Patrimoine en Franche-Comté - Usine d'horlogerie (usine de montres) Raymond Dodane

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine d'horlogerie (usine de montres) Raymond Dodane

5 et 7 avenue de Montrapon
25 - Besançon
Dossier IA25001244 réalisé en 2014

Illustrations

Historique

L'usine est bâtie de 1939 à 1943 pour l'industriel Raymond Dodane (1905-1984), vice-président à partir de 1938 puis président de la Fabrique d'Horlogerie de Besançon (fondée en 1793), et président à partir de 1948 de la Fédération nationale de l'Industrie française de la Montre.

Représentant la troisième génération d'une famille d'horlogers, ce dernier est le fils de Gabriel Alphonse Dodane (1878-1959), fabricant d'horlogerie venu au tout début du 20e siècle à Morteau (36 rue de l'Helvétie) avec son père Alphonse (1839-1906) pour, suivant la tradition familiale, " tirer parti de l'électricité et du chemin de fer ". A l'origine de la vocation horlogère de la famille, Alphonse était fabricant de roues de cylindre à Fournet-Blancheroche, où il travaillait avec son beau-père François Xavier Joubert dans l'usine créée par ce dernier à la Rasse en 1857 puis, dans un second temps, s'était établi à son compte dans une ferme du Mont du Pré.

Raymond choisit en 1929 de quitter Morteau pour Besançon, où son oncle Joseph (1872-1943) est horloger rhabilleur " spécialiste de pièces compliquées, chronographes et répétitions, montres à quantième et à réveil ", au 9 rue des Noyers (actuelle rue Krug) en 1939. Il est signalé en 1932 au 21 Glacis d'Arènes, sur un papier à en-tête précisant qu'il fabrique " chronographes - bracelets, compteurs : au 1/5e et 1/10e de seconde, au 1/100e de minute (industriels), à marche permanente, avec dédoublante rattrapante ", puis en 1936 au 14 avenue Clemenceau où il produit " chronographes et compteurs pour les sciences, l'industrie et les sports, montres ancre 3 3/4 à 19 lignes ".

Trop à l'étroit et désireux de réorganiser son affaire, il achète au milieu des années 1930 à la société Douge un terrain de 3 500 m2 pour implanter une nouvelle usine destinée à accueillir une centaine de personnes.

Il s'adresse en 1938 à l'architecte Pierre Noë (1899-1970), établi au 11 rue des Villas et auteur notamment en 1929-1930 de la villa Carrel au 1 bis rue Victor Delavelle (future Chambre départementale d'Agriculture du Doubs). Il lui demande une ébauche pour un bâtiment abritant à la fois une usine de montres et son appartement. Noë propose un édifice de 30,70 x 13 m associant un corps carré dédié à l'habitation, coiffé d'un toit en pavillon muni d'un clocheton, accolé à un corps rectangulaire accueillant l'usine, les deux communiquant à chaque étage. L'ensemble s'élève sur cinq niveaux : étage de soubassement avec logement du concierge et réfectoire, rez-de-chaussée surélevé avec salles à vivre et bureau, deux étages carrés avec chambres et ateliers et un étage en surcroît avec chambres de bonne, salle de jeux et archives. La dernière version de son projet est datée du 24 mai 1939.

Très rapidement déçu de l'aspect trop traditionnel et régionaliste du projet, Raymond Dodane est mis en contact avec les frères Perret par son frère Claude, élève de Raoul Dufy, et ce dès 1938 (la façade porte l'inscription A.G. Perret / arch. 1938). En juin et juillet 1939, Auguste Perret livre une série de dessins que le retard dans l'obtention du permis de construire (lié à la fixation de l'alignement sur l'avenue de Montrapon) et les perturbations dues à la guerre permettent de faire évoluer. Le bâtiment doit avoir une ossature béton (système poteaux-poutres dégageant un plan libre), avec remplissage par des panneaux préfabriqués en béton de gravillons lavé, et un toit terrasse. Perret prévoit lui aussi cinq niveaux mais les distribue différemment avec, notamment, la conciergerie au soubassement, l'appartement au rez-de-chaussée surélevé, les bureaux au premier étage et l'atelier au deuxième, l'ensemble desservi par un escalier hors-oeuvre placé dans l'angle nord. Il dessine deux annexes au nord (garages et atelier), les aménagements du parc (terrasse rachetant le dénivelé du terrain, piscine, terrain de tennis, etc.), le mobilier et une partie des décors intérieurs. Pour sa part, Claude Dodane dessine le carton d'une tapisserie (le Temps, 1945), réalisée à Aubusson, et choisit les autres artistes intervenant : Albert Lenormand (1915-2013) pour la salle à manger (la Cène, 1947) et René Perrot (1912-1979) pour les chambres d'enfants (deux peintures sur toile inspirées des contes et légendes de Franche-Comté, 1944).

