir en 1958-1959 au 19 rue Antoine de Roche (fabrique de montres et baromètres Faivre-Dutec). Un autre atelier d'horlogerie y est signalé vers 1925 : celui de Paul Maillardet (1884-1946), descendant d'une famille d'horlogers suisses (au nombre desquels Jean David Maillardet, de Fontaines, commune de Val-de-Ruz, canton de Neuchâtel). Se déclarant spécialiste des montres bon marché, montres système Roskopf et montres pour automobiles, Maillardet a quitté La Chaux-de-Fonds pour Morteau, où il est signalé au 8 Grande Rue avant de s'installer dans la deuxième moitié de la décennie 1920 aux 22 et 24 rue Fauche.

Le bâtiment, revendu dans les années 1920 au marchand de bestiaux et négociant (boucher-charcutier) Jules Cuenot (1869-?), paraît selon la matrice cadastrale agrandi vers 1932 et 1937 (construction du 3e étage ?). Il passe vers 1944 à la veuve Cuenot, née Maillard, puis vers 1958 à son fils Raoul (1905-2002) et à Jean-Claude Bobillier. Outre la fabrique d'horlogerie Faivre, il abrite dans les années 1950 l'atelier de galvanoplastie (dorage, argentage et nickelage) du Suisse François Douchet (à l'origine de l'activité de "nickelage et arpentage de mouvements" mentionnée là en 1938 ?). Cette affaire, classée en 1965 dans la catégorie de 0 à 10 salariés, sera ensuite remplacée par celle de Colard (Charles Colard, établi au 6 bis rue Jean Jaurès en 1957 ?), qui occupera deux ou trois ouvriers. L'horloger Raymond Faivre-Pierret (1902-1986) s'installe dans l'immeuble au cours de la décennie 1960. Il avait créé son affaire en 1927, dans un bâtiment situé au 1 rue de la Louhière (cadastré 2018 AC 85), puis s'était associé en 1937 avec son frère Alfred (1896-1962) au sein des Ets Faivre-Pierret Frères, exploitant la marque Far (Faivre Alfred et Raymond) déposée le 30 août 1937. Tous deux avaient transporté leur affaire après la deuxième guerre mondiale (vers 1947 ?) au 5 rue Fauche, dans la maison appartenant à la veuve de l'horloger rhabilleur Henri Leiser. Après le décès d'Alfred en 1962, Raymond s'installe donc (en 1963 ? après 1965 ?) Grande Rue, au premier étage dans l'angle nord-est de l'immeuble. Son fils Jean-Claude, qui l'a rejoint en 1957, ne reprend pas la petite entreprise familiale (elle aussi classée en 1965 dans la catégorie de 0 à 10 salariés), qui disparaît en 1975. Le bâtiment n'abrite plus d'activité productive mais des boutiques et des appartements.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale3e quart 19e siècle
  • Principale2e quart 20e siècle

Description

Présentant au sud-ouest une façade antérieure en pierre de taille enduite, l'immeuble a des murs en moellons calcaires enduits (avec essentage de ciment amiante pour le mur pignon nord-est). Il comporte trois étages carrés et un étage en surcroît, desservis par des escaliers dans-oeuvre en béton. Il est coiffé par un toit à longs pans, avec croupe au sud-ouest et pignon couvert au nord-est, à couverture de tuiles mécaniques.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit / calcaire / pierre de taille / enduit / essentage de ciment amiante
  • Toittuile mécanique
  • Étages3 étages carrés / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / croupe / pignon couvert / noue
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / en maçonnerie

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 412 Cadastre de la commune de Morteau, 1816-1978- 3 P 412 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Girardier et Mestre, 1816-1817- 3 P 412/1 : Registre des états de sections, 1818- 3 P 412/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1875. Le 1er volume manque.- 3 P 412/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 412/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 412/7-9 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1911-1965- 3 P 412/10-13 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1978
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 412
  • Collection [catalogue Faivre-Pierret]. - [Morteau] : [Faivre-Pierret], s.d. [années 1970]. 11 p. : ill. ; 18 x 24 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jacques Dromard, Villers-le-Lac

Documents figurés

  • Dép[artemen]t du Doubs. Plans d'alignements de la Ville de Morteau, chef-lieu de canton, dessin (plume, lavis), par le géomètre Courvoisier, terminé le 24 novembre 1841 et modifié le 19 juin 1842, 6 feuilles, 70 x 103 cm, échelles 1/2 000 (tableau d'assemblage) et 1/500
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : OPA 140
  • Route départementale n° 2 de Besançon à Morteau. Plan des alignements de la traverse de Morteau [rue de la Louhière, Grande Rue et rue de l'Helvétie], photocopie d'un dessin (plume, lavis), par l'ingénieur ordinaire Berquet, Pontarlier le 29 novembre 1873, validé en 1876 et annexé au décret ministériel du 5 juillet, échelle 1/200, 34 x 348 cm
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Leiser, Morteau
  • Ponts et Chaussées. Route nationale n° 437 de Saint-Claude à Belfort. Plan d'alignements de la traverse de Morteau [rue de la Louhière, Grande Rue et rue de l'Helvétie], photocopie d'un dessin (lavis), par l'agent voyer d'arrondissement Chirouze, 28 [septembre 1907], 30 x 278 cm, 1/50
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Leiser, Morteau
  • 210. - Morteau. - Grand'Rue, carte postale, s.n., s.d. [limite 19e siècle 20e siècle ?], Farine Frères éd. à MorteauPubliée dans : Leiser, Henri ; Jacquot, Didier. Morteau et environs d'hier à aujourd'hui. - Pontarlier : Presses du Belvédère, 2010, p. 84.
  • Morteau. - La Grande Rue (côté droit), carte postale, s.n., s.d. [4e quart 19e siècle], Charles Pierre éd. à MorteauPorte la date 19 juillet 1906 au recto (manuscrite) et au verso (tampon). Avant 1903. Publiée dans : Vuillet, Bernard. Le val de Morteau et les Brenets en 1900. - 1978, p. 48.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Bonnet, Fournet-Luisans
  • 7. Morteau. - Grande Rue [au niveau de la place de l'Hôtel de Ville], carte postale, s.n., [limite 19e siècle 20e siècle, avant 1905], Sabardin éd. à Morteau. Porte la date août 1905 (tampon) au recto et au verso.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • 48 - Morteau - Grande Rue sous la neige (février 1907), carte postale, s.n., Cochois éd. à MorteauDate 21 mai 1907 (tampon) portée au verso.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces

Bibliographie

  • Barostar prend une nouvelle dimension. L'Est républicain, édition du Doubs, 27 juillet 1998, p. 9.
  • C., T. Le bâtiment Barostar est à vendre. C'est-à-dire, n° 154, 27 avril 2010, p. 7 : ill.
  • Les établissements horlogers en France. - S.l. : s.n., mars 1965. 17 p. ronéotypées ; 20 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Simonin, Maîche
  • Faivre-Pierret, Xavier. La fabrique des montres FAR des frères Faivre-Pierret. - S.d. [fin 20e siècle].

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Droz Yves, collectionneur de pièces horlogères et fondateur du Musée de la Montre, Villers-le-Lac
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)immeuble, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, boutique, garage

Localisation

  • CommuneMorteau
  • Adresse 14 et 14 bis Grande Rue
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013