Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'horlogerie Fierobe puis Pasquier

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'horlogerie Fierobe puis Pasquier

2 rue de l' Eglise
25 - Charquemont
Dossier IA25001209 réalisé en 2014

Illustrations

Historique

Edmond Emile Célestin Walcker (né en 1875 et marié à Lina Francine Lucie Hengy, née en 1868) fait construire sa maison vers 1904 et l'agrandit vers 1915 (atelier sur le côté ouest ?). La propriété passe en 1921 au médecin Othon Gueutal, qui lui ajoute un garage vers 1922.

A partir de 1948, elle appartient à l'horloger André Fierobe, qui débuta au 13 rue du Général Leclerc avant de s'établir au 48 Grande Rue. La Sarl André Fierobe et Cie (au capital de 10 000 F), créée le 25 août 1949, y emploie quelques ouvriers à la production de montres sous la marque Oréfa (sa raison sociale est d'ailleurs : Fabrique de montres "Oréfa"). En 1949, elle achète 6 200 ébauches françaises : 500 à la société Cupillard et 600 chez Parrenin de Villers-le-Lac, 1 900 aux Ets Joseph Jeambrun et 1 800 à la Fabrique d'Ebauches de Maîche (FEM), 1 400 à la société Horlogerie de Savoie (HS) d'Annemasse ; achat en 1951 de 5 200 ébauches françaises (500 Cupillard et 100 Parrenin, 1 700 Jeambrun et 2 600 FEM, 300 HS), en 1952 de 5 860 - essentiellement au calibre 5 1/4 - (1 000 Cupillard, 1 700 Jeambrun et 2 150 Maire et Perrier - MP - à Maîche, 1 010 HS) ; en 1955, elle achète 4 210 ébauches françaises (1 500 Cupillard et 200 Parrenin, 500 Jeambrun et 1 500 MP à Maîche, 500 HS et 10 de la Fabrique d'Ebauches de Montres du Genevois à Annemasse ou Femga) et 1 200 ébauches suisses (300 Eta à Granges - ou Grenchen -, 200 Felsa et 750 Eta et Felsa).

Nouveau propriétaire en 1962 : Jean Pasquier, de la société Louis Pasquier et ses Fils. Cette entreprise a été fondée par Louis Pasquier, qui a pris la succession de la fabrique d'horlogerie Pasquier Frères créée par son père Laurent et son oncle Paul, et établie dans l'ancienne usine Walcker du 11 rue de l'Eglise. Louis réalise des assortiments à cylindre (échappements) pivotés de 5 1/4 à 9 lignes, puis il est autorisé à compter de la fin mai 1950 à produire des montres ("montres à étoiles") sous la marque Artis. Devenue Louis Pasquier et ses Fils dès 1951, l'entreprise change donc de locaux dans les années 1950 ou au tout début de la décennie suivante (elle est cependant aussi signalée au 33 Grande Rue en 1960). Le bâtiment ne sert aujourd'hui plus que d'habitation.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale1er quart 20e siècle

Description

Les bâtiments ont des murs en moellons calcaires enduits. La maison, coiffée d'un toit en pavillon à couverture d'ardoises, comporte un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage de comble, desservis par un escalier dans-oeuvre. L'atelier est en rez-de-chaussée surélevé avec accès par un escalier extérieur droit en béton. Son mur occidental est largement percé de baies multiples. Son toit en appentis, qui s'achève par une moitié de croupe, est protégé par des tôles d'acier, tout comme celui à croupes du garage.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie multiple
  • Murscalcaire / moellon / enduit
  • Toitardoise / acier en couverture
  • Étagessous-sol / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / comble à surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit en pavillon / appentis / croupe
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier de distribution extérieur / escalier droit / en maçonnerie
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 128 Cadastre de la commune de Charquemont, 1812-1963- 3 P 128/1 : Registre des états de sections (1812)- 3 P 128/2-3 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties [1823-1906]- 3 P 128/5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1882-1910)- 3 P 128/8-9 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1911-1963)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 128
  • 50 J 26 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1947-1969
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 26
  • 50 J 37 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1948-1970
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 37

Documents figurés

  • 521. Charquemont - Vue d'ensemble [le quartier de l'église et le bas du village vus du sud], carte postale, par Ch. Simon, s.d. [1er quart 20e siècle], Ch. Simon éd. à Maîche, impr. E. Le Deloy à Paris
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jacques Donzé, Charquemont

Bibliographie

  • Simonin, Michel. L'horlogerie au fil du temps et son évolution en Franche-Montagne, sur le plateau de Maîche. - Maîche : M. Simonin, 2007. 143 p. : ill. ; 30 cm.
  • Sornay, Lionel. Prosopographie des entreprises horlogères et de leurs financeurs sur le plateau de Maîche 1925-1973. - Besançon : Université de Franche-Comté, 2003. 56 p. : ill. ; 30 cm. Mém DEA : histoire industrielle : Besançon : 2003 ; 51.

Témoignages oraux

  • Donzé Jacques, ancien horloger, historien de Charquemont
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, garage, jardin

Localisation

  • CommuneCharquemont
  • Adresse 2 rue de l' Eglise
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013

Localisation