La construction, qui s'achève en 1943, est surveillée par un architecte d'opération, André Boucton (1891-1977), auteur à Besançon en 1926 de l'immeuble dit le Building et architecte d'opération pour Paul Guadet dont il achève les chantiers des écoles nationales professionnelles d'Horlogerie à Besançon (1926-1932) et d'Optique à Morez (1928-1932). Une extension de l'usine (qui ne se réalisera pas) vers le sud-ouest est rapidement envisagée en prévision d'une implantation sur le marché américain, extension importante puisqu'elle devait se traduire par un passage de 7 à 25 travées en façade.

L'usine Dodane fabrique des montres, notamment à partir des années 1950 des chronographes à destination de l'Armée de l'Air et de la Marine (types E 21 et E 23). Ainsi la SA Dodane produit-elle de 1954 à 1994, en utilisant des calibres suisses de la société Valjoux, environ 5 000 montres chronographes des types E 20 et E 21, sous différentes marques : Dodane mais aussi Airain, Airin, Chronofixe, Irame, Dod, voire sous la marque de certains clients ou sans aucune marque. Spécificité de la type E 21 (qui sera rééditée en série limitée en 2005) : elle dispose d'un mécanisme dit de " retour en vol " permettant, par un seul appui sur le bouton, l'arrêt et la remise à zéro instantanée du chronographe. La société fournit diverses administrations - l'Education nationale et les PTT par exemple - mais sa clientèle est essentiellement liée à l'aviation. Disposant des homologations nécessaires, elle vend notamment à l'armée de l'air française et à l'Otan, mais aussi aux compagnies aérienne civiles, françaises ou non. Elle produit 160 000 montres en 1978.

En 1980, Michel (né en 1937) et Laurent (né en 1947) succèdent à leur père à la tête de l'entreprise (qui réalise 40 % de son chiffre d'affaires à l'export), le premier s'occupant des questions commerciales et le second de la partie administrative. Cette année, la société emploie 120 personnes et produit près de 150 000 pièces : montres à mouvement à ancre, montres électroniques à quartz, chronographes, compteurs (la collection Airin Dodane compte près de 600 modèles). 20 % de son activité est à destination des armées et compagnies aériennes civiles du monde entier : outre les chronographes de bord pour les avions militaires, elle réalise notamment des chronographes altimétriques (" permettant aux parachutistes le saut de nuit à ouverture retardée "), des chronographes au centième de seconde (utilisés pour synchroniser l'ouverture du cockpit et le déclenchement, avec un léger retard, du siège éjectable). Elle est choisie en 1983 pour produire le modèle 211 (hybride quartz-mécanique) intégré au tableau de bord d'hélicoptères (Tigre franco-allemand) et avions de chasse (Mirage 2000, Rafale, etc.).

En 1986, l'usine est protégée au titre des Monuments historiques : elle est inscrite par l'arrêté du 20 juin 1986, avec son décor intérieur et le jardin. Elle accueille alors près de 80 personnes, qui produisent des montres à quartz haut de gamme commercialisée sous la marque Laurent Dodane et destinées essentiellement à l'Extrême-Orient (60 % de l'activité), des montres de moyenne gamme (20 %), et des chronographes et autres appareils à destination de l'aéronautique (20 %).

