Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'outillage Moyse Frères

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'outillage Moyse Frères

16 rue des Coquillards
25 - Montlebon
Dossier IA25001688 réalisé en 2017

Illustrations

Historique

La maison dessinée sur le plan cadastral de 1814 (D 331) appartient à Pierre Jean Cupillard puis au fromager Claude Joseph Gindroz (1773-1848), originaire de Vuadens (canton de Fribourg, Suisse) et marié avec Marie Dorothée Vermot-Desroches. Elle passe ensuite à la veuve d'Elie Vermot-Desroches, née Elisabeth Emilie Sire, dont le mari exploitait le moulin à blé et la scierie voisine (future usine Sauge). Mme Vermot-Desroches la reconstruit vers 1865 (une photographie de la fin du 19e siècle la montre accompagnée de deux bâtiments aujourd'hui disparus). Le bâtiment est ensuite transmis à son fils, l'horloger Eliazim Vermot-Desroches (1858-1905), puis vers 1892 au beau-frère d'Eliazim, Raymond Tosalli, gypseur d'origine italienne (il est d'Ora, région du Trentin-Haut-Adige), signalé entrepreneur à La Brévine (canton de Neuchâtel, Suisse).

La maison est acquise vers 1921 par le fabricant d'outils d'horlogerie Louis Moyse (1885-1953), petit-fils de Philippe Ferdinand Moyse (1780-1840), cultivateur et tourneur sur bois originaire des Gras, et fils de Louis Victor Moyse (1841-1885). Ce dernier avait appris la mécanique durant les sept années de son service dans la marine puis il avait ouvert un atelier à Louadey, dans une maison (cadastrée 1814 E 52 et 2017 E 90) qui appartenait au début du 19e siècle à François Joseph Chopard, de même que l'ancienne clouterie voisine (E 54). Signalé mécanicien en 1877, il y réalisait de l'outillage de précision : pieds à coulisse, outils gradués, outils au douzième et au dixième, compas, calibres aux roues de cylindre, outils à planter, etc. Sa production était expédiée dans le département (Les Gras et Besançon), à Saintes (Charente-Maritime), Blevaincourt (Vosges), Reims (Marne), Sallanches (Haute-Savoie), Paris, en Suisse (Bienne, La Chaux-de-Fonds, Couvet, Fleurier, Le Locle, Neuchâtel, Porrentruy, etc.), en Allemagne (Munich, Stuttgart), en Angleterre (Londres), en Belgique (Louvain), etc. Louis Victor a eu onze enfants au nombre desquels William (1870-1918) dit mécanicien à Louadey, Virgile (1871-1942) cultivateur, Paul (1872-1946) cultivateur et mécanicien qui a exposé ses outils de précision à Paris en 1900, Georges (1877-1938) cultivateur et horloger, et finalement Louis. Après son décès prématuré en 1885, les quatre premiers reprendront l'atelier au sein de la société Moyse Frères, spécialisée dans les calibres en tous genres (aux roues plates, aux roues de cylindre, aux ressorts, aux verres, aux lunettes, etc.) et les "outils divisés pour mesures de précision" (outils au douzième et au dixième, compas de proportion, etc.).

A l'issue de la première guerre mondiale, Louis fabrique des baromètres et des thermomètres, et transporte dans sa nouvelle maison son atelier que signalent les fenêtres multiples ouvrant la façade orientale au rez-de-chaussée. Cette affaire disparaît lorsqu'il part en 1939 s'établir à Besançon, où son fils Jules Louis (1924-2013) fondera avec Jacques Delafin la société de découpage et mécanique de précision Model. Le bâtiment n'abrite ensuite plus d'activité productive et ses fenêtres multiples ont été supprimées.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale3e quart 19e siècle

Description

La maison a des murs en moellons calcaires partiellement enduits, visibles à l'étage de soubassement et masqués par un essentage de planches au-dessus (au rez-de-chaussée surélevé et à l'étage en surcroît). Elle présente des fenêtres horlogères sur son mur gouttereau nord (côté vallée) mais les fenêtres multiples signalant l'atelier sur le mur pignon oriental ont disparu. Elle est couverte par un toit à longs pans, demi-croupes et tuiles mécaniques. Le garage récent à l'ouest, en rez-de-chaussée et avec étage de soubassement, est habillé d'un essentage de planches et coiffé d'un toit en appentis.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère
  • Murscalcaire / moellon / enduit partiel / essentage de planches
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement / en rez-de-chaussée surélevé / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / demi-croupe / appentis
  • Escaliersescalier dans-oeuvre
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 404 Cadastre de la commune de Montlebon, 1814-1965- 3 P 404 : Atlas parcellaire (24 feuilles), dessin (plume, lavis), par le géomètre du cadastre Vial, 1814 (sections A-E) et 1818 (sections F-G)- 3 P 404/1-2 : Registre des états de sections, s.d. [1822 ?]- 3 P 404/3, 6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1822-1874- 3 P 404/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1875-1914- 3 P 404/7 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 404/8 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1914-1965- 3 P 404/9 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1965
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 404

Documents figurés

  • [Le hameau de Derrière-le-Mont, vu du nord], photographie (copie), s.n., s.d. [4e quart 19e siècle]
    Lieu de conservation : Collection particulière : Société Sauge, Montlebon
  • Les environs pittoresques de Morteau. - Le joli village de Derrière-le-Mont, carte postale, s.n., [fin 19e siècle ou début 20e siècle, avant 1906 ?], Charles Pierre éd. à Morteau. Porte la date 1906 (tampon) au recto ? Publiée dans : Vuillet, Bernard. Le val de Morteau et les Brenets en 1900, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1978, p. 200.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Société Sauge, Montlebon
  • [Vue d'ensemble du bâtiment depuis l'est], photographie en couleur, s.n. [par M. Sauge], s.d. [4e quart 20e siècle]
    Lieu de conservation : Collection particulière : Société Sauge, Montlebon

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Droz Yves, collectionneur de pièces horlogères et fondateur du Musée de la Montre, Villers-le-Lac
  • Moyse Roland, auteur d'une généalogie de la famille Moyse. Villers-le-Lac
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, garage

Localisation

  • CommuneMontlebon
  • Adresse 16 rue des Coquillards
  • Milieu d'implantationen écart
  • Lieu-dit Derrière le Mont
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2016