Patrimoine en Franche-Comté - Immeuble et atelier d'horlogerie Frey-Curie

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Immeuble et atelier d'horlogerie Frey-Curie

Illustrations

Historique

La maison cadastrée E 149 sur le plan de 1816 (de même que celle voisine E 151 et les parcelles environnantes E 150 et 152) appartient au maire Jean François Singier (1765-1827), juge de paix à partir de 1804 et notaire à compter de 1811. Singier est aussi dit horloger. En 1841, l'ensemble est propriété de François Alexis Singier (1793-1872), son fils, directeur des postes, notaire et maire de 1828 à 1840, date de son élection comme juge de paix (il est aussi le petit-cousin et associé de François Philippe Chopard, avec lequel il a créé la brasserie Chopard). La maison est alors dite "à un étage en bon état". Elle est détruite le 5 mai 1865, lors de l'incendie de la ville qui dévaste la Grande Rue. Charles Jullien (1855-?), dit marchand de quincaillerie ou comptable, fait construire à son emplacement, en 1886 seulement, un immeuble qu'il complète d'un deuxième corps de bâtiment au sud-ouest. Le bâtiment passe vers 1887 au cafetier Louis Etevenard (1841-?), originaire des Brenets (Suisse), puis vers 1912 à sa fille Rose, mariée en 1897 avec l'horloger Emile Wetzel (1876-1911). Fils de Charles Wetzel, dont la fabrique d'horlogerie est établie au 3 place de l'Hôtel de Ville, ce dernier s'est associé en 1901 avec son frère pour reprendre l'entreprise paternelle, exploitée à partir de 1907 par la société en nom collectif Emile Wetzel et Cie (avec Fernand Pierre). Sa veuve cède vers 1929 le site au tailleur Louis Roy (1892-1980), beau-frère de l'industriel Jules Vermot-Gaud, de Montlebon. D'après la matrice cadastrale, Roy agrandit le bâtiment sur rue à plusieurs reprises vers 1934, 1947, 1955 et 1958 (deux extensions sont lisibles mais non datées : la construction d'un 3e étage et celle d'une boutique en rez-de-chaussée côté rue). L'atelier d'horlogerie d'Adolphe Frey-Curie (Victor Amédée Adolphe, 1902-1971), autre beau-frère de Vermot-Gaud, y est signalé au milieu du siècle (le bâtiment porte alors le n° 11 dans la Grande Rue). Cet atelier a été fondé en 1927 à Montlebon puis, pour se développer, il a été transporté en 1936 à Morteau. Adolphe Frey-Curie y produit, sous la marque Ado-Watch, des montres-bracelets qu'il insculpe le cas échéant de son poinçon de maître à "la lampe qui veille". Il a aussi déposé le 16 décembre 1948 la marque New Look Fifteen Jewels. Son entreprise, classée en 1965 dans la catégorie de 20 à 49 salariés, semble disparaître à la fin de la décennie 1960. Le bâtiment abrite actuellement des commerces (boulangerie et magasin de vêtements) et des appartements.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 19e siècle

Dates

  • 1886daté par source

Description

L'immeuble, aux murs de moellons calcaires enduits, comportait à l'origine un sous-sol et deux étages carrés surmontés d'un étage de comble (le tout desservis par un escalier dans-oeuvre tournant à retours). Il a partiellement été surélevé avec remplacement du comble par un troisième étage, largement ouvert de baies d'atelier (et d'une baie horlogère au sud-ouest). Il est coiffé par un toit à longs pans et croupes (pignon couvert au nord), avec couverture de tuiles mécaniques et métallique. L'extension en rez-de-chaussée côté rue est en béton enduit, avec toit terrasse en béton.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie d'atelier / baie horlogère
  • Murscalcaire / moellon / enduit / béton / enduit
  • Toittuile mécanique / métal en couverture / béton en couverture
  • Étagessous-sol / 3 étages carrés
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / croupe / pignon couvert / noue
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier tournant à retours / en maçonnerie

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 412 Cadastre de la commune de Morteau, 1816-1978- 3 P 412 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Girardier et Mestre, 1816-1817- 3 P 412/1 : Registre des états de sections, 1818- 3 P 412/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1875. Le 1er volume manque.- 3 P 412/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 412/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 412/7-9 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1911-1965- 3 P 412/10-13 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1978
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 412

Documents figurés

  • Dép[artemen]t du Doubs. Plans d'alignements de la Ville de Morteau, chef-lieu de canton, dessin (plume, lavis), par le géomètre Courvoisier, terminé le 24 novembre 1841 et modifié le 19 juin 1842, 6 feuilles, 70 x 103 cm, échelles 1/2 000 (tableau d'assemblage) et 1/500
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : OPA 140
  • Route départementale n° 2 de Besançon à Morteau. Plan des alignements de la traverse de Morteau [rue de la Louhière, Grande Rue et rue de l'Helvétie], photocopie d'un dessin (plume, lavis), par l'ingénieur ordinaire Berquet, Pontarlier le 29 novembre 1873, validé en 1876 et annexé au décret ministériel du 5 juillet, échelle 1/200, 34 x 348 cm
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Leiser, Morteau
  • Ponts et Chaussées. Route nationale n° 437 de Saint-Claude à Belfort. Plan d'alignements de la traverse de Morteau [rue de la Louhière, Grande Rue et rue de l'Helvétie], photocopie d'un dessin (lavis), par l'agent voyer d'arrondissement Chirouze, 28 [septembre 1907], 30 x 278 cm, 1/50
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Leiser, Morteau
  • 48 - Morteau - Grande Rue sous la neige (février 1907), carte postale, s.n., Cochois éd. à MorteauDate 21 mai 1907 (tampon) portée au verso.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces

Bibliographie

  • Benoît, Maurice ; Gauthier, Jean [et al.]. La vie économique de Franche-Comté et du Territoire de Belfort. - Besançon : Impr. de l'Est, 1958.
  • Les établissements horlogers en France. - S.l. : s.n., mars 1965. 17 p. ronéotypées ; 20 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Simonin, Maîche
  • Leiser, Henri. L'aigle et le houblon : histoire d'une famille de brasseurs en Franche-Comté. - Pontarlier : Ed. du Belvédère, 2012. 171 p.-XVI p. de pl. : ill. ; 24 cm.

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Droz Yves, collectionneur de pièces horlogères et fondateur du Musée de la Montre, Villers-le-Lac
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)immeuble, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bureau, logement, boutique

Localisation

  • CommuneMorteau
  • Adresse 19 Grande Rue
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013