La perte d'un gros marché militaire et les conséquences économiques de la guerre du Golfe (forte baisse de la demande) mettent l'entreprise en difficulté. Lorsqu'elle est placée en liquidation judiciaire le 28 septembre 1994, elle ne compte plus que 24 personnes. Elle ferme définitivement le 7 avril 1995 (Laurent Dodane et ses deux fils créeront en 2001 la société Anode, exploitant la marque Dodane 1857). Le parc, le court de tennis et la piscine sont achetés en 1996 par le promoteur Marignan Immobilier, auteur de l'immeuble voisin (appartements pour étudiants dit les Studiantes), qui les laisse à l'abandon. L'usine et ses annexes sont, elles, acquises en 1998 par Patrick Pelletier, promoteur immobilier, qui les transforme en bureaux pour sa société (Texo) et diverses administrations (direction régionale de l'ANPE et mutuelle des PTT).

Afficher les données détaillées

Dates

  • 1938porte la date

Auteurs

  • AuteurAuguste Perret, architecte  / signature, attribution par source, attribution par travaux historiques
  • PersonnalitéRaymond Dodane, commanditaire  / attribution par travaux historiques, attribution par source
  • AuteurGustave Perret, architecte  / signature

Description

Le site comprend du nord au sud les trois bâtiments principaux, la terrasse en terre-plein et son mur de soutènement, la piscine puis le court de tennis. Les bâtiments ont des murs en béton armé, structurés suivant un système poteaux-poutres laissé apparent et habillé de panneaux préfabriqués en béton de gravillons (de l'Ognon) lavé, et sont coiffés d'une terrasse également en béton armé, masquée par une corniche en forte saillie.

Légèrement en retrait de l'avenue de Montrapon, l'usine (31,40 x 17,65 m) est perpendiculaire à elle. Sa façade antérieure correspond donc à un mur de croupe étroit que la cage d'escalier, en retour au nord-ouest, permet d'élargir pour présenter trois travées aveugles, exception faite de la porte d'entrée (surmontée de l'inscription Montres Dodane). Ne comptant que deux travées, la façade postérieure est peu percée, l'ouverture principale étant la porte-fenêtre du salon au rez-de-chaussée dont le cadre forme une forte saillie. La façade latérale droite (à l'est) est largement ouverte au rez-de-chaussée et au premier étage par deux portes-fenêtres par travée, séparées par un trumeau et montant jusqu'au plafond ; le deuxième étage est percé de deux fenêtres à l'italienne carrées accolées. Le même parti est retenu pour la façade latérale gauche mais avec des fenêtres au rez-de-chaussée ; la travée de l'escalier n'est par ailleurs percée que de deux petites fenêtres carrées par travée, disposées en partie haute de chaque niveau. Les façades sont surmontées d'une imposante corniche en saillie.

Avec sa cage d'escalier hors-oeuvre, l'usine a un plan en L et compte cinq niveaux : un sous-sol sur cinq travées au nord-ouest (caves, chaufferie), un étage de soubassement (buanderie, vestiaire, archives et conciergerie), un rez-de-chaussée surélevé (appartement), un premier étage (accueil et bureaux, séparés par des cloisons), un second étage (atelier de fabrication). Ces niveaux sont desservis par l'escalier principal, tournant à retours avec jour, en béton revêtu de marbre de Comblanchien ; l'appartement dispose également d'un escalier extérieur tournant en béton, accessible depuis une terrasse (portée par des poteaux) sur laquelle ouvrent le salon et le séjour. Les quatre niveaux supérieurs sont chacun formés de deux nefs délimitées par trois rangées longitudinales de poteaux ayant 5,67 m d'entraxe. Ces poteaux sont carrés au soubassement et au rez-de-chaussée, polygonaux au-dessus (colonnes). Ils délimitent pour les murs gouttereaux une trame répétitive de sept travées, de deux fenêtres et 4,40 m de largeur chacune. Les parois sont constituées à l'extérieur des encadrements de baies en béton armé et des panneaux préfabriqués (de 7,5 cm d'épaisseur), d'un vide d'air de 5 cm puis d'une paroi de briques creuses de 17,5 cm. La présence de l'atelier de fabrication a conduit à soigner l'isolation pour se protéger du bruit, des écarts de températures et des vibrations (nature des murs et baies à double-virage) ainsi que de la circulation des poussières (prise d'air à chaque étage et évacuation par des cheminées). A l'origine, les sols sont revêtus de panneaux de fibres de bois (isorel) durs collés sur la dalle et formant une marqueterie, les murs et les plafonds d'isorel mou peint en blanc (certaines pièces ont des boiseries en chêne).

