Patrimoine en Franche-Comté - Usine de matériel agricole Garnier

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine de matériel agricole Garnier

Illustrations

Historique

En 1886, les frères Constant et François Nicod font construire un atelier de ferronnerie qu'ils exploitent ensemble. L'atelier central est flanqué de deux logements, dans les bas-côtés nord et sud. En 1893, le bâtiment est partagé symétriquement, chaque frère conserve une moitié de l'atelier et un logement. L'affaire est reprise pendant la Première Guerre mondiale par Jean Garnier, compagnon forgeron et employé de la société Nicod. Il acquiert en 1915 le bâtiment et se lance dans la fabrication de matériel agricole, notamment la production d'une charrue, dite Brabant-Garnier, dont il produira 6000 exemplaires. Dans les années 1920, Jean Garnier met au point divers appareils : moissonneuse dite auto-javelleur, triangle de chasse-neige réglable, faneuse à dents flexibles. Dans la décennie 1930, la société Garnier emploie six personnes.

Après la seconde guerre mondiale, les fils du fondateur, Jean et Roland, reprennent progressivement la direction de l'entreprise. La fabrication de charrues est arrêtée au milieu des années 1950. Les roues étaient fabriquées par les Ets Champenois à Chamouilley (Haute-Marne) ; d'autres pièces étaient produites dans des fonderies de la région : Maître à Colombier-Fontaine (IA25001044), Douge à Besançon, Moniotte à Dole. A partir de 1953, la société se lance dans le négoce de tracteurs pour les constructeurs Douge (marque Messidor) à Besançon, Société Française de Vierzon, Renault Agriculture, puis Fendt (1971). A partir de 1966, le constructeur met au point la "charrue planche" sur trois points (pour système de relevage des tracteurs).

L'atelier de fabrication est prolongé vers l'ouest au début des années 1970. A cette époque, l'outil de production compte un tour horizontal, une fraiseuse, une scie alternative, deux perceuses, trois meules, une presse à balancier, un martinet, deux postes à soudure électrique et un autogène. Vers 1978, la société Garnier invente le système de sécurité "non stop", qui permet le ré-enclenchement et le relevage du socle de la charrue, modèle qui sera fabriqué jusqu'en 1995. Cette année-là, Jean-François et Jean-Baptiste, fils et neveu de Jean Garnier, reprennent la société, qui distribue la marque allemande Fendt, ainsi que les constructeurs français Jeantil (épandage) et Goizin (charrue). Un magasin de vente est aménagé en 1997 à l'emplacement du logement nord.

En 2011, l'affaire est transférée à Levier. L'atelier de fabrication a conservé son outillage, à l'exception d'une forge (détruite vers 1990), de deux cisailles, d'un étau-limeur et d'une perceuse sensitive. Toutes les machines de l'atelier étaient mises en mouvement par un gros moteur électrique. Le matériel en place de l'atelier comprend aujourd'hui un marteau-pilon Sport, une presse à friction à balancier (emboutissage des socs), une machine à poinçonner et à découper Vernet (Dijon, 21), un four Tranchant à fuel (Paris), une perceuse radiale, une scie à métaux alternative, une perceuse à colonne Rego AA Jones et une fraiseuse. Situé dans l'angle sud-ouest, l'atelier de réparation compte une fraiseuse Gambin, une meuleuse, un étau-limeur GSP, un tour horizontal Eyrolles (Batignolles), et un tour semi-automatique Noël Ernault.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 19e siècle
  • Principale3e quart 20e siècle

Description

En rez-de-chaussée, le bâtiment est construit en moellon de calcaire enduit, et couvert d'un toit à longs pans en tôle. Les espaces de l'atelier central (atelier) et des logements adjacents sont délimités par des piliers en pierre de taille calcaire de section carrée, aux angles abattus. L'extension ouest possède une ossature métallique et est couverte en ciment amiante.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit
  • Toitfer en couverture
  • Étagesen rez-de-chaussée
  • Couvrementscharpente métallique apparente / charpente en bois apparente
  • Couverturestoit à longs pans
  • Énergiesénergie électrique / achetée
  • État de conservationétablissement industriel désaffecté

Documentation

Documents d’archives

  • Archives départementales du Doubs, Besançon, 3 P 225/5 Matrice des propriétés bâties (1911-1954)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 225/5
  • Archives départementales du Doubs, Besançon, 312 W 34 Etablissements classés (1970)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 312 W 34

Bibliographie

  • Garnier. Une histoire en Franche-Comté, brochure, coul., s.n., s.d. [2009]

Témoignages oraux

  • Garnier Jean, fils du fondateur, Eternoz, 9/09/2015.
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée,
  • Précision statut,

Désignation

  • Dénomination(s)usine de matériel agricole
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication

Localisation

  • CommuneÉternoz
  • Adresse 39 Grand Rue
  • Milieu d'implantationen village
  • Lieu-dit
  • Aire d'étude et cantonVallées, plateaux et montagnes du Doubs - Amancey

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2015

Localisation

Voir aussi

  • -