Les deux bâtiments annexes à l'ouest (anciens garages) reprennent le même parti constructif. Ils sont en rez-de-chaussée, celui dans l'angle comportant un sous-sol.

Le jardin est formé de parterres de gazon occupant la terrasse en terre-plein, qui s'achève par un mur de soutènement en briques portant une balustrade et laissant passage à trois escaliers indépendant droits. Ces derniers conduisent au niveau inférieur occupé par la piscine (profonde d'un mètre seulement) puis au court de tennis (recouvert de graviers).

Afficher les données détaillées

  • Planplan régulier en L
  • Mursbéton / béton armé / pan de béton armé
  • Toitbéton en couverture
  • Étagessous-sol / étage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 2 étages carrés
  • Élévationsélévation ordonnancée / jardin en terrasses
  • Couverturesterrasse
  • Escaliersescalier hors-oeuvre / escalier tournant à retours avec jour / en maçonnerie / escalier de distribution extérieur / escalier tournant à retours / en maçonnerie / escalier isolé / escalier droit / en maçonnerie
  • Énergiesénergie électrique
  • Couverts/découverts de jardinparterre de gazon
  • Techniques de décor
  • État de conservationétablissement industriel désaffecté / restauré

Documentation

Documents d’archives

  • Archives communales, Besançon, 491 W 5 Permis de construire. Registre de consignation des permis délivrés (1938-1941)
    Lieu de conservation : Archives communales, Besançon  - Cote du document : 491 W 5
  • Fonds Perret Auguste et Perret Frères. Horlogerie Dodane, Besançon (Doubs) : 535 AP 230/1-14, 489/19, 660/8
    Lieu de conservation : Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du XXe siècle  - Cote du document : 535 AP 230/1-14, 489/19, 660/8
  • Archives de la société Dodane, Châtillon-le-Duc
    Lieu de conservation : Archives de la société Dodane, Châtillon-le-Duc
  • Papier à en-tête de la société Raymond Dodane, 1943
    Lieu de conservation : Archives de la société Dodane, Châtillon-le-Duc

Documents figurés

  • Raymond Dodane Besançon [façade latérale droite de l'usine], photographie imprimée, s.n., s.d. [1943]. Publiée dans : Cent cinquantenaire de la fabrique d'horlogerie de Besançon. - S.l. [Besançon] : impr. Millot Frères, 1943, p. 30.
  • [Montage et contrôle de montres], 4 photographies imprimées, s.n., 1952. Publiées dans un dépliant publicitaire en anglais, 1er septembre 1952
    Lieu de conservation : Archives de la société Dodane, Châtillon-le-Duc
  • [Bureau des expéditions], photographie, s.n., s.d. [décennie 1950]
    Lieu de conservation : Archives de la société Dodane, Châtillon-le-Duc
  • [Portraits de Raymond Dodane et de ses ascendants : François Xavier Joubert, Alphonse et Gabriel Alphonse Dodane], photographies imprimées, s.d. [décennie 1950]
    Lieu de conservation : Archives de la société Dodane, Châtillon-le-Duc
  • [Portrait de Raymond Dodane], photographie, s.n., 1953
    Lieu de conservation : Archives de la société Dodane, Châtillon-le-Duc
  • [Façade de l'usine sur le jardin], photographie, s.n., s.d. [années 1970-1980]
    Lieu de conservation : Archives de la société Dodane, Châtillon-le-Duc
  • [Vues extérieures et intérieures de l'usine], photographie, par Patrick Blandin, 1985
    Lieu de conservation : Conservation régionale des Monuments historiques, Besançon

Bibliographie

  • Baverel, Jean-Marie. L'usine Dodane par Auguste Perret (1939-1943). - Besançon : Faculté des Lettres, 1980. 106 f. dactyl., 115 f. de pl. ; 30 cm. Mém. de maîtrise : Histoire de l'Art : Besançon : 1980 ; 76
  • Blandin, Patrick. Dossier de protection de l'usine Dodane, à Besançon. - Besançon : Drac de Franche-Comté, Conservation régionale des Monuments historiques, 1985. 17 f. dactyl : XI-62 pl. de fig. ; 30 cm.
    Lieu de conservation : Conservation régionale des Monuments historiques, Besançon
  • Briselance, Claude-Gilbert. L'horlogerie dans le val de Morteau au XIXe siècle (1789-1914). - 1993. 2 vol., XXXII-398 - III-420 f. : ill. ; 30 cm. Mém. maîtrise : histoire contemporaine : Besançon : 1993
  • Dornier, Louis. Dodane. Plus d'un siècle d'innovation et de tradition familiale. La France horlogère, n° 395, décembre 1978, p. 143-145 : ill.
  • Galli, Roland ; Sancey, Yves. Patrimoine du XXe siècle en Franche-Comté. - Besançon : Néo Editions, 2009. 177 p. : ill. ; 27 cm.
  • Lément-Gury, Marie-Josée. La manufacture d'horlogerie "Raymond Dodane" : une oeuvre bisontine d'Auguste Perret. - S.l. : s.n., s.d. [début des années 1980]. 14 f. dactyl. : ill. ; 30 cm.
    Lieu de conservation : Conservation régionale des Monuments historiques, Besançon  - Cote du document : dossier de protection de l'usine Dodane, 1985
  • Lément, Marie-Josée. L'usine d'horlogerie Dodane à Besançon : un remarquable jalon de l'histoire de l'architecture. Réalités franc-comtoises, 24e année, n° 236, juin 1981, p. 197-200 : ill.
  • Lément-Gury, Marie-Josée. L'usine Dodane de Besançon. Monuments historiques, n° 128, août-septembre 1983, p. 67-68 : ill. Numéro consacré à : Colbert et les manufactures
  • M., A. Les plus anciennes maisons de l'horlogerie française. La France horlogère, n° 429, janvier 1982, p. 81-86 : ill., n° 430, février 1982, p. 63-69 : ill.
  • Mamet, Joël. L'usine Dodane, chef-d'oeuvre en péril. L'Est républicain, édition du Doubs, 25 juillet 1996 : ill.
  • Mamet, Joël. L'usine Dodane a trouvé son sauveur. L'Est républicain, édition du Doubs, mercredi 3 mars 1999 : ill.
  • Poupard, Laurent. Raymond Dodane. In Viennet, Jean-Pierre. Le pays des horlogers : trois siècles d'histoire franco-suisse. - Villers-le-Lac : Musée de la Montre, 2015, p. 172, 180-181 : ill.
  • Vial, Annette. L'usine Dodane : site protégé. Quand le béton prend ses lettres de noblesse. L'Est républicain, édition du Doubs, 4 mai 1987 : ill.
  • Viennet, Jean-Pierre. Le pays des horlogers : trois siècles d'histoire franco-suisse. - Villers-le-Lac : Musée de la Montre, 2015. 271 p. : ill. ; 28 cm.

Documents multimédias

  • Prost, André. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org
  • Réjus, Liliane. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne (accès privé) sur le site de : http://www.myheritage.fr/

Témoignages oraux

  • Dodane Cédric, gérant de la société Anode. Châtillon-le-Duc
  • Dodane Laurent, ancien PDG de la société Dodane, directeur administratif et technique de la société Anode. Châtillon-le-Duc
  •  

Intérêt, protection et statut

L'usine Dodane constitue un témoignage essentiel de l'activité horlogère bisontine et le seul exemple en Franche-Comté de la production architecturale d'Auguste Perret, remarquable par son homogénéité.

Afficher les données détaillées

  • Protection Monument historiqueinscrit MH (20/06/1986)
  • Précisions sur la protection

    Usine, y compris le décor intérieur et le jardin : inscription par arrêté du 20 juin 1986

  • Statut de la propriétépropriété d'une société privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine d'horlogerie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bureau, entrepôt industriel, magasin industriel, vestiaire d'usine, chaufferie, conciergerie, logement patronal, buanderie, garage, jardin d'agrément, parc, mur de soutènement, garde-corps, escalier indépendant, piscine, tennis
  • Fonction(s) successive(s) ou actuelle(s) immeuble de bureaux

Localisation

  • CommuneBesançon
  • Adresse 5 et 7 avenue de Montrapon
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonBesançon industriel

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2014

Localisation